AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

" Invité "
Who am i !

L'élégance peut tuer, ou du moins rendre fou au point de vous tirer une balle. [ Ft. Willi et Ivy]

MessageSujet: L'élégance peut tuer, ou du moins rendre fou au point de vous tirer une balle. [ Ft. Willi et Ivy] Mer 30 Avr - 20:23

    Hope soupira. Elle était arrivé dans le hall. Le hall, c'était quoi ? Une grande, très grande pièce. Spacieuse, rangée, niquel. Ça changeait de chez Hope.Elle ne savait pas vraiment quoi faire pour l'instant, elle n'avait pas de cours à donner et c'était la première fois qu'elle devait enseignée. C'était d'ailleurs une drôle d'idée que d'enseigner dans un endroit où on sait qu'il y a des élèves à problèmes. Hope ne devait pas avoir peur du stress. Mais d'un côté, elle sait qu'elle verrait bientôt des cheveux blancs pousser, alors qu'elle est encore très jeune.L'adulte décida de prendre un miroir et vérifier ses lèvres. Le noir commençait à partir, il fallait en remettre. Car des lèvres grises ne font pas partie des choses qu'elle dit comme sexy.Hope regarde de droite à gauche pour voir si des chaises n'attendaient que une personne pour s'asseoir dessus, mais rien. Elle devra donc se remaquiller debout, pauvre petite. Ensuite, elle devra vérifier ses cheveux.Cette jeune femme était si maniaque sur son physique. Aucun bouton n'avait de place sur son visage, aucune ride, aucune imperfection. Hope devait être photoshopé, c'était certain.La jeune femme commençait à s'ennuyait, mais que faire d'autre ? Elle n'osait pas aller dans d'autres et encore moins dans la salle de cours qu'on lui avait assignée. Pas tout de suite, en tout cas. Elle posa par terre sa pochette à dessin, qu'elle tenait sous son bras depuis un moment. Elle regarda autour d'elle et ne sut pas quoi faire. Et comme-ci le fait qu'elle s'ennuie n'était pas suffisant, elle était perdue. Cet endroit était surement bien trop grand pour la pauvre petite chose qu'elle était.L'endroit était bien trop silencieux, strict, blanc. Hope était dérangée, elle n'était pas normale. La jeune femme était habituée aux bruits, au désordre.Elle ne put tenir. Hélas.


- AAAAAAAAAAAAAAAAAH !

    Hope s'allongea par terre, soupira un grand coup. Son cri lui avait changé les idées. C'est à ce moment-là qu'elle réfléchit à son acte. Toute l'administration était à côté, et son cri était si perçant qu'on aurait cru à un meurtre. Tuée alors qu'elle venait d'arriver ?Elle commença à prier intérieurement que les murs soient étanches. Pitié, qu'ils soient étanches.Sa jupe remontait, elle s'en fichait. Cette jupe de secrétaire, rose. Elle l'adorait. Mais là maintenant tout de suite, si elle ne redescendait pas, elles n'allaient plus être amies. Voyons le manque de vie de la jupe, elle décida de la baisser seule. Puis, elle entendit un bruit. Elle tourna la tête vers l'endroit d'où venait le bruit. Et comme-ci elle s'en fichait, dit d'un air gracieux, d'une voix qui se voulait harmonieuse, pas trop folle. On aurait pu croire qu'elle n'avait jamais crié aussi fort, rien que pour percer cet odieux silence.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 40
Date d'inscription : 21/01/2014
Localisation : Sûrement pas derrière ton cul!
Who am i !

Carte d'identité
Les relations:
Son crime:

L'élégance peut tuer, ou du moins rendre fou au point de vous tirer une balle. [ Ft. Willi et Ivy]

MessageSujet: Re: L'élégance peut tuer, ou du moins rendre fou au point de vous tirer une balle. [ Ft. Willi et Ivy] Jeu 1 Mai - 1:15

FEAT. Hope & Willi
Codage ©PAINDORE sur APPLE SPRING △ 777 mots. JACKPOT

Le matin. Alors que les rayons se faufilaient à peine entre les fentes volets, la jeune Ivy était déjà debout et prête à partir de son bungalow. Elle venait d'arriver il y a peu, mais étrangement, elle se sentait déjà bien, ici. Et puis aujourd'hui, c'était mission orientation. Ah ça, elle n'avait pas l'intention d'aller en cours; de toute façon, elle n'était même pas sûre si ses cours avaient lieu aujourd'hui. Alors tant pis si on tente de lui taper sur les doigts, son excuse sera toujours la même. Et puis, en plus de ça, la pauvre ne savait même pas où se trouvait la salle où devait se dérouler son putain de premier cours. Alors autant laisser couler et éviter de faire chier.

Ce matin-là, la demoiselle s'était vêtue d'un simple haut blanc décoré d'un petit ruban rouge, d'une jupe noire, de ses chaussures blanches préférées et d'une veste noire et blanche dont les manches ont été retroussées. La petite n'aime pas avoir les avants-bras couverts, trouvant ça écœurant, même en hiver. Alors peu importe les hauts qu'elle porte, jamais elle aura les manches longues non retroussées; du moins, à quelques exceptions près. Une fois prête, elle s'empara son téléphone puis quitta la pièce, mains dans les poches. Sa petite exploration lui prendra sûrement la matinée, qui sait? Et puis elle rencontrera sûrement d'autres gens comme elle... mais évidemment, elle les enverra chier, comme à son habitude.

Après avoir traversé la verdure, Ivy arriva devant l'internat. Quel con a décidé de construire des bungalows et pas tout simplement faire des chambres? Ceci-dit, l'endroit n'est pas si dégueulasse; c'est calme, paisible, un peu tout ce dont a besoin la fille au caractère changeant. En parlant de ça, aujourd'hui, elle se sentait étrangement bien. De bonne humeur, donc, elle franchissait les portes, regardant avec intention son téléphone; il était encore assez tôt pour que personne ne vienne l'emmerder. Alors sans même quitter du regard son appareil, elle se dirigea vers la gauche, en espérant réapparaître au même endroit après son petit tour.

Les couloirs, les portes, le plafond même, tout était blanc. Ce blanc lui arrachait la rétine, elle en grimaçait avant d'en pester dans sa barbe inexistante. Ivy aurait pu tout simplement regarder le plan qui se trouvait dans le hall, mais non, elle préférait faire sa tête brûlée et explorer les lieux seule. Dehors, elle avait déjà repéré un terrain de sport, endroit qu'elle adulera sûrement, une piscine et même un parc. Dis-donc, cet internat est bien équipé... peut-être que l'avoir envoyé ici n'était finalement pas une mauvaise idée.

Alors qu'elle s'apprêtait à retourner dans le hall pour explorer un nouveau couloir, un cri perçant lui déchira les tympans, la laissant un peu surprise de par un tel boucan. Sans se presser, elle était bientôt arrivée dans ce qui servait d'entrée principale. Une fois à destination, elle haussa un sourcil, remarquant une dame à terre qui la fixait également. Aurait-elle fait du bruit en arrivant? Il faut dire, ses pas n'étaient pas des plus doux, au contraire, on aurait presque dit un troupeau d'éléphants tant elle traînait des pieds. Néanmoins, elle se dirigea vers la femme qui semblait refuser de se lever. Une fois arrivée à son niveau, Ivy lui tendit la main en espérant bien qu'elle la prenne sans broncher.
Putain, y'a pas plus fort comme bruit? On aurait dit une truie en train de se faire égorger...
Évidemment, elle évitait de lui parler directement, car, encore nouvelle, elle avait du mal à distinguer les adultes des élèves. Mais vu la tronche de cette folle dingue, c'était sûrement une prof ou on ne sait quoi. Mais alors qu'elle s'apprêtait à remonter la bruyante femme, elle entendit un bruit à son tour. Des pas? Sûrement. Alors, totalement distraite, elle se redressa, laissant l'autre à terre. Pour une fois qu'elle était gentille, il fallait que quelqu'un vienne la perturber. Enfin faut dire, après avoir entendu un tel cri, peu de gens auraient fait comme si de rien n'était.

Ah putain. Elle qui était de bonne humeur s'est très vite calmée après avoir été perturbée par le cri d'un dindon. Alors maintenant, savoir qu'une autre personne allait se ramener pour venir observer la scène, elle était maintenant énervée. Mais ça ne se voyait pas à l'extérieur, et tant mieux. M'enfin, on s'en fout bien.
Fuck you.
Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
Who am i !

L'élégance peut tuer, ou du moins rendre fou au point de vous tirer une balle. [ Ft. Willi et Ivy]

MessageSujet: Re: L'élégance peut tuer, ou du moins rendre fou au point de vous tirer une balle. [ Ft. Willi et Ivy] Jeu 1 Mai - 18:33
« La maturité de l’homme, c’est d’avoir retrouvé le sérieux qu’on avait au jeu quand on était enfant. » - Friedrich Nietzsche
Professeur de sociologie. Professeur de sociologie, c'est un boulot de merde. Enfin surtout être professeur, un crime et un délit. Willi ne croyait pas en Dieu et en Diable, pourtant il avait l'impression d'être un curé à sa façon. Les normes, les règles, les codes... Elles ont été oublié, ou mise de côté. Il s'est levé après une soirée arrosée, peut-être un peu trop. Il s'est passé de l'eau sur la figure, remarquant qu'une inscription avait été mise au rouge à lèvre sur un coin de son miroir : Un gentil petit "Va te faire foutre". Il passa sa main dessus, répétant le petit mot doux plusieurs fois en lavant le miroir pour ne plus voir l'inscription. Il renifle un coup, passe sa main sous son nez, se lave les mains et sort de sa salle de bain.

Boulot à la con. Il marmonne quelques paroles entre ses dents avant de s'habiller. Cours à la fin de la journée, mais il doit se rendre au lycée pour pouvoir régler quelques problèmes d'ordre administratif. Un joli projet en perspective, bien chiant. Allez, il met sa chemise noir, son jean noir et son manteau noir. En mode croque-mort, à l'ancienne. Une énorme flemme de devoir s'habiller et montrer de la gaieté. Il ferme les yeux, grimaçant légèrement et s'enfile quelques aspirines, pour que son mal de tête puisse passer. Outre la bouteille, c'est son ami la migraine qui ne le lâche jamais, comme une amie fidèle. La seule, à vrai dire. Il fait beau dehors, s'en est à avoir le sourire. Mais non, ce n'est pas le cas car aucune envie. Malgré son mal de tête, il met son casque pour écouter de la musique et se traîne jusqu'au lycée, mettant un pas devant l'autre. Bah oui t'es marrant toi, mais c'est le projet pour marcher !

L'arrivée au lycée, c'est toujours une partie de rigolade. C'est à se demander qui va se faire poignarder ou qui va finir étaler contre un mur. Willi est professeur, il sait que parler de sociologie à des psychopathes, c'est comme parler de balles à blancs à un complexe militaro-industriel : C'est moral, mais inutile. La vie poursuit son cours faut croire. Willi a mal au crâne, il n'a pas envie d'être là. Mais il ne peut pas décider de tout, il doit composer avec ce qui l'entoure. Il pousse la porte de l'administration. Quelques sourires de faux-culs, des papiers à signer et toutes les saloperies qui vont avec. Tout ça parce qu'il vient d'un pays étranger et qu'il faut signer des tonnes de papiers pour ne pas avoir d'emmerdes. Tiens, prends ton papier et tu te le mets où je pense. Quelques mots échangés entre 'collègues', rien de bien sorcier. Il n'aime pas parler de choses inutiles.

Il sort de l'administration. Un cri strident se fait entendre, il manque de se prendre le mur à côté de lui. Willi a déjà mal au crâne, mais alors là c'est la cerise sur le gâteau. Il remet ses écouteurs et virevolte dans les couloirs, vu qu'il a du temps à perdre. Il regarde par les portes ouvertes, ouvre des portes au hasard et fait semblant de se tromper. Une journée banale quoi... Vu qu'il s'ennuie au bout de cinq minutes, il décide de sortir pour prendre de l'air. Il dévale les escaliers rapidement, trois par trois pour se retrouver dans le hall. Violent maux de têtes, il prend son aspirine et fini le tube qu'il avait. Il soupire et le garde en main, jouant avec. Tout cela pendant qu'il marchait, se retrouvant devant cette scène insolite : Une nana au sol et une autre qui semble vouloir l'aider mais qui le regarde. Il s'arrête, laisse planer un silence. Il les regardent tour à tour, puis retire son casque. Il soupire lourdement, ferme les yeux et gueule :

« PUTAIN J'AI UNE DE CES MIGRAINES ! »

Puis il rouvre les yeux et passe son chemin, comme si de rien n'était.
Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
Who am i !

L'élégance peut tuer, ou du moins rendre fou au point de vous tirer une balle. [ Ft. Willi et Ivy]

MessageSujet: Re: L'élégance peut tuer, ou du moins rendre fou au point de vous tirer une balle. [ Ft. Willi et Ivy] Ven 2 Mai - 17:35
Putain, y a pas plus fort comme bruit? On aurait dit une truie en train de se faire égorger...


    La jeune femme haussa un sourcil, elle en avait du courage pour parler comme cela à une professeur. L'élève alla remonter Hope quand soudainement, on entendit des bruits de pas. Elle fut donc laissée au sol, comme une vieille chaussette sans importance. Merci la jeunesse.Mais Hope était tout de même de bonne humeur, ce silence commençait vraiment à l'énerver et si personne ne serait venu, elle aurait de nouveau du souffrir du silence macabre de cette pièce. Donc, autant continuer à faire du bruit.À terre, voyant qu'elle n'était plus vraiment le centre d'attention, elle parla à voix basse.


- Pute.Disait-elle doucement, parlant à elle-même.

    Soudain, ce fut étrange. Plus loin, un homme les regardait, un paquet d'aspirines à la main. Hope devina qu'elle avait dû le perturber, et elle s'en réjouit.L'homme ferma les yeux et gueula, de manière aussi bruyante que le cri de tout à l'heure.

- PUTAIN, J'AI UNE DE CES MIGRAINES !

    La jeune femme haussa son autre sourcil. Décidément, elle n'était pas la seule à aimer gueuler comme un bœuf.Elle se releva, et le regarde, d'un regard snob. Un regard qui prouvait qu'il n'était qu'un moins-que-rien, et donc très peu en position de pouvoir hausser la voix contre elle.Hope n'était pas du genre gentil avec la gente masculine, les comparant tous à des primates sans importances.

- Si tu as mal à la tête, je te conseille de rester chez toi ou alors évite de crier aussi fort. dit-elle en élevant la voix, pour qu'il entende alors qu'il était en train de partir.

    Elle regarda ensuite la petite qui avait essayé de l'aider. Son geste partait peut-être d'une bonne intention, mais ses mots devaient être à retravailler, on ne parle pas comme ça à une professeur.

- Vous aimez l'art plastique ?

    Hope affichait un petit sourire un coin, se voulant discret et n'essayant pas de ruiner son rouge à lèvres à nouveau. Maintenant qu'il était bien noir.Elle ramassa sa pochette à dessin, souffla dessus et soupira une énième fois.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 40
Date d'inscription : 21/01/2014
Localisation : Sûrement pas derrière ton cul!
Who am i !

Carte d'identité
Les relations:
Son crime:

L'élégance peut tuer, ou du moins rendre fou au point de vous tirer une balle. [ Ft. Willi et Ivy]

MessageSujet: Re: L'élégance peut tuer, ou du moins rendre fou au point de vous tirer une balle. [ Ft. Willi et Ivy] Sam 3 Mai - 20:09

FEAT. Hope & Willi
Codage ©PAINDORE sur APPLE SPRING △ 716 mots.

Ivy frissonna. Elle s'était redressée avant même d'avoir pu aider la pauvre dame et puis, soudainement, elle avait froid. Un coup de vent lui traversa le dos de long en large, et en même temps, elle se sentait coupable de ne pas avoir pu relever la folle dingue pour de bon. Puis, quand elle vit un homme se ramener comme ça, comme une fleur, une boîte étrange à la main, elle ne se doutait pas que celui-ci allait également pousser une gueulante qui ferait presque vibrer et s'effondrer une maison délabrée. Par réflexe, elle se boucha les oreilles juste un instant; son regard s'assombrit. Après madame mégaphone, voici monsieur décibel vient poser son grain de sel. Mais putain, c'est quoi ces malades? Bon, okay, d'un côté, se demander "pourquoi" dans un internat rempli de délinquants et de délinquantes en tout genre, c'est pas vraiment la meilleure chose a faire. En un soupir, son esprit se vida.
Une migraine, hein?

Sur le coup, l'élève se sentait un peu compatissante. Déjà qu'un mal de tête, c'est pas agréable, imaginez donc cette même connerie en trente fois pire. Saupoudrez le tout par une folle envie de s'enfermer dans le noir et un bout de cervelle sur le mur et vous avez ce dont souffre le bonhomme. C'est triste, mais c'est comme ça. Alors son regard divagua vers le gaillard; lui, il faut y faire attention si on veut pas se prendre une torgnole ou on ne sait quelle violence physique de sa part. Elle se recula un peu avant d'apercevoir que la - probable prof s'était relevée. Enfin! Il était temps que la princesse se bouge le cul. Néanmoins, elle semblait aussi dérangée par l'intervention extrêmement utile de l'adulte que Ivy. La pauvre; se retrouver là entre deux adultes qui se taquinent un peu méchamment, on aurait pu rêver mieux. Mais son mal-être s'évapora bien vite après qu'elle lui ait posé une question plutôt banale; aimer l'art plastique? Cette femme serait la prof d'art? Ceci dit, vu son look et en se basant sur les clichés du dingue d'art, elle correspondait à quelques détails près. D'un mouvement de tête presque trop timide pour son caractère, elle hocha la tête positivement, avant de finalement reprendre ses attitudes de fille mal élevée.
Bah, y'a pire comme y'a mieux. Je me débrouille comme je peux...

Les bras croisés, les sourcils froncés, son regard se détourna vers le monsieur qui commençait déjà à disparaître dans un autre couloir. Elle soupira, ne pouvant le quitter des yeux. Avec une attitude pareille, elle chopera des rides et un torticolis, un jour. Ivy grinça des dents discrètement, ne voulant pas trop déranger; et même si ce n'était pas ses affaires, elle trouvait ça attristant de voir quelqu'un faire comme si il ne s'était rien passé avec une migraine.

Dites... on va pas le laisser dans la merde comme ça, si?

D'un côté, Ivy resta tout de même distante; elle savait déjà que l'homme ne sera pas compatissant pour avoir la compagnie de deux pimbêches à ses côtés en train de discuter de on ne sait quelles conneries. Connaissant bien les sujets bien lourds des filles fan de maquillage, de fringues et de talons hauts, la fillette pouvait comprendre la réaction plutôt asociale du grand bonhomme. Mais elle attendait encore une réaction de la prof d'art. Si elle le laissait partir, elle avait un peu peur que cette dernière l'assaillisse de questions sur l'art, l'histoire de l'art, on ne sait quelle horreur. Elle avait donc un peu peur, mais son visage faisait paraître le contraire, ce qui était étonnant. Enfin, ceci dit, après tout ce remue ménage, Ivy était de mauvaise humeur. D'habitude, c'est elle qui emmerde son monde, c'est elle qui gueule, qui insulte, qui crie sur tout le monde. Là, elle se sentait inférieure, elle enrageait intérieurement. En fait, dans sa tête, c'est tout plein d'humeurs qui se cognent dessus pour tenter de prendre les commandes. Tout de même un peu curieuse, elle s'avança vers là où l'homme commençait à s'engouffrer.

Bon.

HÉ! REVENEZ!

Fuck you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 410
Date d'inscription : 28/04/2014
Age : 20
Localisation : France.
Who am i !

Carte d'identité
Les relations:
Son crime:

L'élégance peut tuer, ou du moins rendre fou au point de vous tirer une balle. [ Ft. Willi et Ivy]

MessageSujet: Re: L'élégance peut tuer, ou du moins rendre fou au point de vous tirer une balle. [ Ft. Willi et Ivy] Sam 21 Juin - 3:17
UP ?

Si votre RP est abandonné ou terminé merci de le renseigner ici.

Merci
Revenir en haut Aller en bas
" Contenu sponsorisé "
Who am i !

L'élégance peut tuer, ou du moins rendre fou au point de vous tirer une balle. [ Ft. Willi et Ivy]

MessageSujet: Re: L'élégance peut tuer, ou du moins rendre fou au point de vous tirer une balle. [ Ft. Willi et Ivy]
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» L'alcool peut tuer et une envie de pipi sauver une vie...
» La mythologie de Falling Angels
» La musique peut rendre les hommes libres {Hope}
» Un simple reflet peut rendre fou. [PV : Pandora Elinwa]
» Même la mort ne peut rien pour nous..[PW Alissa]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: .:Archives:. :: Rp's inachevés-