AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

" Invité "
Who am i !

Tu sais combien ça fait 25.50 et 25.50 ? 51 ? Ouais ! Patron deux ! [Feat Katrin Acker]

MessageSujet: Tu sais combien ça fait 25.50 et 25.50 ? 51 ? Ouais ! Patron deux ! [Feat Katrin Acker] Jeu 24 Juil - 15:08
« La première composante de la personnalité humaine soluble dans l'alcool, c'est la dignité. » Heywood Broan
Fin d'une journée de boulot chiante à mourir. Il n'y a rien d'excitant dans ce boulot, même si c'est de s'occuper d'une bande de psychopathes et de sociopathes complètement attardés pour comprendre leur propre sort. Willi s'était rendu ici en espérant pouvoir tirer un bilan sociologique important de l'adaptation dans un milieu de vie normal d'une bande de délinquants, mais il se rendait compte qu'ils se comportaient pour la plupart comme les moutons à l'extérieur des murs de l'internat. Il repensait à un de ces compagnons de cellule qui lui avait dit que si des établissements comme la prison, des centres de rééducation ou des internats existaient, c'était pour faire croire aux gens à l'extérieur que eux, ils étaient réellement libre. Comme une laisse invisible qui serait moins pénible à porter si l'on se trouvait dans un espace où l'on pouvait vivre comme on le souhaitait. C'était un tour de force magnifique et Willi admirait la psychologie des foules et des masses, parce qu'elles avaient la facheuse tendance à laisser parler leurs instincts et leurs peurs, plutôt que leurs raisons. Trève de plaisanterie matérialiste pour le moment, le voilà au centre-ville. Le village était petit, mais il savait qu'il pouvait y trouver un coin où se désaltérer après le boulot.

Il avait un problème, c'était l'alcool. Un breuvage qui l'avait suivi dans toutes ces aventures, dans toutes ces galères, les bons et les meilleurs moments. Peut-être que ses origines le poussaient à consommer régulièrement de la bière, ou que cette dernière se trouvait dans son sang et que c'était son carburant. Quoi qu'il en soit, il poussa la porte d'un petit pub sympa qui venait d'ouvrir, un pub Irlandais. ça sentait comme là bas, la même ambiance, la même musique, les même habitués... Il était chez lui, mieux que dans une salle de classe. Si il était payé au litre ou au nombres de levés de coudes qu'il faisait, peut-être qu'il serait riche. Il se faufila jusqu'au bar pour commander un whisky, histoire de bien pouvoir entamer ce début de soirée. Oh c'était rien de farfelu, mais ça permettait de préparer le terrain pour la suite. Le lendemain, c'était son jour de repos, il comptait bien en profiter un peu et vu qu'il n'a rien de prévu ou rien à faire à part des travaux chez lui, c'est tout bénef. Le serveur lui déposa son verre de whisky et il le remerciera d'un signe de la tête, avant de le siroter du bout des lèvres. C'était frais et ça allait le requinquer pour sûr. Des cris de joies resonnaient dans le bar, il y avait un match de rugby qui passait sur l'écran plat posé dans un coin et certains commençaient déjà à chanter. A croire que certains peuples sont mieux fait pour faire la fête que d'autre...

« Tu pourrais t'excuser au moins, ça va pas t'arracher la gueule non ?»

En quelques secondes à peine, quelqu'un lui était rentré dedans et avait fait tomber au sol une partie du précieux liquide, lui en déversant légèrement dessus également. Encore un abruti qui se croit chez lui. Ce dernier le toise : Il est plus petit mais trapu. Leurs regards se croisent et l'autre ne dit rien, il commande une bière. Willi insiste cependant, en lui tapant sur l'épaule, lui expliquant que ça ne se fait pas, que c'est un endroit chaleureux et qu'il faut savoir bien se tenir et se comporter avec les autres. La seule réponse qu'il a eu, c'est un "va te faire foutre" qui résonna bien fort à ses oreilles.

« Je vais t'apprendre la politesse moi, tu vas voir... »

Une nouvelle tape sur l'épaule du gars qui a le dos tourné. Il se retourne et Willi lui décoche une droite en pleine face, l'envoyant à l'autre bout du bar où il se redresse faibrilement, aidé par des habitués qui se trouvaient là.

« Tu vas t'excuser ou pas alors ? »

L'autre revient à la charge et bourinne Willi au niveau de son torse, au vu de sa petite taille. Il essaye de le repousser, mais le petit est une teigne nerveuse qui le frappe suffisamment fort pour le faire reculer. Il lui fallut lui décocher un coup de pied au niveau du genou pour le faire se stopper. A cet instant, Willi attrape un verre à bière vide sur le bar et l'éclate sur la tête du type, qui s'écroule net, le crâne en sang. Personne n'a rien, personne n'est intervenu : A croire que c'est une habitude ici. Pris de compassion, il remet d'abord en place sa chevelure et son blouson et traîne le pauvre type jusqu'à l'extérieur, en demandant à des passants d'appeler les urgences car le pauvre "était tombé du bar et s'était ouvert le crâne". Il se traîne de nouveau jusqu'au bar pour finir son verre et fait signe au barman, déposant quelques billets en plus.

« C'est pour le verre cassé, je sais que ça ne se fait pas, mais cet espèce d'empaffé m'a foutu les nerfs. J'espère que ça couvrira les frais. »

Puis il se mit à rire, tandis que le barman lui resserait un deuxième verre de whisky et trinqua même avec lui. La soirée ne faisait que commencer et elle était déjà riche en action. Tout ce qu'il aimait quoi.

Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
Who am i !

Tu sais combien ça fait 25.50 et 25.50 ? 51 ? Ouais ! Patron deux ! [Feat Katrin Acker]

MessageSujet: Re: Tu sais combien ça fait 25.50 et 25.50 ? 51 ? Ouais ! Patron deux ! [Feat Katrin Acker] Sam 26 Juil - 2:15


#Connasse


18h- Journée de boulot finit. Tu souffles. Oh mon dieu, que ça te cassait les couilles royale de remettre en place ces délinquants, aussi débiles les uns aux autres. Ils trouvent même pas de bonnes excuses pour les justificatifs d’absences. Ils arrivent nerveux dans ton bureau et s’excusent comme des merdes. Du coup, tu leurs donnes un petit gage bien humiliant. “Va laver les chiottes en tutu rose ça t’apprendra.” Ouais, ouais tu les tutoies. T’en as strictement rien à foutre. Et puis, si ils rechignent tu fais ton sourire diabolique et lui donne trois heures de colles en plus. C’est qu’il faut les dresser les petits.

Tu décampes vite fait bien fait de cet internat sans même dire au revoir à un de tes collègues. De toute façon, tu les aimes pas. Enfin, t’as jamais appris à les connaître et tu ne veux pas les connaître. C’est comme ça, faut pas chercher. Tu déambules alors dans la ville pour rejoindre ton appartement, il faut absolument que tu te changes. Rester avec cette chemise histoire de pas trop choquer les élèves c’est chiant. Et puis, faut bien que tu déposes tes affaires. Enfin, déposer, je dirais plutôt balancer n’importe où.

Après, c’est la même rengaine, tu te dézappes, enfile une de tes brassières où t’es super à l’aise dedans. Prends, un autre short en jean avec des ourlets. Tu te munies d’une autre fameuse paires de portes jarretelles et tu prends tes Doc Martens. Style provoquant, décalé c’est toi tout crachée. Tu vas encore te faire siffler dans la rue par des pauvres types en chiens ou regarder de haut en bas avec un air de dégoût par des rageuses coincée du cul. Enfin, t’es habituée maintenant, et ça t’es toujours passée au dessus de la tête. Quand, quelqu’un te regarde de trop, tu le toises avec un de ses regards de tueur et il baisse la tête. Voilà, c’est comme ça que ça marche avec toi.  

Tu prends ton porte-monnaie qui lui est toujours à la même place. Ce qui est comment dire ? Un exploit. Et hop, tu te casses te prendre une cuite dans ton pub irlandais préféré. Arrivée à destination, tu arquas un sourcil. Wallah, il c’est passé quoi ? te dis- tu. L’habitué que tu peux pas blairer car il est toujours là à te relooker de haut en bas, à venir te draguer sans- arrêt. Le mec grave relou quoi. Il vient de se faire emmener par les ambulances, il avait le crane ouvert. Tu le regardas alors, et lui fit un petit “byebye” de la main. Provocation.

Après être rentrée dans le pub où tu respirais le confort, ton petit cocon, ton moyen d’évasion. Tu t’assis au comptoir, prenant ta place habituelle. T’étais la fille qu’on respectait ici. La fille, garçon en soit. Alors, ouais personne prenait ta place. Ils savaient tous que sinon tu allais “gentiment” lui dire de dégager, car ici c’est TA place. Et ouais, t’es une garce, une grosse gamine aussi mais on t’aime bien. T’es marrante et t’as un caractère bien trempé. Tu regardas le barman, accoudée au bar lui faisant un signe de la tête “Oye le gland” ouais, tu l’avais surnommé comme ça et lui c’était “Salut miss boobs” Tu le foudroyas du regard comme à l'habitude, mais c'était gentil d'un coté, tu le connaissais très bien donc bon et tu l'appréciais pas mal. Tu répondis en rigolant "Avoue tu kifferais les avoir hein, alors tagueule". ça c'est fait. Hophophop. Il soupira un petit rire et sans même que tu lui demandes quoi que soit, il te servi une bière BRUNE je précise, pour commencer ta petite soirée tranquille. “Thank you, d’ailleurs, tu sais c’est qui le beau- gosse qui vient de défoncer la gueule du nain ?” fis- tu railleuse. Ouais, t’étais une connasse.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 410
Date d'inscription : 28/04/2014
Age : 21
Localisation : France.
Who am i !

Carte d'identité
Les relations:
Son crime:

Tu sais combien ça fait 25.50 et 25.50 ? 51 ? Ouais ! Patron deux ! [Feat Katrin Acker]

MessageSujet: Re: Tu sais combien ça fait 25.50 et 25.50 ? 51 ? Ouais ! Patron deux ! [Feat Katrin Acker] Dim 21 Sep - 12:47
UP ?

Si votre RP est abandonné ou terminé merci de le renseigner ici.
Si il n'y a pas de réponse dans une semaine, je le déplace dans les archives.
Ce sera à vous de m'envoyer un message si vous souhaitez le continuer.

Merci
Revenir en haut Aller en bas
" Contenu sponsorisé "
Who am i !

Tu sais combien ça fait 25.50 et 25.50 ? 51 ? Ouais ! Patron deux ! [Feat Katrin Acker]

MessageSujet: Re: Tu sais combien ça fait 25.50 et 25.50 ? 51 ? Ouais ! Patron deux ! [Feat Katrin Acker]
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Tu sais maman, le monde fait peur quand on est tout seul pour l’affronter • Maman ♥
» KWON CALVIN - tu sais ce qu'on fait aux voleurs de salade? ON LAITUE
» Je sais pas si elle fait vroum vroum ou pouet pouet.
» Charlotte - Tu sais combien de temps tu as pour survivre ? Une seconde. Le temps de prendre la bonne décision.
» Euh...Ca fait combien pour moi?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: .:Archives:. :: Rp's inachevés-