AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

" Invité "
Who am i !

Fuir ? Noon, continuer ! [PV Aria]

MessageSujet: Fuir ? Noon, continuer ! [PV Aria] Jeu 24 Juil - 0:40
Le début de son arrivée semblait bien se passer,  avec un séjour dans un débarras poussiéreux. Mais rapidement, Nance savait qu'ici, il ne risquait pas de s'ennuyer un instant. Chaque personne autour de lui avait leur passé propre, qui était tout sauf blanc, comme l'internat le voulait : des délinquants se comprenant, sans le voir, sachant qu'ils en avaient tous bavés. Bon, certains à plus haut degré que d'autres...

Se baladant dans la ville après la journée, le jeune homme espérait qu'il se perdrait pas cette fois, mais vu l'heure, il avait tout l'temps pour retrouver son chemin, normalement... Son bandeau à l'oeil, celui dans les cheveux, une veste ouverte sur un tee shirt et montrant un pendentif, il était reconnaissable à 2000m, mais ce n'était pas réellement son problème.

Les rues, parfois bordées de petits champs, semblaient peu bondées, pour ne pas dire désertes, malgré l'heure de pointe. Après, vu l'architecture de l'île, ça devrait ressembler plus à un village moyen qu'à une métropole, mais quand même... Espérant qu'il y avait autre chose que des vieux shnoks et des délinquants en puissance, le jeune homme remit son bandeau dans les cheveux en place, mais le vent en dit autrement.

Cherchant du regard l'item vestimentaire qui s'envolait, il marchait d'un pas rapide mais le loupa et le regarda en vain tomber dans un jardin suffisamment grand pour y garer un camion. Soupirant à cette situation, Nance escalada rapidement le petit muret et récupéra son bandeau, se retrouvant donc dans un jardin décoré de multiples nains de jardins. Chacuns ces délires, en espérant qu'ils ne se mettent pas à parler comme dans un certain jeu.

Mais la porte de derrière s'ouvrit, pour faire face à un bonhomme. C'était le mot juste. Un Bonhomme qui le dépassait légèrement, une poubelle à la main et suffisamment de barbe pour y cacher des souris.

- Fuck.

Le mot lui sortit tout seul, le regard que lançait cet homme était tout sauf accueillant et il se précipita vers le muret pour le ré escalader vitesse grand V. Des menaces en tout genre arrivèrent à ses oreilles, mais Nance comprit qu'apparemment, les délinquants de l'internat étaient réprimandés comme de la peste. Pensant que ça s'arrêtait la, il freina sa course, mais le clic de la barrière suivit d'un bonhomme encore plus furieux vu qu'il avait un truc allongé dans les mains, le fit reprendre une course effrénée dans les ruelles.

S'il continuait comme ça, ils allaient rameuter tout l'village et Nance sera déjà fiché : deux jours à l'internat et vol d'objet invisible !  Yeah ! Longeant la ruelle qu'il avait marché au début, il aurait opté pour le champ, quitte à traverser toute l'île à pattes, si, en tournant à un carrefour, un bras surgit d'un coupe gorge pour l'interrompre et l'attrapa net, l'écrasant contre l'inconnu ou le mur.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 411
Date d'inscription : 05/03/2014
Localisation : tout près de toi :)
Who am i !

Carte d'identité
Les relations:
Son crime:

Fuir ? Noon, continuer ! [PV Aria]

MessageSujet: Re: Fuir ? Noon, continuer ! [PV Aria] Jeu 24 Juil - 17:51
J’étais allée en cours aujourd’hui, pour changer. Oui, il était temps de prendre un peu mes responsabilités et de devenir une élève modèle ! Pffff, la bonne blague ! Les cours c’est chiant et je n’aimerais jamais ça, il faut vous rendre à l’évidence. Mais ça ne signifie pas que je dois sécher tous les jours. Bref, la journée de cours…non, la journée terminée, je retournais direct vers les bungalows. Arrivée dans ma chambre je déposai une poignée de croquette dans la gamelle de de Yukiatsu, et je remplis par la même occasion, la gamelle d’eau. Ouvrant les fenêtres pour aérer ma « maison », je pris une grande bouffée d’air frais avant de déclarer.

-Il fait beau et les cours ça m’a soulée, ça te dis d’aller faire un tour dans le centre ?

Le petit chaton me regarda un moment avant d’aller vers sa bouffe. Je prends ça pour un non alors… La bestiole est pareille que sa maitresse, la bouffe passe avant le reste on dirait. Je rigole après cette pensée, puis passant par la fenêtre, je sors de mon bungalow pour rejoindre le centre-ville du village. Non je ne connais pas les portes, et alors ?!
Une fois sur le lieu voulu, je remarquai qu’il n’y avait pas grand monde. Etrange, c’est pourtant l’heure de pointe. Enfin, ce n’est pas moi qui va m’en plaindre, moins il y a de monde, moins il y a de bruit, alors ça me va parfaitement. Déambulant dans les différentes rues qui composaient le centre-ville, je m’arrêtai à un magasin de jeux vidéo. A peine la porte passée, le vendeur vint direct m’agresser avec différentes injures que je ne citerai pas. Apparemment j’aurai volé quelques dizaines de jeux selon lui. Une dizaine, seulement ? Non monsieur, j’en ai volé beaucoup plus ! Je soupir un instant alors qu’il n’arrêtait pas de parler, ou plutôt crier. Les gens ne savent plus parler doucement de nos jours… Je lui coupai subitement la parole pour lui sortir d’un ton calme et un peu blasé.

-Hey, tu vas te calmer le gros. Oui gros, vu la superficie de votre ventre, je n’ai rien trouvé de mieux pour vous décrire. Bref, vous avez beau m’agresser, si vous n’avez pas de preuve de ce que vous avancez, ça ne sert strictement à rien. Alors, où sont les preuves la montgolfière ?

Bien entendu, il n’en avait pas. En ce qui concerne les vols, je suis imparable. Une vraie pro qui ne se fait jamais prendre. C’est des années d’entrainement et d’expérience maintenant. Sourire provocateur au visage pour bien énervé ce porc, je dis d’une voix innocente.

-Pas de preuve ? Alors j’exige des excuses.

J’adore chercher la merde, c’est une passion, vraiment. Le vendeur était en colère et très embêté. J’ai cru qu’il allait faire un meurtre, intérieurement, il devait me tuer au moins 10 fois. Il finit par me faire des excuses, serrant les dents, c’était assez amusant comme spectacle. Je suis une garce ? Non, je ne crois pas, c’est lui le gros connard ! Il faut connaitre le début de l’histoire avant de juger une personne. Ce gros porc ne voulait pas vendre un jeu à un gosse d’une douzaine d’année car il manquait quelques centimes… Ce n’est pas 40 centimes qui vont changer sa vie. En plus, sa caisse est pleine à craquer de billet, faut arrêter de déconner ! J’ai voulu donner les sous manquants mais faisant partie de l’internat Kyrie, ce con n’a pas accepté, croyant que c’était du faux. Alors là, c’était la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Il ne faut pas m’énerver, sinon on en paye les conséquences. Voler le jeu était un jeu d’enfant, il suffisait de se trouver dans l’angle mort des caméras, et retirer l’antivol, je sais faire. La partie la plus compliqué, c’était de retrouver le gosse. Vous croyiez que le jeu vidéo était pour moi ? Non, cette fois-là, il n’était pas pour moi. J’ai finalement retrouvé le gosse et je lui ai donné le jeu sans rien demandé en échange.

Bon, ce n’est pas tout mais il va falloir trouver un autre centre d’occupation. J’ai fini de faire chier ce vendeur alors que vais-je faire maintenant ? Je m’arrête devant une maison, une immense maison. Mr et Mme De la Voisière ? Encore des bourges ? Je jette un œil dans le jardin, une piscine deux fois plus grande que celle de l’internat, des fontaines, des domestiques un peu partout, etc. Pourquoi ils sont venus s’installer à Kyrie eux ? Un sourire mesquin s’empare de mes lèvres, l’eau de la piscine est beaucoup trop propre à mon goût… Pas le temps d’escalader le portail, j’entendais le gros porc derrière moi, accompagné de deux flics. Tsss, il ne va jamais me lâcher ce con. Bah de toute façon, qu’il vienne, sans preuve, il est impuissant. Je réfléchis un instant, voyant les 3 personnes se rapprocher de moi.

-Huuuum…

Je prends immédiatement la fuite, me rappelant que j’avais une carte prépayée dans la poche de mon short. Bien évidemment, je l’avais volé à ce cher monsieur montgolfière. Courant à vive allure dans les ruelles peu fréquentées, les 2 flics à mes trousses, le vendeur avait dû abandonner la poursuite, trop fatigué peut être ? Malgré ma situation, j’avais le sourire aux lèvres. J’aime bien mettre un peu de piment dans ma vie, ça change des jours plats et ordinaires qui façonnent le quotidien. Evitant les gens qui étaient sur ma route, les flics commençaient à perdre du terrain. Virage à droite, je me faufile dans une ruelle extrêmement étroite puis je stoppai ma course ici. Je retenais ma respiration, pouvant entendre leur voix se rapprocher. Ils me cherchaient mais semblaient ne pas se douter que j’étais tout près d’eux. Attendant qu’ils s’éloignent, je soupirai un grand coup, fière de les avoir semés. Ouuuf, ils étaient coriaces ceux-là ! Le calme avait repris possession des lieux, mais cela ne dura qu’un court instant. Mais qu’est-ce que ? Je sortis de la cachette pour voir d’où venait ce bouquant. Un mec se fait courser par un géant. Putain il est immense le type ! Du haut de mes 1m65, je fais pitié quoi ! Je retourne dans ma planque, attendant l’arrivée du 1er type.

Le voilà qui arrive ! Je l’attrape d’une traite pour lui plaquer le dos contre le mur. Quand je vous dis que la ruelle était étroite, je ne mentais pas. Mon corps était collé à celui de l’inconnu. Position très gênante mais je ne pouvais pas faire autrement. Posant une main sur sa bouche, je vins lui chuchoter calmement à l’oreille quelques mots.

-Bouge pas et ne dis rien, il est tout près…

Je restais fixée sur l’ombre de Godzilla sans faire le moindre bruit. Ce géant était moins con que les flics, il se doutait qu’on n’était pas loin. Mais après 5 bonnes minutes de recherche qui n’ont abouties à rien, il se décida enfin à partir. Pffff, ce n’est pas trop tôt ! Enlevant ma main de sur la bouche de l’inconnu, je lui dis le sourire aux lèvres.

-Mais alors toi, tu cherches des ennuis avec de gros morceaux !  Ce type, c’était le boucher du village !

J’éclate de rire dès la fin de ma phrase. L’inconscience de ce type me faisait rire. Le fou rire passé, je lui repris la parole, toujours avec le sourire.

-Qu’est-ce que tu lui as fait pour qu’il soit aussi énervé ?

Des voix autres que les notre se firent entendre. C’était les flics de tout à l’heure. Tsss, ils sont encore là eux ?! Je reposai ma main sur la bouche du mec auquel j’étais encore  collée d’ailleurs. Puis une fois les flics partis, je retirai une nouvelle fois ma main.

-Désolée pour ça. Enfaite, t’es qui ?

Je suis comme ça moi. Imprévisible dans mes réactions.


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
Who am i !

Fuir ? Noon, continuer ! [PV Aria]

MessageSujet: Re: Fuir ? Noon, continuer ! [PV Aria] Jeu 24 Juil - 20:10
L'inconnu, ou plutôt l'inconnue l'avait agrippé mais avec la vitesse de sa course, il était projeté contre le mur, sans compter la largeur de la ruelle, à peine suffisante pour deux personnes. Plutôt une et demie, comme ils étaient collés l'un contre l'autre, rendant les sardines jalouses.

-Bouge pas et ne dis rien, il est tout près…

Son poursuivant continuait la recherche, sachant qu'il avait disparu non loin de la, mais les minutes passèrent et les pas de dinosaures semblaient s'estompent, le grommellement avec. Soufflant intérieurement, Nance posa son regard sur la personne présente, nullement gêné par la position corps au corps. Blonde aux yeux bleues, un bleue assez déroutant d'ailleurs, sans compter des cheveux si long qu'il pourrait s'enrouler dedans... si la fille ne faisait pas une tête de moins que lui. Mais clairement plus agile vu comment elle l'avait aggripé.

Souriante face à la situation, malgré son air rebelle qui lui allait plutôt bien, elle répondit :

-Mais alors toi, tu cherches des ennuis avec de gros morceaux !  Ce type, c’était le boucher du village !

- Oh, j'ai pas vraiment eu le temps de faire connaissance, il sert pas le thé.

Sarcastique level up ! Content d'avoir été "sauvé", il ne put s'empêcher de plaisanter la dessus, mais ce n'était pas parce qu'il avait une belle jeune femme devant lui qu'il allait devenir tout mou, comme il disait. Soit une habitante qui savait quelle genre d'atmosphère il régnait ici, soit une étudiante qui nécessitait encore plus de prudence, certains étant dangereux...
Mais en tout cas, son fou rire le détendit un peu de la situation, estompant légèrement la méfiance, sans l'enlever totalement.

-Qu’est-ce que tu lui as fait pour qu’il soit aussi énervé ?
- J'ai osé voler mon propre bandeau dans son jardin répondit-il en désignant le bandeau dans ses cheveux.

Réponse à peine terminé, des voix se firent entendre, une conversation audible de la où ils stationnaient, parlant d'une blonde à chercher. Ah, donc il n'était pas le seul à se faire chercher, miss Délinquante semblait être en recherche aussi. La main de la jeune femme revint aussitôt sur sa bouche, empêchant toute question curieuse du kidnappé, jusqu'à leur départ. La prise relâchée, elle relança la question.

-Désolée pour ça. Enfaite, t’es qui ?
- Nouveau depuis peu d'temps à l'internat. Pas un très gentil garçon, mais bon, j'pense pas qu'il y ait d'innocents ici.

Au moment où elle allait répondre, ce fut Nance qui leva la main et la posa sur sa bouche, la couvrant pour intimer le silence. Le bruit se rapprochant et l'ennemi approcha, terrible adversaire, qui était une grand mère tenant un léger sac poubelle qu'elle déposa à leur pied, avant de se rendre compte que la ruelle était occupée et de fuir aussi vite que sa canne le pouvait.

Ne pouvant retenir un rire, il relâcha la bouche captive, de la miss devant lui, avant de lui retourner la question.

- Et toi, quelles bêtises as-tu faite ?

Se retenant de dire "vilaine fille", vu que de toute façon, il était innocent qu'à moitié lui aussi, Nance se demandait s'ils pouvaient s'extirper de la ruelle où si le Boucher ou les ennemis de la jeune fille étaient encore présents.

- J'suis Nance. Nance Winged. Et non je ne vole pas. Et merci pour l'sauvetage parfait.

Ajoutant un sourire à ça, il jeta un coup d'œil à gauche et à droite, avant de lui dire que la voie était libre et de s'extirper difficilement de la rue, non sans se marcher bras dessus bras dessous. Restait à savoir s'ils se séparaient comme ça, ou s'ils continuaient sur leur lancée de conneries en perspective, vu que l'adrénaline était au rendez vous.

Des bêtises à prévoir.








HRP ::
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 411
Date d'inscription : 05/03/2014
Localisation : tout près de toi :)
Who am i !

Carte d'identité
Les relations:
Son crime:

Fuir ? Noon, continuer ! [PV Aria]

MessageSujet: Re: Fuir ? Noon, continuer ! [PV Aria] Ven 25 Juil - 17:42
- Nouveau depuis peu d'temps à l'internat. Pas un très gentil garçon, mais bon, j'pense pas qu'il y ait d'innocents ici.

J’attendais un nom et un prénom mais cette présentation me fit sourire. Drôle de mec, mais il m’amusait, vraiment. J’allais à mon tour me présenter cependant, sa main vint se poser sur ma bouche. Euh...d'accord, bah je vais la fermer alors. Je percutai son geste en entendant un bruit s’approcher de nous. Huum, il a l’ouïe fine l’ami. Qui est-ce cette fois ? Les flics qui reviennent ? Ou le retour du boucher aussi grand et poilu qu’un yéti ? M’attendant à l’arrivée d’un ennemi, c’est une vieille biscote qui fit son apparition. Mais qu’une vieille croute fait dans une ruelle pareille ?! Quelqu’un lui a volé son dentier c’est ça ? En tout cas ce n’est pas moi, je le jure ! Une expression de dégout apparut sur mon visage rien qu’en m’imaginant la scène. La mamie prenant la fuite en nous voyant, j’esquissais un léger rire accompagnant celui de l’inconnu qui venait de libérer ma bouche.

- Et toi, quelles bêtises as-tu faite ?

-Il y en a tellement que je prendrais bien 1 mois entier à t’en faire le récit.

Je disais ça sur le ton de la rigolade mais je pense que ma réponse n’était pas si fausse que ça. Enfin, peut-être qu’un mois n’était pas suffisant à énumérer toutes mes conneries ? Non mais sinon je suis une fille calme, il ne faut pas croire le contraire, hein…

- J'suis Nance. Nance Winged. Et non je ne vole pas. Et merci pour l'sauvetage parfait.

Après sa blague de merde, je ris légèrement. C’était vraiment une blague à chier, on ne peut pas le nier et pourtant, j’ai rigolé. Allez savoir pourquoi, peut-être à cause de l’adrénaline que j’avais dans le sang à ce moment-là ? Bref, j’ai ris mais on ne va pas passez midi à quatorze là-dessus. Le plus important c’était : sortir de ce trou à rat. Essayant de s’extirper de l’étroite, très étroite ruelle, quelques coups de bras par-ci par-là, après 5 bonnes minutes, l’affaire était close. Waw, si on était trois là-dedans, on serait mort étouffé, c’est certain ! Petit sourire après cette pensée, je me présentais à mon tour.

-Moi c’est Aria Mizako. De l’internat Kyrie également. Et en ce qui concerne le sauvetage, ça fera 15 euros.

Je tendais ma main en direction de Nance, pas pour lui faire une poignée de mains, non, pour qu’il me dépose l’argent au creux. Bien entendu, je plaisantais, j’avais ça par pure gentillesse. Et puis entre collègue, il faut s’entraider, non ? Me rapprochant de lui, je lui fis une légère pichenette sur le front avant de lui dire amicalement.

-Alors camarade ? Partant pour la suite du programme ?

Avant même d’écouter une quelconque réponse de sa part, je pris sa main et le sourire aux lèvres, je l’entrainais vers de nouvelles aventures périlleuses. Non, je l’emmenais juste vers la grande baraque, que j’avais vue un peu plus tôt. Maison de gros bourge et même sans voir la maison, il y avait juste à regarder le nom de p’tits péteux de la famille. Mr et Mme De la Voisière ! On voyait déjà qu’ils n’étaient pas à plaindre. J’ai vraiment horreur des riches. Regardant à droite puis à gauche, histoire de voir si les flics n’étaient plus dans le coin, j’embarquai Nance derrière un buisson d’où on pouvait parfaitement voir le jardin, ou le parc, de la fameuse maison.

-Okay, alors voilà le plan…

Je n’ai rien dit de plus. J’ai juste passé ma main sur un bout de terre tout près du buisson. La terre laissa place à une plaque en ferraille, que je ne tardai pas à soulever. En dessous, mon jardin secret. Bombes de couleurs, rouleaux de PQ, bouteilles de produits vaisselle, pétards, boules puantes, poils à gratter, feux d’artifices, et pleins d’autres choses. Il y avait même des jeux vidéo que j'avais "empruntés". Je n’ai montré cette cachette à personne, même pas à Allie. C’est vraiment l’endroit où je stock le plus grand nombre de mon « matos conneries ». Sourire mesquin au visage, plongeant mon regard dans celui de Nance, je repris la parole.

-Let’s go ?

Deux mots, une panoplie du parfait emmerdeur et un terrain parfait pour des conneries en tout genre. Je n’attendais plus que sa réponse. Allait-il me suivre ou dire non à cette tentation diabolique ?
Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
Who am i !

Fuir ? Noon, continuer ! [PV Aria]

MessageSujet: Re: Fuir ? Noon, continuer ! [PV Aria] Ven 25 Juil - 21:06

-Il y en a tellement que je prendrais bien 1 mois entier à t’en faire le récit.

L'humour l'aurait fais sourire si Nance n'était pas aussi méfiant, aussi se contenta t-il de la regarder de son unique oeil, avant de se présenter, préférant reculer le moment où Nance Winged descendrait de ses remparts. Présentation auquel elle ria, surement par la blague vaseuse qu'il avait fais, mais qu'on lui avait tellement fais étant petit qu'à chaque présentation "loufoque" qu'il faisait, ça finissait toujours comme ça.

-Moi c’est Aria Mizako. De l’internat Kyrie également. Et en ce qui concerne le sauvetage, ça fera 15 euros.

Mizako. ça ne semblait pas français, mais Nance s'en moquait éperdument. En revanche, elle tendait la main, faisant mine de quémander l'argent, même si son sourire radoucissait ce genre de pensée. Serrant cette main tendue, je la regarda dans les yeux avant de la voir s'approcher rapidement et de lui mettre une pichenette, lui faisant un pas en arrière, par pur réflexe. Surprenante fille que voila, se demandant si elle allait pas se jeter sur lui, dans tous les sens du terme. Impulsive et croquant la vie à pleine dent. Nance se voyait désagréablement en elle, sauf que c'était l'ancien Nance, plein de vie et de sourire, pas ce Nance méfiant avec des sourires trop faibles pour être chaleureux.

-Alors camarade ? Partant pour la suite du programme ?

Sans même avoir l'temps de répondre, elle lui prit la main et l'emmena à travers les ruelles, pour arriver dans l'une des maisons bourgeoises de l'île. Le genre super coquette, super superficielle, super décorée, super mblblmbmllb quoi. Ne sachant pas trop ce qu'elle voulait, Nance allait s'appréter à refuser, par méfiance pour son "programme". Faire des bêtises, des trucs qui font rager les personnes, sans leur faire peur ou leur faire des dommages incitant l'appel des flics ou de gêne. Même si honnêtement, ça ne dérangerait absolument pas Nance si ça concernait des richous superficiels.

Se faisant emmener derrière un buisson, il vit Aria lui annoncer le plan, sous forme de geste. A savoir sortir une sorte de mini planque de sous terre et ouvrir la caverne d'Ali Baba. Les yeux du jeune homme s'écarquillèrent à la vue de toute cette panoplie, parfaite pour faire les 400 coups tout en étant discret. Entre sa purge et son arrivée à l'internat, Nance avait fais quelques vandalismes de ce type, pour défouler sa haine en lui, mais il n'aurait jamais cru qu'elle voulait faire de même, s'attendant à un cambriolage ou un truc sérieux du genre.


-Let’s go ?
Les deux mots ultimes résonnèrent dans sa tête.
- J't'épouserais toi dit-il en guise de réponse, avant d'éclater de rire.

Baissant le volume se sachant dans un buisson, il extirpa une des bombes couleurs, encore pleine et regarda les autres ustensiles, avant de regarder la jeune femme dans les yeux. Il venait de baisser son dernier rempart de méfiance, et affichait un sourire réel de lui même.

Il y avait même des feux d'artifices, l'idée d'aller éclater des nains de jardins lui traversa l'esprit, mais cet homme ne lui avait pas vraiment fais de mal, si ce n'était courir comme un furibond avec une barre à mine dans les mains.

- Quand tu veux, Miss.

Abaissant son bandeau au niveau des lèvres, pour s'en servir de masque de fortune, les cheveux en profitèrent pour se rebeller et s'étaler sur le front de Nance. Masque qui ne servait surement à pas grand chose vu que Mossieur avait un bandeau à l'oeil.

Ainsi, Nance s'arma d'une bombe de couleurs, de papiers toilettes en deux rouleaux et de plusieurs boules puantes à jeter dans divers aérations et fit signe à la dernière qu'il était prêt. Tous deux se lancèrent alors en commençant par les décorations grotesques à la bombe de couleur, pour Nance, il dessina grossièrement une tête qui faisait un peace and love, avec un sourire béat suffisant pour faire rager les propriétaires à 5km à la ronde.

S'en suivit d'une jolie décoration de l'un des volets, venant de passer à un joli violet pastel. Par contre, voulant entourer la maison de papier toilette en passant par le toit, il prit son élan et jeta ce dernier, lesté par une pierre au milieu mais malgré toute la force qu'il avait mis dans ce jet, Nance ne put que regarder son rouleau toucher la cheminée et rester sur le haut du toit, sans se dérouler à l'autre coté.

- 'tain leur maison est tellement grande, que j'arrive pas à faire le tour !

Nullement besoin d'aider la jeune femme, elle se débrouillait très bien elle même en faisant de cette maison une jolie décoration. L'un des plus grands buissons semblait les narguer et Nance lui montra du doigt, avant de lui faire signe qu'il allait la porter pour entourer ce dernier de PQ et d'autres décorations ultimes. Ca fera un jardin qui roxe. Et donc, Aria sur les épaules de Nance commença la décoration du buisson principal ou de l'arbre, enfin le machin vert qui devait demander des heures au jardinier à entretenir.

Et un bruit se fit, interrompant une Aria sur les épaules d'un Nance.

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 411
Date d'inscription : 05/03/2014
Localisation : tout près de toi :)
Who am i !

Carte d'identité
Les relations:
Son crime:

Fuir ? Noon, continuer ! [PV Aria]

MessageSujet: Re: Fuir ? Noon, continuer ! [PV Aria] Sam 26 Juil - 18:17
- J't'épouserais toi .

Le rire de Nance entraina le mien. Il avait l’air d’apprécier ma planque à conneries et c’était parfait. C’est toujours plus drôle de faire des conneries à deux que toute seule. Je sens qu’on va faire la paire ! Il ne perd pas de temps et commence à regarder le matériel qui lui servira à baptiser cette maison. Je sens qu'on va bien s’éclater ! Je ne pouvais m’empêcher de sourire en pensant à la suite des événements, j’étais excitée comme un puce. Prenant un sac à dos présent dans la cachette sous terraine, je le remplie avec ce qui me semblait nécessaire à la bataille qu’on allait mener dans un futur proche, très proche.

- Quand tu veux, Miss.

Le jeune homme était prudent, il cacha son visage à l’aide de son bandeau qui tenait ses cheveux. Dois-je cacher ma tête également ? Je jette un bref coup d’œil dans le stock et me muni d’un foulard. Attachant mes cheveux en queue de cheval et enroulant le tissus autour de ma tête, me voilà parer pour la destruction.

On était tous les deux, fin prêt, et c’est avec enthousiasme qu’on commença les conneries. Bombes de couleurs à la main, Nance avait opté pour le hippy, moi j’avais opté pour un dessin plus grotesque. Une énorme paire de boobs ! Ils n’étaient pas trop mal dessinés, j’étais même fière de mon boulot. On aurait presque envie de les tripoter. Bref, je laissais mon camarade à la réalisation de son œuvre sur la façade de la maison, et je me dirigeai vers la piscine. Un sourire diabolique et un rire flippant s’échappa d’entre mes lèvres. C’est partie pour verser une dizaine de bouteille de liquide vaisselle dans l’eau ainsi que quelques bouteilles de colorants.

-Cette piscine manquait cruellement de couleurs !

Laissant la pompe de la piscine s’occuper de mélanger tout ça, je retourne vers Nance qui... a coincé un rouleau de PQ sur le toit. Je commence à exploser de rire en voyant la scène.

- 'tain leur maison est tellement grande, que j'arrive pas à faire le tour !

Il n’avait pas tort, avec une maison pareille, le PQ était inutile. Bon en tout cas, la maison était plus que colorée maintenant. Avec tous les graffitis sur la façade et les volets, ainsi que la piscine, elle ne manquait plus de couleurs à présent. Tout se passait pour le mieux, personne n’avait remarqué notre présence ici, c’était une opération ni vu, ni connu.

Des petites étoiles pouvaient se lire dans mes yeux lorsque Nance me montra, du doigt, un immense buisson parfaitement taillée et sculpté en…éléphant ? Ouai, pour moi ça ressemblait à un éléphant. Les propriétaires avaient de drôles de goûts… Ce pachyderme en verdure était impressionnant, ça allait être difficile de le recouvrir de PQ avec mes 1m65… Lorsque je vis Nance me proposer ses épaules, je souris immédiatement. Il lisait dans mes pensées, ce n’est pas possible ! Grimpant sur ces dernières, je me sentais puissante, vous ne pouvez même pas imaginer. C’est la première fois que je me sentais aussi grande, mais ça ne sera que de courte durée.

Quatre rouleaux de PQ entièrement vidés et des pots de peinture jetés au filling sur la sculpture de verdure, ce n’était pas si mal que ça pour le moment. Tien, il y a un bout tout propre vers la gauche. Je fis signe à Nance pour qu’il se déplace vers le coin que je voulais. Armée d’un pot de peinture, j’allais donner une dernière touche à l’œuvre mais un bruit me stoppa dans mon geste.

-Qu’est-ce que…

Toujours perchée sur les épaules de mon camarade, le bruit se rapprochait de nous. Un chien fit son apparition, ce n’était pas le petit caniche d’un quelconque vieille dame. Là, c’était un chien aussi énorme le boucher qui nous faisait face. Celui-là ne cherchait pas qu’on lui caresse la tête vu les dents assoiffées de sang qu’il nous montrait. Bon alors résumons tout ça, je suis sur les épaules de Nance et un chien veut nous bouffer. Même en sachant ça, je n’arrivais pas à enlever mon sourire. Courir maintenant n’est pas une très bonne idée car la bête va nous sauter dessus… mais que faire alors ?

-Ne bouge surtout pas…

Je dis ces quelques mots le plus calmement possible pour éviter toutes mauvaises réactions du chien. Puis cherchant doucement dans mon sac à dos quelque chose pour nous tirer de ce merdier, le chien se rapprochait de nous pour nous intimider. Putain, ils ont bien dressé leur clébard les bourges ! Mais je ne vais pas me défiler pour si peu !

-Tien sale cabot, sens moi ça !

Je venais de lancer une boule puante sur le molosse qui ne tarda pas à déguerpir avec l’odeur. Avoir un odorat aussi développé peut être un désavantage parfois. Je suis une tête brûlée qui n’a peur de rien, alors ce n’est pas un cabot qui va me faire fuir, wesh ! Je croyais en avoir fini avec les chiens mais un deuxième se ramena.

-Bah ? C’est une blague ?

Le petit chihuahua devant nous, qui nous regardait comme le faisait l’autre chien. Non mais il faut qu’elle dégage la bestiole, elle va se faire bouffer ! J’explose de rire en voyant la bestiole de quelques centimètres qui essaye de nous faire peur. Le moucheron se met à aboyer, encore et encore, de plus en plus fort. Mais il va se la fermer celui-là ?! Je regarde mon pot de peinture puis le chien, refaisant le même geste plusieurs fois. Un d’un coup, le liquide de couleur bleu recouvre le chien. Voilà, on a enfin retrouvé le silence, enfin c’est ce que je croyais… Une voix rauque retentit dans le jardin et une silhouette apparait devant nous. J’avais beau être sur les épaules de Nance, la silhouette était imposante. Avalant ma salive, je dis peu rassurée.

-Là...il faut courir !!!

Je me tenais bien fermement à Nance pour éviter de dégringoler. Le gros bifteck nous suivait à vive allure accompagnée de son schtroumpf. On n’avait pas intérêt à rester dans la propriété, il fallait se casser le plus vite possible. Heureusement que je ne suis pas une baleine sur pattes, le pauvre Nance aurait souffert sinon. Course poursuite dans le centre-ville !!! De là-haut, je regardais le géant qui gagnait du terrain. Tapotant gentiment sur la tête de mon collègue comme une enfant, je lui dis sur le ton de la rigolade.

-Plus vite, plus vite ! Le bifteck va nous rattraper !

Je lui montre par la suite, la foule qui venait de peupler le centre. Mon idée était simple, traverser la foule pour ralentir le tas de muscle derrière nous. Avec un corps pareil, il risque d’avoir du mal à se faufiler entre les personnes. Je m’amusais comme une folle. Cette journée restera ancrée dans ma p’tite tête jusqu’à la fin de ma vie je crois. Je n’ai pas autant rigolé depuis…bah je sais plus enfaite. Comme je le pensais, le bifteck rencontrait des difficultés pas passez dans la foule. Mais il ne nous perdait pas du vue pour autant. Il fallait qu’on trouve une bonne planque car le chien était là lui aussi.

-Désolée pour ton t-shirt…

Sans d’autres mots, je me penchai légèrement pour arracher un morceau de son t-shirt. Enlevant le foulard sur ma tête, j’enroulais le tout, autour d’une bombe couleur pour qu’il y ait un poids. Et hop, je balançais ça dans une ruelle devant laquelle on venait de passer. Goodbye le chien. Nance continuait de courir et moi je réfléchissais à où on pourrait se réfugier. Fermant les yeux pour visualiser mentalement le plan que j’avais du centre-ville, je déclarai une fois la petite ampoule au-dessus de ma tête allumée.

-Prends la prochaine à droite et ensuite tu reprends à droite et tout de suite à ta gauche…et à la mienne aussi d’ailleurs…il y a une ruelle comme celle où je t’ai secouru plus tôt !

Je suis un vrai GPS sur pattes. Depuis mon arrivée à l’internat, j’ai construit des plans de chaque lieu composant Kyrie. C’est plus pratique de savoir où on met les pieds.
Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
Who am i !

Fuir ? Noon, continuer ! [PV Aria]

MessageSujet: Re: Fuir ? Noon, continuer ! [PV Aria] Sam 26 Juil - 19:04
L'éléphant en cours de décoration, ils furent interrompus par ce qu'il semblait être un doberman et un chien de garde tout aussi dangereux. Sur ses gardes et prêt à sauter, heureusement qu'Aria avait les mains libres et un cerveau rapide puisqu'elle lui intima le silence, physiquement, avant de jeter une boule puante qui aurait tué quiconque avait un odorat aussi sensible que ce pauvre chien.

- Parfait...

Sa phrase fut interrompu par un 'tit Chihuahua que Nance aurait pu écrasé d'un seul coup de pied, mais le problème était son vacarme assourdissant. Suivant Aria dans le rire de se faire interrompe par ce chien là, Nance sourit à l'idée de lui refaire les couleurs si ce n'est que quelques secondes plus tard, le chien tremblant revint, à moitié lavé et accompagné d'un... jardinier ? En tout cas, celui la mesurait encore plus grand que Nance, à croire que les personnes d'un mètre 80 et plus se sont rejoins sur cette île.

- Là...il faut courir !

- Merci du conseil.

Le sarcasme l'échappa pendant qu'ils se retournèrent, enfin que Nance se retourna tout en gardant la miss sur les épaules. Drôle de course poursuite, mais heureusement qu'ils restaient plus rapide que ce dernier, de peu. Mais seulement sur une longue distance, là, il rattrapait les deux protagonistes qui foncèrent direction centre-ville sous le regard amusé des gens qui les regardèrent de loin. Sourire aux lèvres, Nance tenait fermement les jambes d'Aria pour éviter qu'elle bascule et esquivait tout ce qui pouvait être enseigne pour ne pas assommer miss Morte de Rire sur ses épaules qui essayait de dire des indications et que le "bifteck" les rattrapait.

Hop, hop, des esquives dans la foule de gens qui sortaient de boulot, ils entendirent l'autre pester et beugler sur les autres de se pousser. Mais l'idée du chien déplaisait Nance, ça avait beau être une crotte sur pattes, elle avait surement du flair, sauf si de la peinture lui était rentré dans l'nez. Et la phrase percuta ses oreilles, disant Amen à son tee shirt.

-Désolée pour ton t-shirt…

Elle voulut prendre un morceau de tee shirt, mais comme ce dernier était du genre résistant, il se déchira sur toute la longueur, dénudant le buste de Nance qui s'en foutait royalement et continuait sa course, se demandant ce que Miss foutait sur ses épaules avec un morceau de tee shirt.
Préférant garder son énergie à courir, plutôt qu'à parler, Nance remonta ses mains et rehissa correctement Aria sur ses épaules, la course commençant à être longue pour l'porteur, mais si fun qu'il en oubliait ce qu'il portait.

-Prends la prochaine à droite et ensuite tu reprends à droite et tout de suite à ta gauche…et à la mienne aussi d’ailleurs…il y a une ruelle comme celle où je t’ai secouru plus tôt !
- Yeah, accroche toi !

Tournant comme un bourrin, il manqua d'assommer cette dernière s'il n'avait pas esquiver la foutue enseigne de bar tabac, et sprinta, faisant bouger Aria un peu dans tous les sens, la sentant s'accrocher à lui pendant qu'il reprit la prochaine à droite et vit la mini ruelle à gauche. Parfait ! De même taille que la première qui les avait sauvé, Nance préféra d'abord y entrer avec Aria sur les épaules, avant de faire descendre cette dernière de ses épaules, les entendant gémir de plaisir suite à cette course folle.

Mais des bruits de pas de courses se fit entendre et c'était du genre rapide, alors Nance eut le seul réflexe, à savoir chopper Aria et tous deux s'écroulèrent dans des sacs poubelles nauséabonds. Au moins, elle avait pas la taille des boobs qu'elle avait dessiné sur le mur, sinon il sera mort étouffé, mais les bruits de pas de course les interrompirent et un simple joggeur passa devant la ruelle.

Préférant rester silencieux, Nance remit le bandeau dans ses cheveux, avant de descendre le foulard de la jeune femme et lui posa un index sur ses lèvres, tendant l'oreille. Le chien était toujours perceptible par ses cris, mais très flous, par la foule qui commença à faire un brouahaha suffisant pour les cacher, eux et leurs odeurs.

- C'était excellent ! sortit Nance tout en enlevant son index

Mais il n'eut le temps de dire quoique ce soit, qu'un passant, ne les voyant pas, jeta un petit sac poubelle en direction d'Aria, qui esquiva, le faisant attirer brutalement sur le visage de Nance.

- Mis à part ça... c'était top.

Eclatant de rire, avec leur adrénaline au maximum, Nance savait qu'il avait trouvé quelqu'un pour se défouler, la comprenant sur le point de vue des conneries et de la fuite. Mais elle était ici depuis un moment ou avait une bonne mémoire, pour avoir pu les faire s'échapper, sans compter qu'elle avait un temps de réaction assez surprenant, son cerveau toujours en activité. Continuant sur sa lancée, il regarda Aria dans les yeux, habituel pour lui :

- ça faisait un moment que je m'étais pas aussi bien éclaté, merci.


Un sourire sincère comme il en faisait rarement une fois tous les 36 du mois, dont deux en un quart d'heure, parcourut ses lèvres, avant de redevenir sur Terre. A savoir être allongé dans des sacs poubelles à l'odeur incertaine, le tee shirt ouvert sur toute la longueur, sous une délinquante aussi amusée que lui si ce n'était plus, dont les odeurs semblaient se mélanger à eux.

- Suite du programme ? L'idée des bourges, j'ai adoré, j'aime pas les gens superficiels. Ou alors c'est à mon tour de chercher quelque chose à faire ?

L'oeil amusé, il fixa Aria pour savoir sa réponse, vu l'adrénaline qui était en eux, ils étaient capable de faire n'importe quoi.

Presque n'importe quoi.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 411
Date d'inscription : 05/03/2014
Localisation : tout près de toi :)
Who am i !

Carte d'identité
Les relations:
Son crime:

Fuir ? Noon, continuer ! [PV Aria]

MessageSujet: Re: Fuir ? Noon, continuer ! [PV Aria] Dim 27 Juil - 14:12
- Yeah, accroche toi !

Nance était rapide. Peut-être trop même. Moi qui voulais savoir ce que ça faisait d’être grande, bah maintenant, ma taille normale me convient parfaitement. Pourquoi ? Parce que je tiens à ma tête, voilà tout ! Je ne compte plus les enseignes, que j’ai failli me ramasser en pleine poire, pendant la course poursuite. J’ai vu ma vie défiler un bon nombre de fois en voyant se rapprocher de plus en plus près, les différents noms du style bar tabac. Bref, mon camarade avait suivi mes directives et c’est en gardant la tête sur les épaules, et heureusement, que nous arrivâmes dans la ruelle. Il n’y avait pas à dire, on était fière et plein de vie après avoir semé le bifteck et c’est avec un grand sourire que je descendis des épaules de Nance.

-Waw, c’était juste génial !

A peine fini ma phrase que Nance m’entraina dans les sacs poubelles non loin de nous. Putain mais ça pu cette merde ! Depuis combien de temps ils sont là ?! Imaginant l’intérieur des sacs poubelles, une expression de dégoût animait mon visage. Entendant un bruit se rapprocher à vive allure, je retiens immédiatement et inconsciemment ma respiration. Le bifteck nous aurait-il retrouvés ?

Regard au coin de l’œil, j’observais la moindre petite ombre pouvant être perceptible. Les pas rapide n’appartenaient qu’à un simple jogger, mon attention baissa alors. Lâchant un long soupir de soulagement, je fus coupé par le doigt de Nance qui se posa sur mes lèvres. Le sale cabot était encore de la partie apparemment, on pouvait encore entendre ses aboiements qui donnent la migraine. Mon piège n’avait fonctionné qu’un court instant alors. J’en suis encore plus désolé pour le t-shirt de mon camarade…Mais bon, avec la foule qui vient de peupler le centre, le flair et l’ouïe du chien, ne seront plus d’aucune utilité.

- C'était excellent !

Un vif regard vers une ombre qui avançait en ma direction, petite esquive et PAF. Un vieux sac poubelle aussi immonde et nauséabond que les autres atterrit tout droit sur la tête de Nance.

-Oups…

- Mis à part ça... c'était top.

La scène était si drôle que j’éclatais de rire direct. C’était un fou rire collectif, et ça faisait un bail que je n’avais pas autant rigolé avec quelqu’un. Je venais à peine de connaitre ce gars mais je l’appréciais déjà beaucoup. Je sens que je vais faire les 400 coups avec lui.

- ça faisait un moment que je m'étais pas aussi bien éclaté, merci.

Je lui renvoyais son sourire avec joie car pour moi c’était pareil. J’ai passé une excellente journée, ou en tout cas une excellente fin de journée car les cours du début étaient casse couilles, même si je n’en ai pas.

- Suite du programme ? L'idée des bourges, j'ai adoré, j'aime pas les gens superficiels. Ou alors c'est à mon tour de chercher quelque chose à faire ?

Regardant le ciel qui s’assombrissait au fil de heures qui s’écoulaient, je revins plonger mon regard dans celui de Nance, pour lui dire sur le ton de la rigolade.

-Bah déjà, on va sortir de la déchèterie car le parfum poubelle, ce n’est pas trop mon kif.

Me levant doucement en regardant où je mettais les pieds, j’attrapai Nance par la main pour l’aider à se remettre debout. Toujours le sourire au visage et cette envie de me défouler encore plus, je déclarai la voix remplie d’enthousiasme.

-On est une équipe à présent alors c’est 50/50 pour tout ! Bienvenue au club des anti-superficiels camarade.

Donnant une petite tape sur son épaule, j’observais à présent, son t-shirt à moitié déchiré. Je n’y étais pas allée de main morte quand même. Il faut dire que le tissu n’était pas de mauvaise qualité et plutôt difficile à arracher… Pourquoi je suis en train d’étudier son haut moi ? On s’en fout putain ! Mais j’ai parlé de 50/50 tout à l’heure…Il ne faudrait pas que je déchire mon t-shirt moi aussi, pour qu’on soit à égalité ? Je rigole immédiatement à la suite de cette pensée.

-A toi de choisir la suite du programme ! Si tu veux aller acheter un nouveau t-shirt, on peut y aller avant de continuer, si tu veux. Ou je peux te prêter le mien…

Je regarde un moment mon t-shirt, puis la carrure de Nance.

-Euh non, ça n’ira pas du tout enfaite.

Je ne suis pas du tout pudique mais c’est certain que mon haut n’ira pas à Nance. Du point de vue esthétique mais également de la taille. Il est beaucoup plus carré que moi et surtout, beaucoup plus grand.
Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
Who am i !

Fuir ? Noon, continuer ! [PV Aria]

MessageSujet: Re: Fuir ? Noon, continuer ! [PV Aria] Dim 27 Juil - 14:57
- Bah déjà, on va sortir de la déchèterie car le parfum poubelle, ce n’est pas trop mon kif.

C'était sur que la bonne odeur de détritus, saupoudré de moisissures et d'odeurs qu'il ne préféra pas savoir, Nance se leva rapidement, aidé par la jeune femme.

- On est une équipe à présent alors c’est 50/50 pour tout ! Bienvenue au club des anti-superficiels camarade.
- J'aime beaucoup le nom. Anti superficiel.

Tous deux satisfait de leur attirance pour la bêtise et leur nouveau partenariat, Nance se demandait quel truc ils pourraient faire ensuite, l'heure de pointe étant présente, plusieurs possibilités étaient d'actualités.  Remarquant qu'Aria était entrain de regarder son torse, Nance comprit que le tee shirt était mort et qu'il fallait l'enterrer, doutant qu'elle regardait sa sculpture musculaire hors du commun (ironie), mais plutôt banale. L'écoutant proposer un autre tee shirt, voir carrément le sien, Nance sourit brièvement à sa vision, remarquant qu'elle était pas pudique pour un sou, quitte à s'enlever le tee shirt juste pour un autre.

- t'inquiètes pas, c'est rien.

Enlevant sa veste, il enleva carrément le tee shirt et entendit le changement de réponse de cette dernière, ponctuant les lèvres de Nance d'un énième sourire. Vu la taille d'Aria, il allait avoir du mal à y entrer, sans qu'il se retrouve dans la même condition que celui de Nance. Torse nu, il remit sa veste et fixa le tee shirt, avant d'élargir son sourire.

- J'ai trouvé un nouveau délire.

Lui faisant signe de prendre un sac poubelle en essayant de prendre celui qui sentait le moins mauvais et donc contenait le moins de nourritures possibles, Nance prit la main d'Aria et ce fut lui qui la guida par la ruelle auquel il était sortit. Oula, trop de monde.

- Y a une échelle qui permettrait de monter en hauteur ?

Ah, parce que t'as déjà vu une échelle qui monte en bas ? Nance zappa sa phrase aussi intelligente qu'un élève de CP, et suivit sa collègue, avant de monter, toujours son sac poubelle à la main et son tee shirt accroché dessus. Une fois sur le toit, il lui expliqua le topo.

- En bas, y a tous les gens qui sortent de leur boulot. Le délire est de pas se faire chopper, toucher les gens qui sont style froufrou et balai-dans-le-cul.

Le challenge était présent et un peu plus risqué, car même s'ils se faisaient pas choppé, ils pourraient toucher des innocents. "Innocent" était un mot difficile à croire dans ce monde.
Déballant le sac poubelle, Nance poussa un soupir en se rendant compte que l'intérieur ne contenait que des petites babioles faciles à balancer et dont l'odeur était supportable, à savoir des éponges périmés, un torchon ensanglanté (wtf), des sachets de nourritures vides, des briques de lait en cartons et divers autres trucs.

Montrant à Aria pour certains objets relativement puant, Nance déchira un morceau du tee shirt décédé et l'utilisa comme "gant", avant de se pencher au bord du toit. La vue était assez fun, ça pulullait de partout et une cible de choix apparut rapidement : une femme possédant un renard en écharpe, le style faux fourrure. Et PAF, la voila se prenant un morceau de tee shirt contenant une plaquette de beurre périmée. Miam.

Aussi recaché après avoir balancé, il écouta avec fun le cri désespéré de cette dernière, avant de tirer la langue à Aria et de sortir les dernières boules puantes qu'il avait dans la poches, à savoir quatre. C'était rare de trouver son alter égo féminin surtout spécialisé dans les conneries.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 411
Date d'inscription : 05/03/2014
Localisation : tout près de toi :)
Who am i !

Carte d'identité
Les relations:
Son crime:

Fuir ? Noon, continuer ! [PV Aria]

MessageSujet: Re: Fuir ? Noon, continuer ! [PV Aria] Dim 27 Juil - 17:31
- t'inquiètes pas, c'est rien.

Ce mec est mon semblable. Enlever son t-shirt ne lui fait ni chaud ni froid. Remarque, c’est plus fréquent de voir un mec se balader torse nu, que de voir une meuf les boobs à l’air… Mais ce n’est pas mon cas, puisque j’allais garder mon soutien-gorge. Je ne suis pas une nudiste ou une exhibitionniste ! Enfin je crois…

- J'ai trouvé un nouveau délire.

Son sourire en disant grand sur la prochaine blague. Prenant un sac poubelle au hasard, enfin j’évitais quand même ceux qui puaient la merde, je fus entrainé par Nance à travers la ruelle. Je ne posais pas de question, je le laissais simplement me guider, le sourire aux lèvres. On était une équipe, alors c’était tout à fait normal de lui faire confiance. Je n’avais qu’une seule crainte, que le sac poubelle craque et qu’il déverse toute sa merde sur moi. Je m’en fous d’être couverte de boue, d’ailleurs c’est bon pour la peau la boue, mais l’essentiel n’est pas là. Par contre être recouverte de moisissures ou de chose qu’on ne reconnait même plus, après leur séjour dans la benne, c’est juste dégueulasse et immonde !

- Y a une échelle qui permettrait de monter en hauteur ?

Monter en hauteur ? Impossible de rester sérieuse, je laisse échapper un rire à cette réplique totalement débile. Je devrais me la fermer car j’aurai très bien pu la sortir. Ça ferait de moi une conne ? Euh…bonne question. Bon de toute façon, ce n’est pas moi qui l’ai sorti alors, pas de prise de tête.

-Oui, il y a bien une échelle qui permet de « monter en hauteur ». C’est partie !

Oui, je n’ai pas pu m’empêcher de reprendre ses termes si bien exprimés. J’adore taquiner les gens et ça n’allait pas changer avec Nance. Il est dur de changer les vieilles habitudes. Guidant alors mon collègue, par la main, jusqu’à la fameuse échelle, il ne nous fallut pas longtemps pour être sur le toit.

- En bas, y a tous les gens qui sortent de leur boulot. Le délire est de pas se faire chopper, toucher les gens qui sont style froufrou et balai-dans-le-cul.

Son plan me plaisait parfaitement. Grand sourire et petites étoiles dans les yeux, là on peut dire que je n’attendais que le commencement de ce nouveau programme pour me défouler. Dans les sacs poubelles, des trucs aussi bizarres les uns des autres. Non mais sérieux, qu’est-ce qu’un mouchoir ensanglanté fait dans ce sac ?! Il y a eu un meurtre c’est ça ?! Oui je peux partir très loin. Ça doit juste être quelqu’un qui signait du nez après s’être fait agresser par un gangster qui s’est échappé d’une prison. Non, je ne suis pas folle.

Regardant Nance utilisé un bout du t-shirt précédemment déchiré par moi, il prit la plaquette de…c’est du beurre ça ?! Beuuurk, ça donne envie de gerber ! Aussitôt pris, aussitôt relâché ! Ou plutôt balancer ? Heureusement que le renard, autour du cou de madame balai au cul, n’est pas vivant parce qu’il vient de se manger une de ces bombes au beurre bien dégueulasse ! Posant une main sur ma bouche pour éviter de rire, on entendait de là-haut, les cris de la nunuche beurrée.

-T’as géré mec !

Je cherchais à mon tour, quelque chose à balancer sur les passants. Alors que vais-je bien pouvoir prendre ? Une brique de lait attira mon attention. Elle n’était pas du tout ouverte, mais la date était largement dépassée. Périmé depuis bientôt un an. C’est dégueulasse !!! Mais tellement parfait pour une blague. Ouvrant la brique en arrachant un coin, pas sans mal, je levais la tête pour observer le monde qui se trouvait en bas. Une bande de fille habillée en jupe ras la moule, étaient juste en dessous de nous. Huuum, c’est le genre de meuf qui se la pète un max. Il ne fallait pas s’habiller comme ça, ou en tout cas pas aujourd’hui. Je déverse le lait rapidement, en appuyant assez fort sur la brique. Sans mentir, ce lait puait la mort, on pouvait apercevoir des plaques de moisie qui se déversaient en fontaine sur les jeunes femmes. Il ne fallait pas perdre une seule seconde à vider la brique. Le jeu était de ne pas se faire voir, alors je balançais le carton et me dissimulai à nouveau dès la fin de l’opération.

-J’ai soif. Mais pas de lait.

J’avais lâché ça naturellement, d’un ton innocent. L’envie de rigoler était là, mais j’attendais la prochaine action de Nance. Allait-il se faire attraper ? Une prochaine course poursuite en perspective ? Quand je rentrerai dans mon bungalow, je vais pouvoir bouffer sans retenu avec tout le sport qu’on a fait aujourd’hui.

Nance avait sorti les bombes puantes, moi je sors de mon sac à dos, les pétards et les feux d’artifices. Le ciel s’était pas mal assombri, alors c’était nickel pour voir les belles couleurs des feux d’artifices. Et les pétards…c’est pour être dans l’ambiance fête. Oui pour moi c’est la fête là ! Je m’amuse tellement que pour moi, c’est la fiesta du samedi soir ! Sauf qu’on n’est pas samedi.

-Il faut faire les choses en grand !

Oui, toujours aussi enthousiaste.
Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
Who am i !

Fuir ? Noon, continuer ! [PV Aria]

MessageSujet: Re: Fuir ? Noon, continuer ! [PV Aria] Dim 27 Juil - 19:58

-T’as géré mec !

Souriant en remerciant au compliment de cette dernière, il fit signe que c'était à son tour. Tour que Nance avait grandement apprécié, vu qu'elle s'était armée d'une brique de lait... non ouverte. Oh my god, elle avait osé et commençait à l'ouvrir. Rien qu'à l'odeur, Nance respira par la bouche, réflexe pour éviter les odeurs assommantes, et la regarda à l'oeuvre, se penchant légèrement pour voir sa futur cible. Oh Yeah, les mini salopes en jupes si courtes qu'on se demandait à quoi ça servait. A la rigueur, pour exciter son copain dans une chambre, why not, mais à l'air libre, Nance ne comprenait pas l'intérêt, sauf pour attirer les regards et kiffer se sentir comme un bout d'viande.

Se délectant des cris d'horreurs et hurlements, qui devinrent des plaintes, Nance se demandait si l'une d'entre elles n'était pas entrain de vomir, vu le bruit qu'elle faisait. Dans tous les cas, il hocha de la tête, comme pour valider son geste. Boules puantes de sortis, Nance avisa d'abord pour terminer son tee shirt et l'enroula entièrement dans ce qui semblait être des épongés périmés, dont plusieurs insectes stagnaient dessus. Mais ça devenait moins amusant quand les gens commençaient à stagner autour, se demandant pourquoi, sauf qu'un homme en costard cravate, semblait pester parce que du lait était tombé sur ses chaussures. Oh bah tiens. Une nouvelle cible.

A peine lancé, Nance comprit que c'était merdique, car pas assez lesté, il s'ouvrit en plein vol et seul l'éponge pleine de fourmis tomba sur l'homme, le reste s'éparpilla. Plusieurs regards prirent la direction de Nance qui se cacha aussitôt.


- Il faut faire les choses en grand !
- Ouep', et les faire vite !

En effet, des bruits et des paroles, comme un brouaha, se faisait sentir devant le petit immeuble sur lesquels ils étaient planqués. Utilisant les éponges restantes comme "pied", pour le feu d'artifices, Nance en planta plusieurs, avant de lâcher une boule puante ou deux dans la foule, ignorant les cibles. Aria l'allumeuse des feux était prête et tous deux décampèrent dès que ces derniers furent allumés, dans la direction opposé, riant aux éclats, of course. Les feux d'artifices éclatèrent dans le ciel et l'une d'elle, accroché au sac poubelle, fit éclaté ce dernier dans l'air, éparpillant tout son contenu. Great.

- Maaaagnifique.

Ponctuant sa phrase en restant sur le A du mot, Nance freina légèrement sa course, avant de zieuter sa partenaire et demanda :

- Donc, que fais t-on now ? Le temps commence à se gâter, c'est moins drôle.

En effet, le vent avait disparut, annonçant un début d'orage voir de pluie vu l'humidité qui régnait dans l'air. Et un Nance torse nu sous sa veste, sous la pluie qui arrivait à vitesse grand V, c'était pas terrible pour se doucher, même en compagnie d'Aria.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 411
Date d'inscription : 05/03/2014
Localisation : tout près de toi :)
Who am i !

Carte d'identité
Les relations:
Son crime:

Fuir ? Noon, continuer ! [PV Aria]

MessageSujet: Re: Fuir ? Noon, continuer ! [PV Aria] Lun 28 Juil - 16:44
Revenir en haut Aller en bas
" Contenu sponsorisé "
Who am i !

Fuir ? Noon, continuer ! [PV Aria]

MessageSujet: Re: Fuir ? Noon, continuer ! [PV Aria] Aujourd'hui à 23:34
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Haiti en marche - Haitiens, partout fuir la misere!
» Présentation Aria Rigel(magicienne)
» aria origine
» Combien de temps comptes-tu fuir de la sorte? [PV Goudwin]
» Suite de : envie de fuir l'agitation (PV : Moka)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: .:Archives:. :: Rp's terminés-