AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

" Invité "
Who am i !

"Bienvenue cher collègue"[PV Willi J. Hoffel]

MessageSujet: "Bienvenue cher collègue"[PV Willi J. Hoffel] Ven 18 Avr - 21:41

    J’entend au loin mon réveil sonner, je l'arrête et me rallonge dans mon lit fermant les yeux en me disant que j’ai encore le temps de dormir quelques minutes.Lorsque je les rouvre, je tourne vivement la tête vers mon réveil qui affiche 9h50. Dans dix minutes mon cours commence et je ne suis même pas habillé. Je saute de mon lit et cours sous la douche. Une fois sortis, j’enfile rapidement une jupe et un chemisier blanc, je prends mes escarpins entre mes doigts et cours au lycée sans passer par la case petit déjeuner et clope. Lorsque j’arrive en vus de l’établissement je passe mes escarpins aux pieds et me dépêche de rejoindre ma salle de classe. J’arrive finalement avec seulement quinze petites minutes en retard mais pas mal de mes petits élèves ont levés le camp. Je commence donc mon cours, avec quelques élèves. Il se passe bien, je les laisse même sortir, comme à d’habitude, avant la sonnerie. Ce qui me permet de sortir moi aussi, en avance pour pouvoir profiter des couloirs vides mais c’est pour d'une courte durée.La sonnerie annonçant, aux élèves et surtout aux professeurs, midi retentit me faisant sursauter. Des hordes d’élèves apparurent dans les couloirs. Je me fais légèrement bousculer à droite et à gauche, par des jeunes gens qui cours en direction du réfectoire dont certains balancent des « ‘xcusé » lorsqu’ils rencontrent un obstacle, ce qui me fait ricaner malgré moi. Je me dirige d’un pas plutôt lent vers le coin fumeur n’ayant pas cours cette après-midi. Je sors une clope de mon sac et le porte à mes lèvres. La nicotine s’insinue dans mes cellules ce qui fait redescendre la pression accumulé ces deux dernières heures. Une fois terminé, je décide d’aller rendre une petite visite à mes collègues avant de rentrer chez moi.Non loin de la salle des professeurs, je crois un homme assez grand, voire même très grand, qui semble chercher quelque chose, mais je n’y prête pas plus d’importance que ça, il va bien trouver ce qu’il cherche tout seul. Je continue donc mon chemin. Quand je rentre dans la salle un «Personne» sort d’entre mes lèvres.  J’aurais dû m’en douter, comme d’habitude la salle des professeurs est vide. Il n’y a déjà pas beaucoup de professeur mais en plus de ça je ne vois, pratiquement, jamais certains professeurs qui préfèrent sûrement seuls.Enfin ils font comme ils veulent. Je pousse un long soupire avant de me diriger vers la machine à café, pour m’en prendre un avant d’aller m’échouer sur les fauteuils près de la fenêtre. Je prends entre mes mains le journal de l’île pour regarder les nouvelles, ne prenant pas les journaux. Il faut bien s’informer.
Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
Who am i !

"Bienvenue cher collègue"[PV Willi J. Hoffel]

MessageSujet: Re: "Bienvenue cher collègue"[PV Willi J. Hoffel] Ven 18 Avr - 23:51
« Quand il m'arrive quelque chose, je préfère être là. » L'Etranger - Albert Camus

Il faut un début à tout. Mais tout n'est pas aussi simple quand on change radicalement de mode de vie et que l'on bouscule ses habitudes. Willi venait à peine de poser ses affaires et de débarquer à l'internat. Au sens propre et au sens figuré du terme. C'était certes pas nouveau pour lui, mais il fallait qu'il se remette en tête qu'il allait devoir de nouveau s'imposer un rythme de travail et une certaine discipline. Donc de belles rigolades en perspectives.

Willi avait été lâché sans aucune indication. Il a bien tenté de demander son chemin, mais fallait croire que se ramener avec un fort accent allemand, ça n'était pas dans l'habitude de toute le monde ou alors ça faisait mal aux oreilles. Ou ça devait rappeler à certains de mauvais souvenirs. Qu'importe, il avait pris ses quartiers dans une petite maison hors de la ville et avait pris les transports en communs pour arriver jusque ici. Il regarda sa montre. Il lui avait fallut une vingtaine de minutes pour arriver jusqu'à son futur lieu de travail. Oui futur, car il ne commencerait que la semaine prochaine, donc il fallait qu'il aille faire une inspection sur le terrain. "Celui qui n'a pas enquêter doit savoir fermer sa gueule", à dit un jour un dirigeant politique moustachu. Non pas celui là, l'autre. C'était une bonne occasion de mettre tout ça en pratique.

C'était la sortie des cours, en début d'après-midi. Il se faufilait entre les différentes masses d'élèves qui le bousculait à droite et à gauche. Comme si il n'existait pas, ou alors qu'il était sans doute un adulte, donc quelqu'un d'infréquentable. A force dêtre poussé dans tous les sens, il fini par sortir de cette masse informel pour pouvoir respirer quelques secondes. Il tapa dans ses mains pour attirer l'attention sur lui et demanda son chemin vers l'administration. Il n'eut comme réponse, que quelques doigts levés bien haut. En gros, c'était pas la peine d'insister dans ce sens là. Il soupira un long moment avant de pousser la double porte de ce qui semblait être le bâtiment principal. C'était vide, comme si un champ d'attraction se trouvait en dehord de ses murs. Il avançait dans les couloirs, espérant trouver quelqu'un. Mais pas grand monde, quelques retardataires et des femmes de ménages. Willi s'arrêta un instant et tapota sa montre pour être sûr qu'elle fonctionnait encore et qu'elle lui indiquait bien l'heure. Il haussa les épaules, mis ses mains dans les poches et continua sa visite du bâtiment, cherchant où pourrait bien se cacher la salle des professeurs.

Alors qu'il s'ennuyait profondément à chercher cette fameuse salle, il s'amusait à ouvrir toutes les salles de classes pour voir si il n'y avait personne à l'intérieur. Il prenait la peine de faire claquer les portes à chaque fois, laissant ces dernières grandes ouvertes sur son passage. Toujours rien, si ce n'est quelques rares élèves qui essayent de faire les studieux. Willi fit le tour une, deux, trois fois... Avant de s'arrêter devant une porte. Il plissa légèrement les yeux pour déchiffrer ce qu'il y avait marqué et... Bingo ! C'était la salle des professeurs. Il posa sa main sur la poignet mais se rendit compte qu'il s'était habillé non pas comme un prof, mais comme il s'habillait habituellement : Ses Doc', son manteau noir, un t-shirt délavé... La grande classe ! Trop tard pour rentrer de toute façon. Il pris une profonde inspiration et ouvrit la porte d'un coup. Il s'apprêtait à dire quelque chose mas fut stopper net par... le vide de la salle. Il soupira encore une fois, marmommant quelques paroles en allemand avant de refermer la porte. Il sortit de sa poche quelques pièces, continuant à parler avec lui-même pour se prendre un café quand il remarqua enfin qu'il y avait quelqu'un dans la pièce avec lui. Il sursauta légèrement, une fois son café servit. Willi souffla, se tenant la cage thoracique pour se remettre de ses émotions.

« Möchten verhindern, hatte ich fast einen Herzinfarkt !* Hum... Je suis désolé, ma langue maternelle me revient à certaines occasions. Je... Je suis le nouveau professeur de Sociologuie, Willi Hoffel. A qui ai-je l'honneur ? »

Il prit son café et fit un léger sourire en direction de l'inconnu, tendant sa main pour faire connaissance. Il y a certes mieux comme moyen de faire une rencontre, surtout avec une future collègue, mais il faut faire avec ce que l'on a.

--

* Faudrait prévenir, j'ai failli avoir une attaque cardiaque !
Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
Who am i !

"Bienvenue cher collègue"[PV Willi J. Hoffel]

MessageSujet: Re: "Bienvenue cher collègue"[PV Willi J. Hoffel] Sam 19 Avr - 16:30
    Plongée dans la lecture de mon journal, je n’entends pas l’homme entrer dans la salle. Mais lorsqu’une voix se fait attendre derrière moi, me fait sursauter. Je pose ma main au niveau de ma poitrine en essayant de reprendre mon souffle qui c’était accéléré sous la peur. La voix est grave et parle tout d’abord dans une langue qui m’est connu mais que je ne comprends pas, de l’allemand.  Je me tourne dans la direction de la voix et tombe sur un homme vêtu d’une tenue pas vraiment conventionnelle pour un prof, un manteau noir, un t-shirt délavé et des doc’, ce qui me fait sourire.
    L’homme en face de moi s’appelle Willi Hoffel et qu’il est donc le nouveau professeur de Sociologie. Lorsqu’il a fini je me lève et me dirige vers lui.

    «  C’est moi qui m’excuse je ne vous ai pas entendu arriver.»

    Je prends la main qu’il me tend tout en levant la tête pour pouvoir le regarder correctement  dans les yeux. Un sourire s’affiche sur mes lèvres, tout en me présentant.

    «  Je suis Grey Lacey la prof de Littérature. Bienvenue à l’Internat Kyrie en espérant que tu t’y plaises. C'est votre premier jour ici?»

    Je lâche sa main et retourne m’assoir dans un des fauteuils sauf que cette fois-ci face à lui pour pouvoir le détailler sans trop être vu par mon compère. Même si je n’arrive pas vraiment à être discrète. Au premier abord, on remarque tout de suite sa grande taille mais aussi l’amoncellement de piercing sur son visage. Sur l’arcade, les oreilles, le nez et la lèvre. J’aperçois aussi dans son cou des tatouages qui de loin ressemblent à  des tatouages tribaux. La deuxième chose est ses cheveux argent et ses yeux bleus. Ma petite inspection continue, je jette un coup d’œil vers ses mains et voit une tasse de café. Je relève les yeux vers les siens.

    «  Et j’espère que tu t’habitueras à ce café. Il peut être parfois très bon mais d’autre fois il a un goût affreux. Mais on s'y habitue vite »

    Je lui lance un petit sourire.
    En parlant de café, je me lève et vais m’en faire couler un. Je m’appuie sur le meuble ou est posé la cafetière et ayant fini l’analyse de mon nouveau collègue, je regarde autour de nous, la salle est toujours vide. Entre temps personne ne nous a rejoints. Je regarde l’horloge accroché au mur. Les cours ont recommencé depuis un petit moment maintenant, ça explique tout.

    « Autant t’en informer tout de suite, pas beaucoup de professeurs viennent dans cette salle de pause entre les cours, certains préfèrent rester seul »
Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
Who am i !

"Bienvenue cher collègue"[PV Willi J. Hoffel]

MessageSujet: Re: "Bienvenue cher collègue"[PV Willi J. Hoffel] Lun 21 Avr - 11:34
« Quand il m'arrive quelque chose, je préfère être là. » L'Etranger - Albert Camus

Il pouvait s'attendre à pire. Mais entre le vide intersidéral qu'il avait rencontré jusqu'ici dans l'établissement et le fait qu'il retrouvait ici même ce même vide, lui faisait se poser des questions sur la pertinence de son choix de venir faire professeur ici. Mais au moins, il ne tombe pas sur les plus ingrats quand ils se décident à se montrer et à lui adresser la parole. Alors... On fait avec.

« Bien, très bien. Je suis heureux de pouvoir faire ta connaissance. C'est comment les cours de Littérature ? Ils mangent pas les feuilles et te jettent la reliure en pleine gueule ? »

Il dit ça avec un léger rire moqueur, pour marquer le fait que sa remarque était ironique. Il pris son café et alla s'installer sur un des fauteils, en profitant pour retirer son manteau qu'il déposa sur le dossier derrière lui, posant également le café sur la petite table. Il bailla légèrement, se couvrant la bouche et se saisit du sucre pour le mettre dans le café, faisant tournoyer le liquide dans le gobelet. Il le regarda pendant quelques instants et le porte à ses lèvres. Il fit une légère grimace lors de la première gorgée, puis le reposa. Il s'essuia les lèvres puis regarda sa camarade du jour avec un sourire en coin.

« C'est vrai que j'ai bu du meilleur café que ça. Mais je pense que le matin, il n'y a rien de mieux pour... Comment dire. Se mettre en forme ? »

Au final, il ne le fera pas le difficile. Boire du café n'est certes pas un luxe, mais c'est mieux que rien quand on compare à l'ensemble de sa situation. Willi restait intrigué par cette ambiance, lui qui n'avait jamais travaillé autre part que dans des établissements réservés pour une certaine élite, avec une certaine capacité financière. Il plongeait dans un monde qu'il ne connaissait pas, ou qu'il avait du mal à saisir. Chez lui en Allemagne, il y a toujours eu une discipline stricte à suivre, un ordre carré et militaire un peu. "Alles in ordnung muss sein", ou pour faire plus simple "Tout doit être en ordre". On ne fait pas plus germanique, n'est-ce pas ?

« Sinon la Littérature Allemande, t'en penses quoi ? Moi je fais de la sociologie, c'est assez vite vu dans ce domaine. Je me demande comment est-ce que tu fait pour rendre ton cours intéressant. J'veux dire... N'y vois aucune allusion, d'aucunes sortes. »

Il fini son café d'une traite et écrasa la gobelet entre ses mains avant de tirer la langue et de faire une sale tête. Au final, le café ça sera seulement pour les grandes occassions. Pour le reste du temps, ce sera du potage et rien de plus. C'est bon le potage en plus, et ça ne peut avoir que meilleur gout comparé à ce qu'il venait de boire. Il fouilla de nouveau dans son manteau pour sortir un étui contenant des cigarettes, en prit une et l'alluma avec son zippo. Il se leva ensuite pour ouvrir la fenêtre et s'accouder à celle-ci, faisant face à la professeure.

« Si les professeurs sont dans le même délire que les élèves, je sens que je vais me plaire ici. C'est juste un point de vue personnel, mais ça me réconforte quelque part. »
Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
Who am i !

"Bienvenue cher collègue"[PV Willi J. Hoffel]

MessageSujet: Re: "Bienvenue cher collègue"[PV Willi J. Hoffel] Mar 6 Mai - 17:59
    Une fois mon café fait je retourne à la place où j’étais, tout à l’heure, sur un des fauteuils en écoutant le nouveau professeur.

    « Mon cours se passe comme un cours » Je rigole « Et ce qui est des combats de reliures et de feuilles ce n’est pas le cas. En tout cas pas pour l’instant. »

    Je finis de boire ma tasse de café écoutant mon collègue qui s’installe en face de moi en enlevant sa veste. Pour une fois qu’un professeur vient dans la salle spécialement dédiée pour eux, autant en profiter.
    Je le regarde porter son gobelet à ses lèvres. Quand j’aperçois la grimace de dégout qui prend place sur son visage un petit sourire, qui s’efface rapidement, s’affiche sur mes lèvres

    « Se mettre en forme ? Oui. Habituellement oui c’est à ça que sert le café mais pas celui-ci, il est trop infect pour ça. »

    Je finis ma phrase en basculant ma tête sur l’appui tête regardant le plafond blanc de la salle. Quand il me pose une question, je tourne mon regard sur sa tête argentée.

    « La littérature allemande ? » Je réfléchi rapidement avant de reprendre la parole, le regardant allumer une cigarette, « Je trouve qu’il y a d’excellent écrivain comme Hermann Hesse ou encore Thomas Mann c’en est même dommage que dans le monde la littérature allemande soit beaucoup moins présente que la littérature anglaise ou française. »

    L’odeur de la cigarette qu’il vient juste d’allumer se répercute dans mon organisme et agite mon envie d’en porter une à ma bouche pour quelques bouffés. Je me lève du canapé et va le rejoindre à la fenêtre prenant une cigarette, dans mon paquet, la portant à mes lèvres avant de l’allumer.

    « Pour ce qui est des mêmes délire je ne sais pas, la salle des profs est souvent vide  donc difficile de savoir ce que font les autres professeurs mais ce que je sais c'est que certains on fait les quatre cents coups avant de venir ici donc certains doivent bien avoir les même délire qu'eux. »

    Je baisse mon regard sur les quelques élèves qui entre dans l’établissement et d’autre qui en sorte pour se diriger vers les bungalows. Je tire une dernière bouffé avant d’écraser ma cigarette et garde mon mégot à la main avant de me tourner vers Willi.

    « Je vais paraître curieuse mais comment as-tu finis par te retrouver ici aussi loin de chez vous ? »

    Par son accent, on sait directement qu’il vient d’Allemagne.
Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
Who am i !

"Bienvenue cher collègue"[PV Willi J. Hoffel]

MessageSujet: Re: "Bienvenue cher collègue"[PV Willi J. Hoffel] Jeu 8 Mai - 19:05
« Quand il m'arrive quelque chose, je préfère être là. » L'Etranger - Albert Camus

Le café lui avait laissé un sale gout dans la bouche, comme si il avait mangé de la terre, ou avaler un seau de bave. Quelque chose comme ça et la cigarette avait de la peine à lui faire enlever ce gout médiocre et acre qu'il avait au fond du palet. Si il enchaînait les cigarettes, c'était pour essayer d'atténuer cette mauvaise sensation. Rien ne semblait y faire.

« Non sérieusement, ce café est vraiment infect. Même à l'armée il avait meilleur gout. Pourtant à l'armée c'est pas le genre quatre étoiles. Je pense qu'à la cantine, quand ils coupent l'herbe ils servent des epinards à midi ? »

Certes c'était de mauvais goût, mais c'est tout ce qu'il avait trouvé pour essayer de faire un peu d'humour : Fallait pas que la journée ne ressemble à rien du tout simplement à cause d'une histoire de café. Il jeta sa cigarette après l'avoir écrasé sur le rebord de la fenêtre, avant de fouiller dans la poche de son manteau pour en extraire son portable. Il fit quelques manipulations avant de le raner, se dirigeant une nouvelle fois vers la machine à café, regardant avec intention ce qu'elle proposait d'autre que le jus de tourbe qu'il avait pris juste avant. Il resta prostré devant la machine, pendant quelques instants. Puis il appuya sur l'un des boutons.

« J'vais prendre un potage. Ce sera sans doute meilleur que ce que j'ai pu avant. Puis si je suis malade, j'aurai toujours une bonne excuse pour ne pas faire cours. »

Il lança sa phrase en faisant un léger sourire à sa collègue, attrapant le gobelet et faisant tournoyer la touillette à l'intérieur du gobelet rempli d'un liquide de couleur orange. Il le renifla, puis en bu une légère gorgée. D'abord sceptique, il fait un large sourire quand il se rendit compte que le potage avait un bien meilleur gout que ce qu'il avait pu boire juste avant.

« C'est entre autre une des raisons. Faut dire que la période de 1933 à 1945 a laissé quelques séquelles dans l'histoire allemande. Puis juste ce qui s'est passé après. Par exemple moi, je suis né dans l'ex-RDA. Mais mais, on aurait tort de croire qu'il ne s'est rien passé en Allemagne depuis : Nous avons le pays de la poésie, de la philosophie et des arts, quand même ! »

Il revint s'installer juste à côté d'elle, en profitant pour la détailler légèrement du regard, rien de bien marqué. C'était toujours agréable d'avoir des collègues, qu'elles soient féminines et agréables à regarder. ça changeait de toujours devoir se trimballer avec la même bande de vieux en complot costard et avec une serviette. Enfin, c'était le passé, il savait que le futur se bâtirait ici. Il avait jeté un coup d'oeil à l'extérieur, se laissant distraire quelques instants, avant de se reprendre.

« Ah oui, pardon. J'avais besoin de changement. J'étais professeur dans un institut catholique en Bavière, le genre uppé et tout l'reste. Je ne m'y suis pas plu et j'ai fini par mettre une droite à mon directeur, parce qu'il n'aimait pas ma manière d'enseigner. J'ai virevolter pendant deux années avant d'être embauché ici. Rien de bien sorcier. Et toi ? Tu t'es retrouvé comment ici ? »

Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
Who am i !

"Bienvenue cher collègue"[PV Willi J. Hoffel]

MessageSujet: Re: "Bienvenue cher collègue"[PV Willi J. Hoffel] Lun 12 Mai - 8:31
    Je rigole c’est vrai que c’est un peu comme une légende de l’école le fait que lorsque les jardiniers tondent la pelouse le lendemain dans les assiettes, à la cantine, on retrouve des épinards.

    «  Je pense que c’est le cas. Ils font tout pour que cette légende perdure à travers les siècles. En tout cas je trouve ça amusant. »

    Je me hisse sur le rebord de la fenêtre le regardant goûter au potage qui vu son visage, qui donne l’impression de s’illuminer, doit être de bien meilleur goût que ce café infecte. Je ne peux m’empêcher, d’ailleurs, de lui poser la question.

    « Ca a meilleur goût ? » Un petit sourire orne mes lèvres tour en disant cela.

    Je devrais peut-être mis mettre moi aussi au potage ? Non je ne peux pas même je suis bien trop accro au café pour ça.
    Campé sur ma fenêtre je me rallume une nouvelle cigarette essayant tant bien que mal de ne pas faire rentrer trop de fumer dans la pièce ce qui est une mission impossible vu la position dans laquelle je me trouve, écoutant le jeune homme, qui doit être un peu plus âgé que moi.

    « Vous avez aussi les sciences. Personnellement, j’espère  qu’un jour la littérature allemande va reprendre sa place avec la littérature française et anglaise. »

    Tout en m’exprimant, mes yeux étaient postés sur mon collègue qui revenait se réinstaller vers moi. Je crois même que son regard m’a détaillé. Bof ce n’est pas gênant, j’en souris même lorsqu’il se me à regarder dehors.

    En attendant la réponse à sa question, je commence à voir ce que je peux bien lui répondre si jamais il me retourne la question.  
    Quand une voix grave s’élève, j’essaie de me raccrocher à la conversation. Mais je n’y arrive pas, n’écoutant pas vraiment ce qu’il me répond me baladant dans de sombres pensées. Je retiens tout de même quelque morceau de la conversation. Il avait besoin de changement. Dans un sens comme moi. Quand je l’entends me retourner la question des images de la raison de ma venue ici refont surface. Je secoue la tête pour les faire disparaître ne répondant pas tout de suite à la question cherchant ce que je pourrais bien lui répondre. Je décide de rester assez vague, il n’a pas besoin de tout savoir.

    « La même chose que vous….J’avais besoin de changement. Je n’ai jamais eu d’expérience professionnel avant alors quand on m’a proposé ce poste j’ai tout de suite accepté. »

    Je laisse échapper un petit rire. Dans un sens c’est fou je n’ai jamais travaillé avec des élèves avant ce poste appart lors de mes stages mais ce n’était pas grand-chose et j’accepte immédiatement un travail dans un établissement destiné à remettre des jeunes dans le droit chemin. Ce qui est loin d’être facile pour certain. Au moins je peux faire ce qu’il me plaît.

    « Comme ça  je suis loin de chez moi et je peux exercer un métier que j’aime. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 410
Date d'inscription : 28/04/2014
Age : 20
Localisation : France.
Who am i !

Carte d'identité
Les relations:
Son crime:

"Bienvenue cher collègue"[PV Willi J. Hoffel]

MessageSujet: Re: "Bienvenue cher collègue"[PV Willi J. Hoffel] Sam 21 Juin - 3:19

UP ?

Si votre RP est abandonné ou terminé merci de le renseigner ici.

Merci
Revenir en haut Aller en bas
" Contenu sponsorisé "
Who am i !

"Bienvenue cher collègue"[PV Willi J. Hoffel]

MessageSujet: Re: "Bienvenue cher collègue"[PV Willi J. Hoffel]
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Bien le bonjour, cher collègue [Ft. Azuma Yasumasa]
» Bienvenue à Pierre Raymond!
» Bienvenue Laurent
» Mort d'un jeune journaliste/Adieu Bien-Cher, adieu mon ami
» Petit décor rapide pour pas cher.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: .:Archives:. :: Rp's inachevés-