AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

avatar
Messages : 49
Date d'inscription : 08/03/2014
Localisation : In WONDERLAND.
Who am i !

Carte d'identité
Les relations:
Son crime:

"La musique est un moyen d'évasion." [Pv Aria Mizako]

MessageSujet: "La musique est un moyen d'évasion." [Pv Aria Mizako] Mer 19 Mar - 22:32
Un flash de lumière vive, ma vision est trouble, je me sens ailleurs, bordel.. Je suis perdue. J'ai beau regarder à droite et à gauche, je ne connais pas cet endroit et ça me stresse. Je sais que je suis dans ce maudit internat, mais dans quel pays? Les deux gardes qui m'entourent, et tiennent mes avant-bras parlent français.. Enfin je crois. Ma tête est tellement pleine que je la crois sur le point d'éclater, je n'entends que des sons étouffaient, a qui ils parlent ces abrutis? Et pourquoi lorsque j'essaye de me remémorer mon voyage, il y'a un énorme blanc? Est-ce qu'ils m'ont drogué ou quelque chose dans ce genre? Oh.. La mémoire me revient, j'ai encore déconné. Je voulais me barrer de là, et serrer ma sœur dans mes bras une dernière fois, avant qu'ils m'embarquent. C'était pas de la drogue qu'ils avaient utilisés pour m'assommer, mais une matraque. Le voile qui couvrait mes yeux disparut au fur et à mesure.. J'ai terriblement mal, ils m'ont frappée ces cons.. Un hurlement, des pleurs et un soupir, les regards tristes et dur à la fois de mes parents.. Et puis j'immerge.

<< Foutu rêve..>> soupirai-je en me redressant. Mes yeux se posèrent sur la porte de ma nouvelle chambre. C'était trop vide à mon goût... D'ailleurs, la seule chose qui rendait cet espace vivable, c'était mes deux guitares qui étaient en appuie contre le mur, dieu, c'qu'elles étaient belles... Et c'qu'elles m'avaient coûtées chère aussi..! Passons ! Après avoir fait l'effort sur-humain de me lever, je pris la direction de la fenêtre. Mes doigts écartent les stores et je laisse mes yeux bleutés scruter l'extérieur du bâtiment, chaque détail attire mon œil en examinant soigneusement les lieux, je trouverai surement un endroit ou m'asseoir, et avec un peu de chance, cet endroit sera assez calme pour que je puisse gratter quelques notes sur ma sèche. Je ne sais absolument pas quelle heure il est, mais le soleil est déjà bien haut dans le ciel. Heureusement que je me suis lavée ce matin lorsque tout le monde dormait.. Je n'ose même pas imaginer la tête des surveillants s'ils m'avaient vu prendre une douche a cette heure.. Enfin quoi qu'il en soit, une fois habillé d'un simple débardeur noir et d'un jean déchiré, je sortis de ma chambre après avoir vérifier qu'il n'y avait personne dans le couloir. Je ne suis pas d'humeur a rencontrer qui que ce soit, il faut que je me vide la tête, je suis au bord de l'implosion. L'intérieur de ce bâtiment est beau, très travaillé a première vu.. Mais puant. Puant le détergent. La guitare sur l'épaule, je passe devant les salles de cours, devant le bureau des surveillants, la salle des profs.. Et pas âme qui vit. Une épidémie ? Ils sont tout morts ? Pfuh, et puis c'est pas mon problème. Il me faut de l'air frais, l'odeur chimique me donne envie de gerber.

J'arrive enfin à la sainte porte qui me permettra de respirer, après l'avoir pousser d'une façon brusque, je me dirige directement vers le parc que j'avais vu de ma chambre. C'est en marchant dans l'herbe fraîchement coupée que la barre qui était dans ma gorge disparut. L'air était très pur ici, presque autant que chez moi, presque autant que dans mes contrées enneigées. Après quelques minutes de marche, je finis enfin par m'arrêter pour m'asseoir sur un banc. Mes yeux voyagent lentement d'arbre en arbre, puis le ciel attire mon attention. Il est parsemé de quelques nuages, mais tout de même assez clair. Un soupir traverse la barrière de mes lèvres. L'une de mes mains se glisse sur ma tempe recouverte par mes cheveux, et en sort une cigarette qui vient se placer entre mes lèvres. Je l'allume en fermant les yeux. Une taffe, puis deux, et la mélancolie m'envahit. Mes pensées se superposent lentement dans ma tête, cette petite tête blonde, ses yeux noirs, et cet accident. Je me repasse le film en continue comme une scarification mentale. Je me vois en train d'essayer de l'atteindre, trop loin, trop tard, j'ai tout foiré. Je ne pourrais pas dire combien de temps je suis restée dans cette position, la nuque au contact du dossier du banc, les yeux clos et la fumée blanchâtre qui se nuance avec le bleuté du ciel. Puis un soupir d'ennui, et j'immerge de nouveau. Mon regard rencontre le marbre du banc, un instant d'hésitation, puis un mouvement pour attraper l'étui de ma guitare. Je la sors lentement, la contemplant encore et encore. Mes yeux embrassent les formes de l'objet, les gravures, les écritures norvégiennes, et ces noms. Ma cuisse droite vient soutenir l'instrument tandis que je m'appuie légèrement sur celui-ci pour pouvoir atteindre les cordes de ma main . Je tire une dernière latte et jette le mégot par-dessus mon épaule, aucun respect. Mes doigts viennent rencontrer les cordes de nylon, glissant légèrement, pinçant par moment et soulevant par d'autres. Je ferme les yeux en jouant comme pour vivre la mélodie au fond de mon esprit, des images viennent accompagner les notes. Puis ma bouche s'entrouvre avant de laisser sortir les douces paroles d'une chanson norvégienne, la première que j'avais apprise, celle que mon père avait écrite. Je soufflais les paroles comme un murmure qui s'évanouissait dans le vent, avant d'augmenter légèrement le volume de ma voix. Mes cordes vocales étaient totalement synchronisées avec les mouvements de mes doigts, et à cet instant précis, je faisais abstraction de tout ce qui m'entourer, je me sentais bien. J'avais presque oublié cette sensation si douce et paisible.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 411
Date d'inscription : 05/03/2014
Localisation : tout près de toi :)
Who am i !

Carte d'identité
Les relations:
Son crime:

"La musique est un moyen d'évasion." [Pv Aria Mizako]

MessageSujet: Re: "La musique est un moyen d'évasion." [Pv Aria Mizako] Dim 23 Mar - 21:43
Comment réagissez-vous lorsque quelqu’un vous appelle en inconnu, en pleins milieu de la nuit ? Dans mon cas j’attrape le portable, j’insulte de tous les noms le parasite qui vient de me perturber alors que je dormais à poings fermés, et ensuite je balance l’appareil par terre. Moi, violente ? Non mais il ne faut pas déconner ! Faire chier le monde à des heures pas possibles en n’ayant même pas le courage de dire qui on est, c’est un scandale ! Bref, je suis de très mauvaise humeur aujourd’hui. Le premier qui l’ouvre trop grand va se manger une tarte dans la gueule. J’ai horreur d’être dérangé quand je suis au chaud dans mon lit, ça me met vraiment d’une humeur des plus agaçante. On m’a fait chier alors je vais faire chier le monde. Oui ma logique est plutôt simple mais on ne change pas une personne aussi facilement.

Quelques heures ont passées depuis mon réveil désagréable. Qu’ai-je fait pendant ce temps ? Alors : j’ai foutu la tête d’un mec dans une poubelle parce qu’il m’avait sifflé en mode « elle est trop bonne c’te meuf », j’ai mis une gifle à une fille parce qu’elle me souriait comme une niaise, j’ai crevé un ballon de foot et j’ai craché sur un mec qui me regardait de haut en bas. Je vous l’avais dit que j’étais d’une humeur à fracasser les cons. Le pire c’est que je ne me suis même pas excusée… Je n’arrive pas à m’excuser, je trouve ça super difficile et à vrai dire je ne fais pas vraiment d’effort pour m’améliorer. La politesse ce n’est pas mon truc, je ne compte plus le nombre de fois que je n’ai pas dit bonjour à quelqu’un ou que je suis rentrée dans une pièce sans toquer. Il y a des trucs bien pires mais je préfère me taire pour le bien de tous.

Après avoir fait un dernier tour dans les couloirs, je décide de me diriger vers l’extérieur des bâtiments. Pourquoi ne pas commencer par le parc ? Il y a peut-être quelques nuages mais le ciel et assez beau pour cette période de l’année.
Cherchant du regard la prochaine personne qui va déguster, je me fige soudain sur une silhouette que je n’ai encore jamais vue dans le coin. D’accord je suis nouvelle ici mais j'ai quand même eu le temps de voir les élèves dans leur ensemble et cette fille ne me disait rien du tout.  M’approchant d’elle d’un pas décidé, je m’arrête à quelques centimètres d’elle sans un bruit lorsque je l’entends chanter et jouer de son instrument. Je ne connaissais pas cette chanson, mais j’appréciais ce moment en fermant les yeux. Bizarrement toute la colère que je ressentais ce matin s’évaporait petit à petit. Cette inconnue chante merveilleusement bien, sa voix s’accorde parfaitement avec la guitare. C’est magnifique, vraiment, et apaisant à la fois. Je m’assoie en tailleur devant la musicienne, toujours les yeux fermés, je lâche enfin une parole.

-C’est vraiment magnifique ! Ta voix, la musique et t’es vraiment mignonne…

Oui quand je pense quelque chose, je le dis. C’est ma direct attitude on va dire. Je reprends d’une voix amicale et un sourire au visage.

-T’es nouvelle ici ? Je ne t’ai jamais vu avant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 49
Date d'inscription : 08/03/2014
Localisation : In WONDERLAND.
Who am i !

Carte d'identité
Les relations:
Son crime:

"La musique est un moyen d'évasion." [Pv Aria Mizako]

MessageSujet: Re: "La musique est un moyen d'évasion." [Pv Aria Mizako] Sam 5 Avr - 22:57
Sans mentir, j'étais à l'aise. Rien ne me déranger, je chantais comme je le faisais lorsque j'étais dans le fond de cette rue sombre. Comme lorsque que Keito essayait de me faire enrager, pour l'ignorer, je chantais suffisamment fort pour couvrir sa voix. Avant de lui balancer un truc en pleine gueule. Ces images revenaient doucement dans mon esprit, un sourire, un soupir, puis le chant reprenait. La vision d'une famille heureuse, les coups bas de la vie et le sourire de ma mère. J'entamai le dernier couplet, le plus triste racontant les événements marquant de ma vie, je versai généralement une larme à ce moment.

Je sentis une boule se former dans ma gorge, mes doigts commencèrent a trembler, mais je continuais de gratter. D'une façon qui pouvait se ressentir comme "si je m'arrête, je meurs".
Je repris mon souffle pour prononcer les premiers mots quand une voix autre que la mienne intervint.


"-C'est vraiment magnifique ! Ta voix, la musique et t'es vraiment mignonne..."

Mes yeux s'ouvrirent brusquement trahissant amplement ma surprise. J'étais tellement absorbée par la musique que je n'avais pas entendu cette fille approchait. Une petite blonde, aux yeux bleus, profonds comme l'océan, jolie d'ailleurs, assise en tailleur devant moi. Je la fixais bêtement sans savoir quoi dire, elle m'avait vraiment pris au dépourvu là. Ma main avait glissé sur les cordes, produisant un son dérangeant, faisant tomber par la même occasion mon médiator au sol. Quelques secondes après je repris mes esprits. Elle venait de me faire des compliments, et j'étais là, à la regarder comme une conne ?! Je me giflais intérieurement pour réussir a lui répondre. Je devais aussi me concentrer pour ne pas parler norvégien, j'aurais encore plus l'air ridicule.

"Eh bien.. Je te remercie. C'est très touchant, mais je ne suis pas si douer que ça.. Et je dois dire que t'es pas mal non plus dans ton genre."


J'eus un sourire en coin. La première personne que je rencontre ici est une fille qui plus est mignonne. Elle me complimente sur ma musique et sur mon physique. Bizzarment l'agressivité que je renfermais en moi avait disparut, cette fille avait l'air très gentil. Mais si elle était dans cet internat, c'est forcément qu'elle a déconné ou qu'elle a des soucis psychologiques alors.. Attendons de mieux la connaitre pour juger.

"-T'es nouvelle ici ? Je ne t'ai jamais vu avant."

Elle me sortit brutalement de mes pensées de nouveau. Je mis la guitare sur le banc pour pouvoir m'étirer, vous savez a quel point c'est dur de rester dans cette position pour jouer? Je vous confirme que c'est très douloureux au bout d'un moment. Je tendis les bras vers le ciel, mais je continuais de plonger mon regard dans celui de la blondinette.

"Ouais, je suis là.. Depuis hier, je crois.. J'ai perdu la notion du temps, excuse-moi.
Je pense que c'est plus poli de se présenter avant de demander l'identité que quelqu'un alors.. Je suis Ryoko Vestrheim.. Enfin, Emiya.. Oh et puis peu importe de toute façon. Et donc, comment dois-je nommer ma première fan au sein de cet établissement ?"


J'avais balancé ça avec un sourire idiot, histoire de plaisanter. Finalement, j'étais de bonne humeur.
Je redescendis mes bras et fit glisser ma main dans ma poche afin d'en sortir un paquet de cigarettes. J'en pris une et dans un élan de gentillesse, je tendis le paquet à la jeune femme que je venais tout juste de rencontrer.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 411
Date d'inscription : 05/03/2014
Localisation : tout près de toi :)
Who am i !

Carte d'identité
Les relations:
Son crime:

"La musique est un moyen d'évasion." [Pv Aria Mizako]

MessageSujet: Re: "La musique est un moyen d'évasion." [Pv Aria Mizako] Dim 6 Avr - 19:42
Je continue de fixer la brune, attendant une quelconque réaction de sa part. Je ne fus pas dessus de cette dernière, surprise apparemment d’avoir affaire à quelqu’un dans un endroit aussi paisible que le parc. Je me retiens de rigoler lorsque je la vois un peu paniquée mais aussi complétement statique à ma venue. Aurait-il fallu que j’attende la fin la musique avant de l’ouvrir ? Elle me regarde droit dans les yeux sans lâcher un seul mot, est-elle en colère parce que je l’ai coupé dans sa chanson ? Faut-il que je m’excuse ? Comment s’excuser correctement ? Bon fini de se prendre la tête avec toutes ces questions, j’allais sortir un petit « pardon » ou un petit « désolé » mais la voilà qui prend enfin la parole.

- Eh bien.. Je te remercie. C'est très touchant, mais je ne suis pas si douer que ça..

Elle, pas douée ?! Je commence à faire de grands yeux à l’égard de ces mots. Non mais il faut être réaliste, elle a beaucoup de talent cette fille. Je ne suis pas une pro en musique mais je me débrouille quand même et là je peux confirmer que cette fille a du potentiel dans ce milieu. Elle ne serait donc pas sûre d’elle ou simplement modeste ? Sans m’en rendre compte, je commence à rassembler des informations sur l’inconnue en face de moi, c’est devenu une habitude de faire ça alors je ne fais même plus attention.

- Et je dois dire que t'es pas mal non plus dans ton genre.

Je ne m’attendais mais alors pas du tout à ça. Je ne suis pas tombée sur une hétéro vue ce qu’elle vient de me sortir et son petit sourire accentua le mien. Je sens que je vais l’aimer cette fille. Etouffant un rire après cette réflexion mentale, je reprends ma chasse aux informations en écoutant ses réponses à mes questions qui semblent la tirer de ses pensées. Est-elle en train de se poser des questions sur moi ?

- Ouais, je suis là.. Depuis hier, je crois.. J'ai perdu la notion du temps, excuse-moi.
Je pense que c'est plus poli de se présenter avant de demander l'identité que quelqu'un alors.. Je suis Ryoko Vestrheim.. Enfin, Emiya.. Oh et puis peu importe de toute façon. Et donc, comment dois-je nommer ma première fan au sein de cet établissement ?


Un rire sincère s’échappe d’entre mes lèvres. Elle me plait bien la brunette. Elle veut savoir mon prénom et bien je vais lui faire une présentation digne de ce nom. Oui je suis comme ça, on me demande simplement mon nom et moi je balance tout et n’importe quoi. Mais au moins après c’est fait et basta les questions basiques.

-Je m’appelle Aria Mizako, 18 ans et je suis en classe A-4 pour avoir commis des vols, incendies, prise d’otage, tentatives de braquage mais aussi des meurtres prémédités. Je suis homosexuelle et je crois avoir fait le tour des infos principales à savoir sur moi.

Petit clin d’œil pour le fun. Je sais qu’il y a des choses à garder pour soi comme les meurtres prémédités qui peuvent apeurer n’importe qui, mais je m’en fous. J’ai tué des gens, je l’assume. J’ai mes raisons, j’ai ma justice alors je ne vois pas l’utilité de le cacher. Attrapant une clope dans le paquet qu’elle me tend, je lui dis d’un ton froid.

-Fumer tue…dois-je te dire merci parce que tu participes activement à ma mort ?

Impossible de garder mon sérieux après cette réplique, j’explose littéralement de rire. Dans un certain sens je n’ai pas tort mais là je vois bien que ce n’était pas dans ce sens qu’elle me proposait de fumer. Enfin je crois…

-Non sérieusement, merci beaucoup c’est super gentil. Je note que la prochaine fois c’est moi qui t’en donne une.

C’était peut-être un cadeau mais les cigarettes ça coûte super cher. Surtout en ce moment où ils n’arrêtent pas d’augmenter le prix du tabac. Donc je lui en dois une c’est tout naturel.
Je ne la lâche pas du regard, je suis entièrement à son écoute. Elle semble avoir un passé qui cache bien des choses. Comment je le sais ? Le fait de s’être présentée en tant que Ryoko Vestrheim avant qu’Emiya prouve l’hypothèse précédente. Mais la question qui me trotte le plus, avant de savoir son histoire, est : Veut-elle oublier ce passé ? Toujours assise en tailleur, je sors mon briquet de ma poche pour allumer ma clope que je porte à ma bouche pour tirer une taffe, puis je ferme les yeux, me mettant alors en position pour réfléchir. Après quelques minutes, je lève la tête au ciel avant de refaire face à la belle, un sourire amical au visage.

-Je ne te forcerai pas à parler de ton passé mais sache qu’une vie est composée d’un passé, d’un futur et d’un présent. Aucun individu ne peut se séparer d’un des trois. Okay le futur peut-être plus ou moins long, le présent plus ou moins chiant et le passé plus ou moins difficile mais il faut les trois pour faire une vie.

Mais qu’est-ce que je suis en train de raconter moi ?! Je ne peux pas m’occuper de mes affaires au lieu de sortir des phrases pareilles ?! Ecoutez-moi parler, on dirait une philosophe ou ce même genre de personne ! Je reprends une bouffé de nicotine pour éviter de ressortir un truc pareil. Surtout que là je ne la connais pas vraiment. Relâchant la fumée emprisonnée dans mon corps, je change complétement de sujet comme si de rien n’était, détournant mon regard du sien.

-T’as quel âge si ce n’est pas trop indiscret ? Et puis t’es en quelle classe aussi ?

Je poursuis mon interrogatoire pour apprendre à connaitre mieux ma camarade évitant pour le moment son regard.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 49
Date d'inscription : 08/03/2014
Localisation : In WONDERLAND.
Who am i !

Carte d'identité
Les relations:
Son crime:

"La musique est un moyen d'évasion." [Pv Aria Mizako]

MessageSujet: Re: "La musique est un moyen d'évasion." [Pv Aria Mizako] Mar 15 Avr - 17:04
-Je m'appelle Aria Mizako, 18 ans et je suis en classe A-4 pour avoir commis des vols, incendies, prise d'otages, tentatives de braquage mais aussi des meurtres prémédités. Je suis homosexuelle et je crois avoir fait le tour des infos principales à savoir sur moi.


En moins de temps qu'il faut pour le dire, elle avait déballé la moitié de sa vie. Non j'exagère, mais elle venait répondre à toutes les questions que j'aurais pu lui poser. Du moins, elle me fait économiser ma salive, c'est cool. À vrai dire, je n'étais pas douée en relation humaine. J'avais des amis, bien entendu mais je ne me confiais pas enfin, habituellement. Une fois qu'elle eut fini de raconter sa petite histoire, elle me fit un clin d'œil, cela me fit légèrement sourire. Tout ce qu'elle avait fait n'été pas si effrayant que ça enfin pour moi en tout cas. J'avais ma propre histoire, et je me doute que si elle en ai arrivée au point de non-retour, c'est forcément qu'il y a une raison derrière tout ça. Sa main se dirigea ensuite vers le paquet que je lui tendais, j'allais le rangeais lorsque..

-Fumer tue... Dois-je te dire merci parce que tu participes activement à ma mort ?



"-Eh bien.. Tu as troublé une musicienne dans son œuvre, alors tu mérites la mort, tu le sais ça ? C'est impardonnable.

Répondis-je sur le même ton froid. Puis elle se mit a rire, à mon tour, je ris doucement en rangeant le paquet. Mes yeux allèrent se perdre sur le sol suite à cela. Je ne m'attendais pas à rencontrer une fille comme elle ici. Et puis moi et mes principes à la con, on était d'accord pour ne pas se faire de pote, on voulait rester dans notre coin, mais finalement, je me suis encore foiré.


-Non sérieusement, merci beaucoup, c'est super gentil. Je note que la prochaine fois, c'est moi qui t'en donne une.



"Tu rigoles ? J'm'en balance. C'est un cadeau. Je ne suis pas pauvre au point de chouiner pour une clope. Et puis, si un jour, je suis à sec, je viendrai te voir."


Cette phrase était sortie naturellement, je fixais toujours le sol d'un façon lasse. C'est malpoli de pas regarder les gens quand on leur parle? Eh bah tant pis. Je suis sûre qu'elle s'en tape royalement la blondinette. Les minutes passaient lentement et un petit silence s'était installé entre nous. Puis elle reprit la parole en tirant sur sa clope.

-Je ne te forcerai pas à parler de ton passé, mais sache qu'une vie est composée d'un passé, d'un futur et d'un présent. Aucun individu ne peut se séparer d'un des trois. Okay le futur peut-être plus ou moins long, le présent plus ou moins chiant et le passé plus ou moins difficile, mais il faut les trois pour faire une vie.


Je faisais de même en redressant la tête pour la voir, elle souriait. Un délicat rictus, envoutant, et agréable à voir. Je l'écoutais attentivement en l'observant de la même façon. Sa chevelure blonde me rappelait légèrement celle de ma sœur, celle de mon père. Ma main droite remonta le long de mon corps et alla serrer la plaque militaire qui pendait à mon cou. Ses paroles, et ses souvenirs me rendaient nostalgique. Mais je ne dis rien, j'avais appris a peser le pour et le contre avant de m'énerver. Quand elle eut fini de faire vibrer ses cordes vocales, je la vis tirer d'une façon excessive sur sa cigarette, puis elle détourna le regard comme pour éviter le mien. Des pommettes apparurent au coin de ma bouche, puis un soupir se fit entendre, c'était un sourire étrange, je l'accorde a qui voudra.

"Écoute, tu t'es livrée à moi, alors je fais de même. Il y a 3 ans de ça, ma petite sœur s'est faite renversé par un enfoiré. Elle a perdu l'usage de ses jambes sur le coup. Mes parents ont tous fait pour la soigner, mais l'argent ne pousse pas sur les arbres. Alors j'ai du m'y mettre. Mais une gosse de 14/15 ans ne peut pas gagner d'argent légalement, alors je me suis mis à me battre dans la rue pour une poignée de billets, trafic de drogue, vole, etc.. Et pour finir, tentative d'homicide sur l'un des plus gros PDG du Japon. Il n'a rien assumé, et c'est caché derrière son argent. Alors si tu te le demandes, non, je ne veux pas oublier mon passé. J'en suis fière. Fière de m'être battue pour ma sœur, fière d'avoir foutu ma vie en l'air pour tenter de sauver la sienne."

Je repris ensuite une latte sur ma clope d'une façon brutale et balançai le mégot dans la foulée. Ma gorge était serrée, et la nicotine n'arrangea rien. Mes pupilles étaient toujours fixées dans les siennes, je me demandai quel genre de réaction elle aurait face à ça. La température ambiante me tapait salement dessus, j'avais chaud, vraiment trop et ça n'arrangeait pas mon mal de crâne. J'hésitais à enlever mon t-shirt sachant que j'avais une veste dans l'étui de ma gratte.

-T'as quel âge si ce n'est pas trop indiscret ? Et puis t'es en quelle classe aussi ?

- 17 ans, 18 dans 2 mois. Et je suis en A4, dans ta classe quoi.

Ma langue sortit de ma bouche pour aller se caler sur le coté droit de ma bouche, accompagnée d'un clin d'œil. Même si elle ne me voyait pas, la situation était amusante. Puis je pouffai de rire en passant mes mains sur mon cou pour ramasser la masse de cheveux qui y trônait, un élastique vint les entourer pour former une queue-de-cheval grossièrement faite. Mais on s'en fous, ce n'est pas un défilé de mode ici. Mes pieds retournèrent sur le sol dans le but dans me lever, avant j'avais pris soin de prendre la veste en cuir qui été en boule au fond de l'étui. Elle était déchirée de part et d'autre, il faut dire qu'elle était vieille. Ce n'était pas la mienne à la base, mais celle de mon père. Je fis quelques pas pour ne pas lui mettre un coup en me changeant, puis je balançai mon débardeur sur le banc sans faire attention. Pudique ? Non. Même si cette fille était lesbienne, je m'en foutais. Et puis, je suis sûre qu'elle a jamais vu le corps d'une Japo/Norvégienne.. Personnellement, je n'ai jamais vu d'autre fille ayant ces nationalités a part ma sœur. Franchement, j'aurais très bien pu rester dans cette tenue, la météo s'y prêtait. La légère brise passa dans le bas de mon dos, et effleura ma peau à plusieurs reprises, c'était presque agréable. Mes yeux se dirigèrent machinalement sur le tatouage que je portais sur ma hanche. La veste vint ensuite prendre place sur le haut de mon corps, je ne pris pas la peine de la fermer pour l'instant. En espérant qu'il ne se mette pas à pleuvoir subitement.

"Oww.. Excuse-moi pour ça. Je supporte très mal la chaleur.. Surement mon sang nordique.."

J'avais sorti cette phrase d'une façon naturelle quoi qu'un peu gênée quand même. Je la connaissait a peine après tout.. Je me remis donc à ma place, mais au lieu de me m'asseoir, je me mis a genou sur le sol et commença a passer nerveusement mes mains sur celui ci en marmonnant des insultes dans les divers langues que je connaissais.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 411
Date d'inscription : 05/03/2014
Localisation : tout près de toi :)
Who am i !

Carte d'identité
Les relations:
Son crime:

"La musique est un moyen d'évasion." [Pv Aria Mizako]

MessageSujet: Re: "La musique est un moyen d'évasion." [Pv Aria Mizako] Sam 19 Avr - 20:03
Je passe un très bon moment en compagnie de cette Ryoko. Malgré qu’elle soit brune et moi blonde, nous avons de nombreux point commun, j’en suis certaine. Et c’est surement pour cette raison que le courant passe bien entre nous. Un petit blanc s’installe entre nous et moi je décide de faire une petite philosophie de la vie en ne réfléchissant pas vraiment aux conséquences qui aurait pu voir le jour après mes mots. Heureusement elle ne semble l’avoir pas trop mal pris et décide de me confier une partie de sa vie.

-Écoute, tu t'es livrée à moi, alors je fais de même. Il y a 3 ans de ça, ma petite sœur s'est faite renversé par un enfoiré. Elle a perdu l'usage de ses jambes sur le coup. Mes parents ont tous fait pour la soigner, mais l'argent ne pousse pas sur les arbres. Alors j'ai du m'y mettre. Mais une gosse de 14/15 ans ne peut pas gagner d'argent légalement, alors je me suis mis à me battre dans la rue pour une poignée de billets, trafic de drogue, vole, etc.. Et pour finir, tentative d'homicide sur l'un des plus gros PDG du Japon. Il n'a rien assumé, et c'est caché derrière son argent. Alors si tu te le demandes, non, je ne veux pas oublier mon passé. J'en suis fière. Fière de m'être battue pour ma sœur, fière d'avoir foutu ma vie en l'air pour tenter de sauver la sienne.

Un sourire sincère apparut sur mon visage après son discours. Cette fille est quelqu’un de fort. Elle fait passer sa famille avant ses besoins et n’hésite pas une seule seconde à sacrifier sa vie pour sauver ses confrères. Elle ne manque pas de courage, c’est certain. Je ne sais pas trop quoi lui dire après son récit. C’est pourquoi je change radicalement de sujet en lui demandant son âge et sa classe, la quittant des yeux par la même occasion car j’étais un peu gênée de partir sur une autre discussion comme ça.

- 17 ans, 18 dans 2 mois. Et je suis en A4, dans ta classe quoi.

Elle est donc en A-4. Très bien, au moins je suis sûre de la revoir très vite puisqu’elle est dans ma classe. En plus, elle a bientôt le même âge que moi donc tout est parfait. Mon regard revient se poser sur elle lorsque je l’entends rire sans comprendre pourquoi. Elle se fout de ma gueule ? Non ne commence pas à penser comme ça Aria sinon la situation va pas mal dériver et va passer du amical au chaotique en un rien de temps. Je l’observe alors sagement sans lâcher la moindre remarque. Elle s’attache les cheveux puis elle enlève son débardeur ?! Mais à quoi elle joue ?! Je lui ai bien précisé que j’étais lesbienne juste quelques secondes auparavant. J’en suis sûre, elle n’a pas pu oublier ce détail flagrant de ma personne. Serait-elle en train de me draguer ? J’explose de rire à l’égard de cette pensée. Elle se déshabille devant moi, je ne vais pas me priver du spectacle qu’elle m’offre. Je regarde alors chaque parcelle de son corps, mon intention se porte sur le tatouage qu’elle porte sur la hanche. Sa veste vient couvrir son corps nu, le spectacle prend fin.

-Oww.. Excuse-moi pour ça. Je supporte très mal la chaleur.. Surement mon sang nordique..

La brune semble aussi pudique que moi. Malgré son assurance, je senti un certain gêne dans sa voix. L’a-t-elle fait exprès de se changer devant moi ou non ? La question qui commence à m’intriguer de plus en plus. Elle n’a pas fermé sa veste en plus alors je peux toujours admirer son soutif qui couvre sa jolie poitrine alors qu’elle commence à dire des mots à peine audible et qui me sont inconnus. Ça n’a pas l’air d’être de jolis petits commentaires en plus de ça vu la manière dont elle les sort. Rigolant un moment, je décide de lui sortir avec un grand sourire sur un ton amical mais provocateur.

-Hey l’exhibitionniste, très belle poitrine !

Je me relève en dépoussiérant mes vêtements puis je m’installe sur le banc en gardant mon petit sourire qui révèle mon indécence. Je continu de la fixer un moment avant de reprendre la parole sur le même ton que le précédent.

-Ne remet pas la faute sur ton sang nordique. Tu voulais juste me montrer ton magnifique corps avoue !

Je ne peux m’empêcher de rigoler après mes mots. Parfois il faut savoir la fermer. Je ne sais pas comment elle va prendre mes mots et le pire c’est que j’en ai rien à faire. J’aime taquiner les gens mais parfois ils n’ont pas le même humour que moi et dans ces moments-là, ça part en fight. Bien évidemment j’espère qu’elle ne va pas en venir aux poings mais si c’est le cas, je m’excuserai de ma directe attitude. Oui je sors tout ce qu’il me passe par la tête et ça a toujours été comme ça. Que ça vous plaise ou non, c’est une partie de mon caractère alors il va falloir vous y faire à l’avenir. Prenant un air sérieux qui cache la perversité qui veut prendre le dessus sur moi, je lui dis d’une voix posée.

-Non, plus sérieusement, je peux comprendre qu’avec le soleil qui tape, tu dois avoir chaud puisque tu viens du nord. Alors ça ne me pose aucun problème si tu enlèves ton haut. Fais comme chez toi, on est entre fille de toute manière.

Je sais qu’elle n’a pas oublié que je suis lesbienne alors voyons juste comment elle va réagir à ça. Une fois que j’aurai analysé sa réaction, la question qui me trotte dans la tête trouvera surement sa réponse.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 49
Date d'inscription : 08/03/2014
Localisation : In WONDERLAND.
Who am i !

Carte d'identité
Les relations:
Son crime:

"La musique est un moyen d'évasion." [Pv Aria Mizako]

MessageSujet: Re: "La musique est un moyen d'évasion." [Pv Aria Mizako] Mer 7 Mai - 21:59
Cela faisait maintenant quelques minutes que j'étais en train de ratisser le sol avec mes mains. Mon médiateur, j'ai perdu mon médiateur. Sans lui je ne pourrais plus jouer.. Machinalement, je porte mon pouce à ma bouche pour mordre le peu d'ongle qui s'y trouve. Me laisser pousser les ongles pour jouer ? Hors de question. J'étais en train de m'insulter intérieurement quand j'entendis le rire d'Aria. Je soupire longuement en baissant la tête vers ma poitrine, je me désespère vraiment parfois.

« --Hey l'exhibitionniste, très belle poitrine !

Le ton sur lequel elle avait prononcé ça était amical mais provocateur. Elle veut vraiment jouer la provoc', hum ? Le coin de mes lèvres vit apparaitre un léger rictus. Bien que mon visage soit dirigé vers le sol, je pus capter un mouvement de sa part. Elle venait de s'asseoir où j'étais précédemment et c'est précisément à ce moment que mon instinct de provocatrice s'est éveillé. Mes mains quittèrent le sol me permettant ainsi de me relever d'un façon plutôt vive, si mes jambes n'étaient pas musclées à ce point.. Je me serais rétamée lamentablement devant elle, mais ce n'est pas le cas, je connais mon corps et j'en fais ma force. Et maintenant ? Vais-je jouer avec elle comme j'avais l'habitude de le faire à Tokyo ? Pourquoi pas. Elle l'aura bien cherché. Pendant que je réfléchis à quelle sauce je vais la déguster, elle continue de parler. Elle est amusante, vraiment. Cette fille ne cherche pas à cacher sa perversité, enfin si avec cet air faussement sérieux, mais ça ne fonctionne pas avec moi.




-Ne remets pas la faute sur ton sang nordique. Tu voulais juste me montrer ton magnifique corps avoue !

[...]

-Non, plus sérieusement, je peux comprendre qu'avec le soleil qui tape, tu dois avoir chaud puisque tu viens du nord. Alors ça ne me pose aucun problème si tu enlèves ton haut. Fais comme chez toi, on est entre filles de toute manière. »




Lui répondre ? Pourquoi faire ? Je vais la laisser déblatérer tout ce qu'elle veut et puis une fois qu'elle aura fini, je lui répondrais d'un coup, d'un seul. En y pensant bien, je ne sais pas dans quel genre de truc je m'embarque. Si je joue vraiment trop, la provocation, est-ce qu'elle n'agira pas de façon à me gêner ? Ou alors de façon encore plus provocante ? Lorsque que je me servais de mes atouts physiques auparavant, je cernais d'abord ma cible avant de l'attaquer, mais là, je n'avais pas eu le temps de l'observer. Mais j'aimais les défis alors j'allais relever celui-ci. Durant mon temps de réflexion, je l'ai surplombé d'un regard froid, mais lorsqu'il était associé à un sourire en coin, cette expression était carrément attirante. Le surnom de beauté froide m'avait été attribué grâce à ce sourire et ce regard. Mes yeux qui contrastaient parfaitement avec la teinte ébène de mes cheveux ne me donnaient que plus de charme d'après certaines personnes. J'étais comme perdu, essayant de me rassurer moi-même. J'étais loin d'être narcissique, alors la confiance, ce n'est pas encore ça.

« Bon.. Dis-je d'une voix douce, presque sensuelle. J'étais enfin décidée, le tout pour le tout. Je me mis à avancer dans sa direction d'une démarche sûre et légère, tout en marchant, mes mains allèrent se poser sur l'élastique qui retenait mes cheveux et l'enlevèrent avant de le replacer sur mon poignet. Une fois à sa hauteur, je me penchai pour que mon visage soit en face du sien. Mon sourire s'agrandit légèrement et un rire provocateur sortit de ma bouche. Je mis ma main sur le haut du dossier du banc de façon a ce que mon bras se retrouve à côté de sa joue. Je pouvais sentir la respiration chaude de la blondinette sur ma lèvre inférieure, cet effet était plaisant, et m'avait terriblement manqué. L'océan qui était concentré dans ma pupille plongea dans celui qui régnait en maitre dans le regard d'Aria. Mes lèvres s'entrouvrirent légèrement lorsque mon pouce et mon index prirent possession du menton de ma proie. Les paroles qui sortirent de ma bouche avaient une intonation provocante, mais pas blessante. Je voulais voir jusqu'où cette blondinette irait si je la pousse à bout.


« Pour commencer, je te remercie de ton compliment sur ma poitrine, j'apprécie. Ensuite, il faut que tu sache que mon sang nordique n'est pas une excuse, et je dois dire que le fait que tu trouves que j'ai un magnifique corps ne fait que flatter d'avantage mon égo'. Mais en toute honnêteté je ne m'attendais pas c'que tes yeux se baladent de cette façon sur mon corps, t'es une sacrée perverse, et tu le caches très mal, mais je te rassure, à ce petit jeu là, contre moi, t'as aucune chances.»

Maintenant voyons qui de la blonde ou de la brune gagnera.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 411
Date d'inscription : 05/03/2014
Localisation : tout près de toi :)
Who am i !

Carte d'identité
Les relations:
Son crime:

"La musique est un moyen d'évasion." [Pv Aria Mizako]

MessageSujet: Re: "La musique est un moyen d'évasion." [Pv Aria Mizako] Ven 9 Mai - 12:44
J’attendais une quelconque réaction de sa part. Je me demandais si elle allait bien prendre mes paroles ou alors me renvoyer balader ou même encore me foutre un poing en pleine poire. On ne peut jamais être certain des réactions d’une personne, les gens sont de plus en plus imprévisibles n’est-ce pas ? Sans un mot, je continue de l’observer. La brune me jette un regard froid mais le sourire qu’elle affiche est en totale contradiction avec ses yeux. Elle se la joue beauté froide, ce qui veut dire qu’elle va participer au jeu que je viens de lancer.

-Bon..

Que prépares-tu Ryoko ? Silencieuse, je la regarde avancer vers moi avec une démarche sûre. En levant son élastique qui tenait ses cheveux en queue de cheval, elle les laisse flotter sur la légère brise de la journée en mode « l’Oréal parce que vous le valez bien ». Elle veut m’en mettre plein la vue, ça se sent. Elle n’est pas du genre à faire les choses à moitié, elle est joueuse, au moins tout aussi que moi. Elle ne voudra pas perdre ce jeu de provocation. Elle rapproche son visage du mien, mon regard se perdait dans le sien, son rire provocateur fit apparaitre un sourire d’une même caractéristique sur mes lèvres. Si je voulais fuir, c’était impossible maintenant, son bras longeant la joue empêchait toute retraite de ma part. Je sentis quelques-uns de ses doigts saisir mon menton, nos visages sont tellement proches.

- Pour commencer, je te remercie de ton compliment sur ma poitrine, j'apprécie. Ensuite, il faut que tu sache que mon sang nordique n'est pas une excuse, et je dois dire que le fait que tu trouves que j'ai un magnifique corps ne fait que flatter d'avantage mon égo'. Mais en toute honnêteté je ne m'attendais pas c'que tes yeux se baladent de cette façon sur mon corps, t'es une sacrée perverse, et tu le caches très mal, mais je te rassure, à ce petit jeu là, contre moi, t'as aucune chances.

Aucune chance…moi ?! Elle a trouvé la bonne phrase pour me donner encore plus l’envie de jouer et de gagner ce jeu. Je ne sais pas si cette phrase n’était qu’une provocation ou si elle le pensait réellement mais une chose est sûre, je ne perdrai pas ! Je rapproche en un peu mon visage du sien, nos lèvres n’étaient plus qu’à quelques millimètres l’une de l’autre. Un souffle délicat sur les siennes puis je les effleure pour venir lui chuchoter à l’oreille quelques mots d’une voix suave.

-Ah bon tu crois ça…c’est ce qu’on va voir.

Je dépose un baiser sur sa joue avant de lui refaire face en replongeant mon océan dans le sien. J’ai toujours ce sourire provocateur au visage, il ne veut disparaitre, signe que mon adversaire est à la hauteur du jeu qui a démarré. Avec un doigt, je trace le contour de ses lèvres. Un mouvement assez lent pour plus de sensation alors que je la regarde avec plus d’intensité qu’au début. Mes lèvres se rapprochent des siennes avant leur rencontre, je stoppe mon doigt sur les siennes. Un faux baiser mais pourtant nos lèvres sont si proches mais ne se touchent pas réellement puisque mon doigt empêche cela. Toujours le même sourire qui anime mon visage, je repose mon dos sur le dossier du banc avant de lâcher sur le ton de la provocation évidemment.

-Tu ne devrais pas me provoquer à ce jeu, ça peut aller très loin…

Ma langue passe sensuellement sur mes lèvres. Petit clin d’œil pour le fun, je sors à présent de ma poche un paquet de clopes. Oui je l’ai sur moi depuis le début mais elle m’en avait proposé une gentiment, je n’allais pas cracher dessus. Je m’en allume une que je porte directement à ma bouche puis je tends le paquet à ma collègue comme ce qu’elle a fait précédemment.

-Sert-toi si tu en veux une évidemment.

Grande bouffée de nicotine que je garde un moment avant de lever ma tête au ciel pour laisser échapper la fumée. Le ciel était bleu il y a quelques minutes, les nuages commencent à le recouvrir entièrement et à enterrer derrière eux le soleil. Il va sûrement pleuvoir. Quelle idée d’avoir mis une jupe aujourd’hui… J’ai vraiment de ces idées parfois… Tant pis, ce qui est fait et fait.


[Rp avant la rencontre avec Aliena]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 49
Date d'inscription : 08/03/2014
Localisation : In WONDERLAND.
Who am i !

Carte d'identité
Les relations:
Son crime:

"La musique est un moyen d'évasion." [Pv Aria Mizako]

MessageSujet: Re: "La musique est un moyen d'évasion." [Pv Aria Mizako] Dim 15 Juin - 0:14
Bordel mais à quoi tu joues Ryoko?! Les mauvaises habitudes reviennent. Je vois une expression légèrement choquée apparaître sur son visage, mais je comprends bien vite qu'elle n'est pas choquée de mon attitude, mais plutôt de mes paroles. Elle rapproche dangereusement ses lèvres des miennes, et sa respiration caresse doucement mes lèvres puis elle les effleure avant d'atteindre mon oreille. Un chuchotement, cette fille est une allumeuse, mais je ne suis pas au bout de mes surprises. J'écoute attentivement ce qu'elle me dit pendant que mes yeux fixent un point imaginaire.

-Ah bon, tu crois ça...c'est ce qu'on va voir.

Un sourire apparaît sur mes lèvres avant même que je ne m'en rends compte. La blondinette embrasse ma joue et se remet face à moi, elle plonge ses yeux dans mon océan. La tension dans l'air est palpable. Son sourire persiste puis l'un de ses doigts se rapproche de mes lèvres, elle prend un malin plaisir à retracer le tour de celles-ci. Ses mouvements s'arrêtent, elle pose son doigt pour ensuite poser ses lèvres. Je suis stupéfaite de son attitude, mais elle m'amuse. Pourquoi faut-il que la première personne que je rencontre soit aussi malsaine que moi ? Le destin ? Des conneries en barres. Aria, jusqu'ou iras-tu ? Mes yeux continuent de scruter l'intérieur des siens, puis ils se posent sur nos lèvres presque jointes, puis elle se recule pour se remettre dans sa position initiale. Tu m'intrigues petite.

-"Tu ne devrais pas me provoquer à ce jeu, ça peut aller très loin..."

Mon dieu, lorsque mon père m'a dit qu'il ne fallait pas se fier aux apparences, j'aurais dû le croire. Cette fille semble tellement sage, avec sa chevelure claire et ses yeux bleutés, sa petite taille et tout le reste.. Je rêve. Je prie intérieurement pour que ma sœur ne devienne pas ce genre de fille, je n'ai rien contre Aria, bien sûr. Mais son attitude à du lui attirer pas mal d'ennuis. Sa langue caresse sensuellement ses lèvres puis elle me fait un clin d'œil qui en dit long sur ce qu'elle pense. Sa main s'enfonce dans sa poche pour en sortir un paquet de clope, elle en avait.. En plus d'être malsaine, elle est opportuniste ! Un sourire se dessine sur mes lèvres alors que je ne lui ai toujours pas répondu, j'ai bien une idée de ce que je pourrais lui dire, mais les mots ne viennent pas dans la bonne langue. Je suis toujours devant elle les yeux figeaient sur cette fille, elle m'intrigue. Puis elle tend son paquet vers moi, en me proposant d'en prendre une. Oh ne t'en fais, je vais en prendre une, mais je préfère celle qui est actuellement entre tes lèvres.

"Oh! Je te remercie, c'est vraiment gentil de ta part Aria!"

Dis-je d'une voix légèrement taquine. Elle lève à présent la tête vers le ciel pour constater que le temps se couvre salement. C'est maintenant ou jamais Ryo'. D'un geste vif, je tends la main et saisis cette fameuse cigarette qui était déjà légèrement consumée, puis je la place entre mes lèvres avec un sourire fier sur celles-ci. Je tire dessus en ne quittant pas la petite blonde des yeux puis je la retire d'entre mes lèvres pour la caler entre mes doigts.

"Je suis désolée, vraiment. Mais celle-ci m'attirer plus que les autres. J'espère que tu ne m'en veux pas!"

C'est à mon tour de lui faire un clin d'œil provocateur, je sens qu'on va bien s'amuser. Cette petite n'est pas au bout de ses peines avec moi, de plus je suis très têtue. Je vais pas rester debout pour attendre de prendre racine, alors je me mets sur le banc à mon tour. Je ne fais plus attention à elle pendant un court moment. Je continue de tirer sur la cigarette tout en réfléchissant à la suite de notre petit jeu. Elle a dit que tout ça pouvait aller loin, certes, mais jusqu'où? Serait-elle aussi malsaine qu'elle le prétend ou essaye-t-elle seulement de me faire peur? Quoi qu'il en soit, il faut que je continue de la chercher pour avoir ma réponse. Le haut de mon corps pivote vers elle, je pose mon bras sur le dossier du banc tout en continuant de fumer, entre deux taffes, je lui souris doucement.

"Dit moi Aria, tu agis comme ça avec tout le monde ? Enfin, je veux dire.. T'es le genre de fille provocatrice qui cherche à rendre dingue les gens avant de les jeter comme des merdes, ou quoi ? Ne prends mal mes paroles, je ne cherche pas à te rendre vénère, mais j'essaye de te cerner un peu."

Je jette le mégots encore fumant avant de me faire glisser sur le banc pour que nos corps se touchent. L'une de mes mains se glisse délicatement derrière sa tête pour écarter ses cheveux, et ma bouche se pose tendrement sur sa joue avant de rejoindre son oreille.

"Ne te méprends pas Aria, je ne te veux aucun mal."

Sans lui laisser le temps de parler, je prends son visage entre mes mains. Je fixe mes yeux dans les siens pendant quelques secondes, puis mes lèvres se posent sur les siennes. Pourquoi ? Pour la mettre en confiance. Ce baiser est doux et tendre. Je ne veux pas l'effrayer, mais juste la rassurer. Des filles comme elle, j'en ai vu un bon nombre. Et toutes ces femmes souffraient. Aucune d'elle n'était réellement comme elle le montrait. Peut-être que je me trompe, peut-être qu'elle va me gifler et m'envoyer chier. Mais ça en vaut le coup, croyez-moi. L'étreinte de nos lèvres ne dura pas longtemps, mon visage se recula doucement après quelques secondes. Puis je pinçai mes lèvres entre elles avant de sourire et de tendre la joue.

"Je suis désolée, si tu veux me gifler, c'est ici."

Quelle drôle de scène. Je souris alors que je vais sûrement me prendre l'une des plus belles claque de ma vie, je suis vraiment étrange, bordel.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 411
Date d'inscription : 05/03/2014
Localisation : tout près de toi :)
Who am i !

Carte d'identité
Les relations:
Son crime:

"La musique est un moyen d'évasion." [Pv Aria Mizako]

MessageSujet: Re: "La musique est un moyen d'évasion." [Pv Aria Mizako] Mar 17 Juin - 15:58
Je l’entends me remercier pour la clope que je viens de lui proposer mais je ne dis rien. Mon regard était plongé dans ce ciel qui s’assombrit peu à peu. Dans les films, lorsque le ciel se couvre de la sorte ça annonce un drame. Va-t-il encore m’arriver quelque chose ? Quelle merde va encore me tomber dessus ? Je souris à ces questions. J’ai tellement l’habitude de me mettre dans des histoires pas possibles que maintenant j’en rigolerai presque. Perdu dans mes pensées je fus vite tirée de ces dernières très vite. La clope qui se trouvait entre mes lèvres se retrouve désormais entre celles de Ryoko. Quelle sale gosse ! Je fronce légèrement les sourcils en voyant son petit sourire. Tsss, tu ne paies rien pour attendre.

-Je suis désolée, vraiment. Mais celle-ci m'attirer plus que les autres. J'espère que tu ne m'en veux pas!

-Elle t’attirait parce qu’elle était entre mes lèvres il y même pas 2 secondes c’est ça ? Tu sais que c’est un baiser indirect au moins ?

Elle a son clin d’œil provocateur, moi j’ai mon sourire. Comment va se finir cette histoire ? Je n’en sais trop rien mais pour le moment je dois dire que je m’amuse assez. Je la fixe du regard, la voilà maintenant assise près de moi, elle semble pensive. Que prépares-tu encore jolie brune ? Je ne la lâche pas du regard, elle m’intrigue de plus en plus.

-Dit moi Aria, tu agis comme ça avec tout le monde ? Enfin, je veux dire.. T'es le genre de fille provocatrice qui cherche à rendre dingue les gens avant de les jeter comme des merdes, ou quoi ? Ne prends mal mes paroles, je ne cherche pas à te rendre vénère, mais j'essaye de te cerner un peu.

Était-ce cela qu’elle voulait me dire mais elle ne savait pas comment me le dire peut-être ? Non elle prépare autre chose, j’en suis sûre. Mais bref, je répondrais quand même à son interrogation. Je soupir un bref instant avant de la regarder de lui dire un sourire provocateur aux lèvres.

-Si je te réponds oui que vas-tu faire ? Me cogner ou fuir peut-être ?

Elle jette son ou mon mégot au sol en fin de compte. Va-t-elle me cogner pour mon insolence ? Qu’elle vienne, je n’ai pas peur. Son visage se rapproche du mien. Un coup de boule ? Non ce n’est pas ça. Un frisson me parcourt en sentant sa main sur ma nuque et ses lèvres sur ma joue.

-Ne te méprends pas Aria, je ne te veux aucun mal.

WTF ?! Je n’ai même pas eu le temps d’en placer une que nos lèvres sont liées. Surprise de son geste, mes joues se teintent légèrement en rouge. Je ne dis rien, je ne fais rien. A vrai dire je ne comprends pas vraiment ce qui est en train de m’arriver, c’est allé trop vite pour que je capte le moindre truc. Le baiser prend fin au bout de quelques secondes, je reste muette comme une carpe.

-Je suis désolée, si tu veux me gifler, c'est ici.

Je l’observe, silencieuse, elle me tend sa joue se rendant compte de ce qu’elle venait de faire. Je parlais de baiser indirect tout à l'heure et en voilà un vrai. Waw! Mon regard se pose sur ses lèvres, elle sourit. Serait-elle sadomaso ? Je me retiens pour ne pas rigoler à cette mauvaise blague. Je crois savoir pourquoi elle sourit et je ne vais pas me gêner pour lui en faire part. Reprenant enfin mes esprits après ce doux baiser, je lui dis le sourire au visage.

-Pourquoi tu souris ? T’as apprécié de me voler ce baiser c’est ça ? Mes lèvres ont bon goût au moins ?

Je ne lui laisse pas le temps de répondre, je rapproche mon visage du sien pour lui mordre gentiment la joue.

-Voilà ta punition fille malsaine !

Pffff genre c’est moi qui dis ça alors que je suis loin d’être la petite fille sage. Je prends un air sérieux.

-Dit moi, pourquoi m’as-tu embrassée ?

Je laisse un léger blanc avant de poursuivre, un sourire au coin ayant trouvé une réplique à placer.

-Dit moi Ryoko, tu agis comme ça avec tout le monde ? T'es le genre de fille provocatrice qui cherche à rendre dingue les gens avant de les jeter comme des merdes, ou quoi ?

Retour à l’envoyeur comme on dit. Mais en même temps, je ne pouvais que lui sortir un truc du genre avec le baiser qu’elle vient de me voler. Attention, je n’ai pas dit que je n’ai pas apprécié ce moment, juste que je ne m’y attendais pas. De légères goûtes dégringole du ciel, ce n’est rien de bien méchant mais si on s’éternise dehors, on risque de se plendre une nuée sur la gueule. Mes doigts se posent sur mes lèvres, je me remémore le baiser qui vient d’être échangé puis je me mets à sourire  sans m’en rendre compte. Elle m’a volé un baiser alors je vais en faire autant. Je me lève du banc pour me mettre à califourchon sur ses cuisses. Mes mains se posent délicatement sur ses joues, mes lèvres caressent les siennes pour un tendre baiser.

-Un prêté pour un rendu n’est-ce pas ?

Je lui dis ces mots calmement, perdant mon regard dans le sien.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 49
Date d'inscription : 08/03/2014
Localisation : In WONDERLAND.
Who am i !

Carte d'identité
Les relations:
Son crime:

"La musique est un moyen d'évasion." [Pv Aria Mizako]

MessageSujet: Re: "La musique est un moyen d'évasion." [Pv Aria Mizako] Dim 22 Juin - 23:24
Quelques secondes s'écoulent, elle ne bouge plus. Je ne l'ai pas choqué à ce point tout de même ? « Ryoko, t'a encore déconné » me dis-je intérieurement. Aria me fixe d'une façon interrogative, et moi, je ne bouge pas d'un cil. Je continue de sourire même si je ne suis plus sûre que rien. C'est à ce moment qu'elle ouvrit enfin la bouche pour briser le silence qui devenait trop pesant.

« -Pourquoi tu souris ? T'as apprécié de me voler ce baiser, c'est ça ? Mes lèvres ont bon goût au moins ? >>

« Bah carrément que j'ai apprécié ! Et bien sur que tes lèvres ont bon goût ! » Voilà ce que je voulais dire, bah quoi ? Je n'allais pas dire que ce contact m'a déplu. C'était grave plaisant. Mais elle ne me laissa pas le temps de répondre et mordit ma joue d'une façon presque douce.

-Voilà ta punition fille malsaine!

Moi ? Malsaine ? Non mais je rêve ! C'est bien elle qui m'as dit qu'il ne fallait pas la provoquer sous peine que le « jeu » aille trop loin. Malgré ça, un rire s'échappe d'entre mes lèvres.

« J'avoue que mes idées sont parfois, même très souvent douteuse. Mais tu sais ce que c'est, n'est-ce pas ? »

Cette fille me plaît. Son caractère et le mien semblent très proches l'un de l'autre, il y aura forcément des étincelles par la suite mais vivons l'instant présent. Son visage redevint sérieux l'espace d'un instant. Puis elle pose cette question que j'attendais. Mais je suis une fille chiante de naissance, si elle veut sa réponse, il faudra qu'elle le devine seule.

-Dit moi, pourquoi m'as-tu embrassée ?

- Et pourquoi pas ? L'un de mes sourcils se leva lors de la prononciation de ces mots.

Puis elle laisse de nouveau un blanc, elle sourit. À quoi elle joue ? Est-ce qu'elle pense me faire craquer avec ses petits silences ou alors elle réfléchit à une réplique assez bonne ? Qu'importe, le temps me le dira. Et le temps ne se fit pas attendre.

« - Dit moi Ryoko, tu agis comme ça avec tout le monde ? T'es le genre de fille provocatrice qui cherche à rendre dingue les gens avant de les jeter comme des merdes, ou quoi ? »

Je rêve ! Elle retourne ma phrase contre moi ? C'est une blague ? Blonde, mais intelligente. Un sourire prit possession de mes lèvres avant que je n'éclate de rire pendant quelques secondes. Je n'étais pas ce genre de fille, loin de là. Je pense que cette fille ne s'attache pas facilement aux gens, alors que moi, si. Sous mes airs plutôt sombres, je suis vraiment très sensible, mais ça, peu de gens le savent.

« -Oh ! Bien joué ! Joli retournement de situation ma chère. Non, Aria. Je ne suis pas ce genre de fille, je suis incapable de faire ce genre de chose. Du moins, quand je le fais, c'est qu'il y a une raison. Lorsque j'ai dû utiliser mes atouts pour arriver à mes fins, c'est lorsque j'avais besoin de faucher de la tune, et ici, je n'ai pas ce besoin. »

J'attendais une réponse de cela lorsqu'une goutte tomba sur ma joue. Je ne compris pas vraiment jusqu'à ce que je lève les yeux pour voir que le temps s'était salement couvert durant notre petite conversation. La première pensée qui traversa mon esprit était : la guitare. Je ne l'avais pas rangé de son étui et elle était toujours en appuis sur le banc. Je regarde Aria qui est.. En train de se toucher les lèvres ?! Puis elle sourit.. Alors Blondie, ce baiser, tu l'as aimé, n'est-ce pas ? Mon regard se dirige de nouveau vers mon instrument, j'allais me lever pour le ranger lorsqu'elle s'installa sur moi comme ci de rien n'était. Sur le coup, je ne compris pas vraiment ce qu'elle voulait, mais lorsque je sentis ses lèvres sur les miennes, tout devint plus clair. À ce moment précis, la guitare n'était plus ma priorité.

-Un prêté pour un rendu n'est-ce pas ?

Mon cerveau s'était mis en mode off pendant quelque temps. La pluie commençait à salement tomber et nous étions là, sur un banc, dans une position peu amicale ? On dirait un film à l'eau de rose. Lorsque je repris mes esprits, quelques rougeurs prirent place sur mon visage et malgré celles-ci, je réussis à ouvrir la bouche pour lui répondre.

«  Eh bah ouais, un prêté pour un rendu.. »

Ses yeux étaient plongés dans les miens et la pluie avait sûrement ruiné ma coiffure. Mais les gouttes qui dégringolées sur son visage, ne la rendaient que plus belle. Alors, ouais, j'adore la pluie. Un silence s'installa lors de ma contemplation.


Ses yeux, ses cheveux, ses lèvres, ses joues, j'examine tout avec attention. Aucun détail ne m'échappe. Son visage est vraiment beau, elle ressemble à une poupée de porcelaine, celle qu'on vous interdit de toucher parce qu'elles sont terriblement fragiles. Es-tu aussi fragile que ça, Aria ? La pluie, quant à elle, ne cessa pas de tomber, et je ne ressentais pas le froid de la même façon qu'elle, mais je le ressentais tout de même, c'est cela qui me ramena à la réalité. Mes mains vinrent se poser sur ses cuisses, alors que mes lèvres se rapprochèrent de nouveaux, comme ci, elles en voulaient encore, mais au dernier moment, je changeai de direction pour atteindre son oreille.

« Aria ? Tu ne veux pas rentrer ? Tu vas finir pas tomber malade sous cette foutu pluie et.. Ma guitare est certainement remplie d'eau à l'heure où je te parle. Quoi qu'il en soit j'ai passé une superbe première journée ici, même si la pluie est venue gâcher notre plaisir. »

Mon visage revint en face du sien, je souris légèrement puis déposai de nouveau mes lèvres sur les siennes. Je ne sais pas pourquoi ni comment, mais cette fille commence à compter pour moi. Oui, je sais, je m'attache vraiment trop vite.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 411
Date d'inscription : 05/03/2014
Localisation : tout près de toi :)
Who am i !

Carte d'identité
Les relations:
Son crime:

"La musique est un moyen d'évasion." [Pv Aria Mizako]

MessageSujet: Re: "La musique est un moyen d'évasion." [Pv Aria Mizako] Mer 25 Juin - 0:58
Ryoko avait du répondant, à chaque réplique elle avait une réponse qui me faisait sourire car elle était toujours bien trouvée et pensée. Elle me dit également qu’elle est incapable de jouer avec les gens ou du moins de les draguer et de les jeter après. Mais alors pourquoi m’a-t-elle embrassé ? Si elle ne joue pas avec moi que fait-elle ? Serait-il possible qu’elle ressente quelque chose pour moi ? Et moi, étais-je vraiment en train de jouer un jeu ? Après lui avoir volé un baiser à la brune, ces questions prirent une ampleur un peu plus importante dans ma tête.

L’atmosphère était étrange. Aucune parole ne se faisant entendre après ma dernière réplique. On pouvait seulement entendre la pluie tomber de plus bel. Il pleuvait des cordes, j’étais trempée mais je m’en foutais royalement, au pire des cas, ça sera une grippe mais je ne vais pas mourir de ça quand même. Mon regard se noyait toujours dans celui de Ryoko, j’attendais une réaction de sa part, silencieuse et sagement installée sur ses cuisses.

-Eh bah ouais, un prêté pour un rendu..

Je la voyais m’observer, je ne dis rien. Je restais muette face à ses yeux d’une couleur intrigante. Une couleur inverse à celle de mes yeux mais qui pourtant les attire. La pluie continuant de dégringoler du ciel sans vouloir s’arrêter commençait refroidir mon corps mais malgré le froid que je ressentais, je ne bougeai pas d’un poil, j’étais complétement perdu dans ses yeux et dans mes pensées. Le contact de ses mains sur mes cuisses me tira de mes pensées, voyant ses lèvres se rapprocher des miennes, mes joues prirent une teinte rouge ne m’attendant pas à être embrassé dès mon retour à la réalité. Non, le baiser n’es pas pour maintenant, son souffle sur mon oreille me fit frissonner comme à chaque fois.

-Aria ? Tu ne veux pas rentrer ? Tu vas finir pas tomber malade sous cette foutu pluie et.. Ma guitare est certainement remplie d'eau à l'heure où je te parle. Quoi qu'il en soit j'ai passé une superbe première journée ici, même si la pluie est venue gâcher notre plaisir.

Sa voix était douce et calme, moi je continuais à être muette même après sa question. Pourquoi elle s’inquiète pour moi ? On vient à peine de se rencontrer alors pourquoi ? Par simple gentillesse ? Tant de question sans réponse concrète. J’essaye d’émettre des hypothèses, mais seule elle a vraiment les réponses aux questions que je me pose. Son visage se rapproche dangereusement du mien, je sais très bien ce qu’elle va faire mais je ne bouge pas. Mes lèvres sont attirées par les siennes et s’échangent un doux baiser alors que le parc commence à se transformer en piscine. Mes vinrent entourer se poser derrière elle, entourant sa nuque, pour faire durer le baiser encore un peu. Une fois le baiser terminé, je viens reposer mon regard dans le sien, un sourire provocateur aux lèvres.

-T’es vraiment malsaine toi. Tu me demandes si je veux rentrer mais tu n’attends même pas ma réponse, tu te jettes direct sur mes lèvres.

J’essayais de garder cette assurance habituelle qui m’anime en lui sortant mes répliques habituelles ainsi que ce sourire. Mais je ne peux pas cacher le rouge qui a pris part de mes joues, après le baiser échangé. Elle embrasse bien, ça il n’y a pas à dire. Je détourne le regard pour cacher mes rougeurs puis je me lève de sur ses genoux, lui tournant le dos, levant ma tête au ciel observant la pluie tomber, silencieuse. Je reste comme ça un instant, histoire me vider un peu la tête de toutes les interrogations qui attendent une réponse. Puis je décide enfin à reprendre la parole calmement gardant le dos tourné.

-Moi aussi j’ai passé une bonne journée… Désolée pour ta guitare, c’est de ma faute. J’ai vu qu’il commençait à pleuvoir mais j’ai voulu rester ici. Je risque de tomber malade ? Et toi alors ? Tu devrais t’occuper de toi au lieu de t’inquiéter pour les autres. Dans ce monde c’est chacun pour soi, si tu n’es pas assez forte mentalement et physiquement, tu te feras bouffer par le reste de la société.

J’ai toujours pensé de cette manière. Rester forte mentalement et physiquement c’est la priorité. Je ne montre jamais mes faiblesses volontairement et je sais très bien détruire une personne quand l’envie m’en prend. Dans cette société, c’est manger ou être mangé. Je ne compte pas être la proie c’est pourquoi je me suis forgée une carapace des plus solide. Mais elle n’est pas sans failles et je le sais très bien. Tant que l’homme éprouvera des sentiments, il aura des faiblesses. Soupir à l’égard de cette pensée. Je retourne vers la brunette pour lui chuchoter quelques mots à l’oreille avant de lui faire un baiser sur la joue et de partir vers les bungalows. Qu’est-ce que je lui ai chuchoté, c’est simple : 5 numéros. Oui je venais de lui donner mon numéro de téléphone, elle semblait avoir une bonne mémoire et être intelligente alors pas besoin de bout de papier. A quoi je joue putain ? Non, la question serait plutôt, est-ce un jeu cette fois ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 49
Date d'inscription : 08/03/2014
Localisation : In WONDERLAND.
Who am i !

Carte d'identité
Les relations:
Son crime:

"La musique est un moyen d'évasion." [Pv Aria Mizako]

MessageSujet: Re: "La musique est un moyen d'évasion." [Pv Aria Mizako] Lun 7 Juil - 22:41
Lors du baiser, je sentis ma nuque se faire étreindre. Elle devait apprécier mes lèvres pour vouloir faire durer ce baiser. J'aurais presque souri à cette pensée si mes lèvres n'étaient pas prisonnières des siennes. Nos lèvres se séparèrent quelques instants après, elle plongea son bleu océanique dans mon sombre et afficha ce sourire provocateur que je commençais à connaitre plus que bien.

-T'es vraiment malsaine, toi. Tu me demandes si je veux rentrer, mais tu n'attends même pas ma réponse, tu te jettes direct sur mes lèvres.

Cette réflexion me fit délicatement sourire, mais ses joues trahissaient de nouveau le fait qu'elle avait apprécié cela. Et moi aussi, j'apprécié ses lèvres et le fait que nos corps soient si proches. Je ne sais pas exactement ce qui m'arrive, mais je ferais bien de me méfier de mon cœur qui se constitue de guimauve. L'amour, cette chose si fréquente. Cette chose si blessante. J'ai eu pas mal de soucis à cause de ça, un mec pour deux filles. Mes pensées se dirigent vers une certaine fille que je n'ai pas vue depuis un bail. Qu'est-elle devenue ? Qu'importe. Aria détourne le regard puis se lève. Son corps s'éloigne du mien, elle se met de dos et contemple le ciel. Je fixe son dos, le silence prend le dessus. Les gouttes explosent au contact de mon visage, je suis trempée. Mes mains viennent frotter mon visage fébrilement. J'attends qu'elle parle, je n'ose pas. Pourquoi ? Aucune idée. Je suis sûrement trop perdu. Cet endroit, cette fille, cette journée, ces souvenirs. L'atmosphère est lourde, mes souvenirs commencent à revenir de plus belle. Les rires de ma sœur, le sourire de ma mère, le regard fier de mon père. Mes yeux me piquent, mes mains commencent à trembler. Puis elle parle.

-Moi aussi, j'ai passé une bonne journée... Désolée pour ta guitare, c'est de ma faute. J'ai vu qu'il commençait à pleuvoir, mais j'ai voulu rester ici. Je risque de tomber malade ? Et toi alors ? Tu devrais t'occuper de toi au lieu de t'inquiéter pour les autres. Dans ce monde, c'est chacun pour soi, si tu n'es pas assez forte mentalement et physiquement, tu te feras bouffer par le reste de la société."

Merci, bordel, merci. Elle vient de me sauver, de quoi j'aurai eu l'air en pleurant, elle n'aurait pas compris. Je continue de fixer son dos, puis un rictus apparait sur mes lèvres. Je soupire longuement après ses paroles.

"Ne t'inquiète pas pour la guitare, ça ira. Je suis forte, n'en doute pas. Je ne m'inquiète pas pour moi, parce que je ne me considère pas comme quelqu'un de bien. Je n'ai pas réussi à sauver ma propre peau, alors disons que j'essaye de sauver celle des autres. C'est un raisonnement stupide, certes. Mais je préfère être altruiste qu'égoïste."

Je ne sais pas si elle avait entendu ce que j'avais dit, mais peut importe. Elle s'approche pour me chuchoter son numéro, elle embrasse doucement ma joue puis me tourne le dos et part. Je l'observe jusqu'à ce qu'elle disparaisse dans l'horizon. Elle venait de partir, mais je ne bouge pas. Mon regard se pose sur ma guitare qui était inondée. Je grimace péniblement. Il pleut encore, et toujours. Mais je n'ai pas envie de bouger. Je suis bien dans cet endroit. Ma nuque rencontre le dossier du banc, j'observe le ciel d'une façon non-chalande. La pluie forme de légères lignes sur mon visage. Ces lignes ressemblent surement à des larmes. Décidément, cette journée est forte en émotion. Après plusieurs minutes de scarification mentale, je pris enfin la décision de rentrer pour me mettre à l'abri. La première chose que je fis en rentrant dans ma chambre ? Enregistrer le numéro de la jolie blonde que je venais de rencontrer. Le simple fait de penser à elle m'arracha un sourire niais. Je ne sais ce que ça donnera avec le temps, mais je l'apprécie.. Mais comme on dit : "qui vivra, verra."
Revenir en haut Aller en bas
" Contenu sponsorisé "
Who am i !

"La musique est un moyen d'évasion." [Pv Aria Mizako]

MessageSujet: Re: "La musique est un moyen d'évasion." [Pv Aria Mizako]
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» La musique au Moyen Âge
» Musique et Histoire...
» L'histoire des instruments de musique
» [ Musique ] Thème de vos personnages
» Décès d'Éval Manigat, père de la musique du monde québécoise

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: .:Archives:. :: Rp's terminés-