AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

avatar
Messages : 49
Date d'inscription : 08/03/2014
Localisation : In WONDERLAND.
Who am i !

Carte d'identité
Les relations:
Son crime:

Manger, c'est la vie. (Suite) |- Aria♥|

MessageSujet: Manger, c'est la vie. (Suite) |- Aria♥| Mar 19 Aoû - 21:29
-Moi peureuse ?! Je dois être la personne de la classe avec le plus d'absences à mon actif. Tu peux laisser l'autre fille là où elle est, parce que je compte bien venir avec toi.

Je savais qu'elle allait accepter, la manipulatrice qui est en moi était amplement satisfaite. Elle avait l'air fière d'avoir le palmarès de la plus grande cancre d'une des pires classes de l'internat, et puis, tant qu'elle pouvait se la péter, elle le ferait. Un sourire apparut sur mes lèvres à cette pensée. Ma bouche s'entrouvrit pour lui répondre quand elle reprit après m'avoir tiré la langue.

-On ne va pas glander ici n'est-ce pas ? Alors quel est le programme, jolie brune ?

Apparemment, elle était pressée à l'idée de passer un peu de temps avec moi. Bizarrement, je ne ressentais rien de particulier à cette idée, peut être que je savais qu'elle le serait. Ai-je trop confiance en moi ? Vraiment, aujourd'hui, tout est trop bizarre. Je souris en m'avançant d'un pas non-chaland près de la petite blonde, sans vraiment réfléchir, je passe mon bras derrière sa nuque pour poser ma main sur son épaule, l'incitant ainsi à avancer.

« Il fait beau, ce serait con de s'enfermer, non ? J'ai donc bien envie d'aller me caler au port, et si t'es sage, je t'achèterai une glace. »

Je continue de marcher en oubliant totalement ma main, j'étais peut-être un peu entreprenante, mais qu'importe. La scène du déjeuné se rejoue dans ma tête, la façon dont elle mangeait, je me mis a rire légèrement à cette pensée.

« En faite pour la glace.. Je sais pas, t'as peut-être plus faim après ce que t'as mangé, et la façon dont tu l'as fait était.. particulière. »

Elle risquait de faire une tête assez étrange, ou de me renvoyais une vanne, je pense que je commence à la connaître cette petite. J'étais tellement perdu dans mes pensées que je ne m'étais pas rendu compte que nous étions déjà sortis de l'internat. Sans m'en rendre compte, je déambulais dans les rues du village avec une jolie blonde sous le bras. Une étrange impression de déjà vu m'envahit, pourquoi ? Même moi, j'en sais rien. Sachant que j'avais une sainte horreur des blondes.. Je n'en avais jamais fréquenté de près ou de loin, mise à part ma sœur, mais ce n'est pas du tout le même genre de relation. Je marchais maintenant avec les yeux à demi-ouvert en mordant légèrement les deux anneaux qui trônaient sur ma lèvre, cherchant désespérément pourquoi je ressentais un sentiment si étrange. C'est le rire d'un enfant qui me ramena à la réalité, mes yeux allèrent se poser sur lui rapidement, puis comme un électrochoc, Aria me revint en tête. Je venais de la zapper pendant un moment assez long, est-ce qu'elle m'a parlé ? Je lui ai donc mis des vents, mon dieu. Qu'elle genre de fille inviterait quelqu'un à sortir avec elle pour ensuite ne pas la calculer.. Il fallait que je me rattrape. Mon regard revint donc sur la blondinette, un fin sourire anima mes lèvres, espérant qu'elle n'a pas remarqué mon « absence ».

« Tu veux qu'on aille se poser sur la digue ? Ou tu préfères qu'on aille faire un tour dans les magasins qui bordent le port ? »

Attendant la réponse d'Aria, je continuais de la fixer en souriant. Mes yeux changèrent soudainement quand je sentis quelque chose se heurter doucement contre mon tibia. Un ballon. Un ballon venait d'arriver dans mes jambes, regardant autour de moi pour voir d'où il venait. Je me rendis compte que c'était le ballon du petit garçon qui riait précédemment. Apparemment, il n'osait pas venir le rechercher. Je le comprends. Si mon jouet avait été taper dans les pieds d'une fille avec un style déchiré et avec des yeux rouges.. Je n'aurais pas non plus osé le reprendre, surtout à 6/7 ans. Après m'être légèrement penchée pour récupérer la balle, je m'avance doucement vers lui pour lui tendre la balle avec un sourire des plus doux. Il semble hésiter pendant quelques secondes avant de reprendre le jouet rapidement et de retourner en courant vers sa mère. Je soupire longuement avant de me retourner vers Aria, elle m'avait sûrement répondu, et je l'avais encore snobé, mais involontairement bien sûr !

« Euh.. donc, tu disais ? Excuse-moi pour ça.. ahah. »

Mon rire était plus nerveux qu'autre chose, m'enfin. J'espère qu'elle comprendra que je ne pouvais pas laisser ce gosse dans l'embarras.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 411
Date d'inscription : 05/03/2014
Localisation : tout près de toi :)
Who am i !

Carte d'identité
Les relations:
Son crime:

Manger, c'est la vie. (Suite) |- Aria♥|

MessageSujet: Re: Manger, c'est la vie. (Suite) |- Aria♥| Jeu 21 Aoû - 17:57
-Il fait beau, ce serait con de s'enfermer, non ? J'ai donc bien envie d'aller me caler au port, et si t'es sage, je t'achèterai une glace.

Je détournai immédiatement la tête, pour cacher les fucking rougeurs qui venaient de reprendre place sur mes joues. Putain mais ce n’est pas possible ! Elle venait de poser son bras derrière ma nuque, et ce geste me rendait légèrement mal à l’aise. D’habitude cette action m’aurait fait sourire, mais le fait de m’être rendue compte de mes sentiments pour elle, ne me rend pas la tâche facile.

-Pfff…

Je ne savais pas quoi répondre à la belle brune, alors je me suis contenter de bruitage. Ça montrai au moins que je l’écoutais et que ça phrase n’a eu que pour effet de me faire légèrement ronchonner. La regardant du coin de l’œil, je n’arrivais pas à lui trouver un quelconque défaut physique. Elle était belle, grande et avait une silhouette de rêve. Ça ne m’étonnerait pas qu’elle ait de nombreuses conquêtes à son actif. Tss, ça m’énerve de me dire une telle chose. Serait-ce de la jalousie ? Le rire de la brunette me tira bien vite de ces pensées pénibles.

-En faite pour la glace.. Je sais pas, t'as peut-être plus faim après ce que t'as mangé, et la façon dont tu l'as fait était.. particulière.

Plongeant mon regard dans le sien, tout en montant les sourcils pour lui montrer mon mécontentement, je restai comme ça un moment avant de me mettre à rigoler. Même avec de telle blague, je ne pouvais contenir mes rires face à Ryoko. Oui c’est comme ça, cette fille arrive à me faire rire et sourire inconsciemment. Mais ce n’est pas pour autant qu’elle échappera aux représailles.

-Si tu le dis…mais moi, au moins, je connais les chaises.

Petit sourire provocateur et petit clin d’œil après ma réplique fièrement placée. Je ne me laisse pas marcher sur les pieds, vous devriez le savoir quand même. Et puis, ce n’est pas parce que j’aime cette fille, que je vais la laisser faire ce qu’elle veut de moi. Moi, j’ai un sale caractère ?! Huum...oui peut-être bien. J’aime cette fille… L’amour, j’ai peur de ce sentiment. La peur, sentiment qui nous fait hésiter et qui nous met des bâtons dans les roues. J’ai toujours considéré ce dernier comme une faiblesse, mais il est temps de surmonter cette peur ! C’est beaucoup plus simple dans les films que dans la réalité, ça c’est clair. Quand on regarde un film, tout parait si facile pour le héros. Il arrive toujours à s’en sortir quels que soient les obstacles sur sa route. Allez, maintenant c’est à mon tour, qui ne tente rien, n’a rien, n’est-ce pas ? Au pire des cas, je me prendrai un gros râteau et puis basta, je m’en remettrai bien un jour, non ? Prenant une grande bouffée d’air, je me décide alors à me lancer à l’eau. Simple métaphore, qu’on se mette d’accord.

-Euh Ryoko, j’ai quelque chose à t’avouer…

Je m’arrête un moment, reprenant encore une grande bouffée d’air avant de reprendre mon visage tourné vers le sien, les yeux fermés.

-Je t’aime, voilà ! Mais pas comme une amie, je t’aime vraiment, en amour je parle…

Le silence fut très long après cette déclaration, maladroite, je l’avoue. Bah quoi, ce n’est pas de ma faute, ce n’est jamais moi qui fait le premier pas, normalement ! Attendant n’importe quelle réponse de sa part, je gardais les yeux fermés jusqu’à entendre sa voix.

-Tu veux qu'on aille se poser sur la digue ? Ou tu préfères qu'on aille faire un tour dans les magasins qui bordent le port ?

Je gardai la bouche ouverte, complétement sous le choc. Elle n’avait rien entendu de tout ce que je venais de balancer apparemment. Mais putain de sjfhdsocnc qpcjqsockqscnqclnqc dqvqdphvqdic. A l’intérieur de moi, c’est Hiroshima, sans déconner. Pfff, ça m’apprendra d’être aussi insolente envers les gens, Dieu m’a puni, c’est ça ?! Monde cruel !!! Si un ballon n’avait pas heurté les jambes de ma camarade, j’aurai continué de m’apitoyer sur mon sort encore un long moment.

-On peut aller se poser sur la digue, il y a une belle vue d’après les dires des gens.

Okay bah parle à mon cul, ma tête est malade.  J’avais beau lui avoir répondu, elle ne m’a pas, le moins du monde, écouté ce que je viens de lui dire. Okay, je prends en note sur mon parchemin. Fronçant les sourcils en la voyant rendre le ballon au p’tit merdeux, je ne change pas d’expression lorsqu’elle revient vers moi avec un petit rire, nerveux ?

-Euh.. donc, tu disais ? Excuse-moi pour ça.. ahah.

Encore, si ça aurait été la première fois qu’elle me snobe, okay, mais là ça fait quand même la deuxième fois. A croire qu'elle le fait exprès. En plus, la première fois m’a bien laissée sur le cul… D’accord, c’était adorable de sa part de rendre le ballon à ce gosse mais vraiment, la première quelle m’a snobée n’a toujours pas été digérée. C’est donc d’une voix froide et légèrement énervée que je repris une nouvelle fois la parole.

-C’est bon ? T’es sûre de vouloir m'écouter cette fois ? Enfin bref, tu sais quoi, laisse tomber !

Tournant le dos à celle que j’aime, je pars en direction de la digue sans un mot de plus. Seule, ne regardant même pas si elle me suivait, il n’y a pas à dire, j’étais vraiment énervée et un mot de travers de sa part ou même d’une quelconque personne, me fera sortir les poings sans aucun doute. Arrivée sur la digue, le paysage que l’on peut observer, m’éblouit et arrive même à me faire oublier cette colère que je ressens. Mais ça ne dura qu’un court instant. Yukiatsu est le seul à pouvoir me calmer quand je suis dans cet état. Une image vint s’imposer à moi d’un coup. Ryoko qui se mettait à jouer un air de guitare inconnu, accompagné de sa magnifique voix….c’est vrai que là aussi ça m’avait apaisé… Aurait-elle le même pouvoir que Yukiatsu sur moi ? Pfff, dans tous les cas, la raison de mon énervement c’est elle, non ? Alors je ne verrais pas comment elle pourrait me calmer dans ces conditions ! Continuant de fixer le paysage, je me rendais bien compte que malgré la splendeur que dégageait celui-ci, il n’y avait qu’elle qui me restait en tête pour le moment. M’a-t-elle suivi jusqu’ici ? Tsss, peu importe, je m’en fiche ! Oui, c’est clair, j’ai vraiment un sale caractère finalement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 49
Date d'inscription : 08/03/2014
Localisation : In WONDERLAND.
Who am i !

Carte d'identité
Les relations:
Son crime:

Manger, c'est la vie. (Suite) |- Aria♥|

MessageSujet: Re: Manger, c'est la vie. (Suite) |- Aria♥| Jeu 28 Aoû - 14:53
-C'est bon ? T'es sûre de vouloir m'écouter cette fois ? Enfin bref, tu sais quoi, laisse tomber !

Et merde.

J'aurais du m'en douter, c'était évident. La façon dont elle avait dit ça.. C'était comme une gifle venue de nul part, quelque chose de si soudain que ton cerveau se met en veille pendant quelques secondes. Et pendant cette veille involontaire, je la vois s'éloigner, seule. Je sais que je suis une idiote, c'est pas nouveau, mais là, j'ai fait fort. Pour qu'elle ai une telle réaction, ses paroles devaient être importantes, qu'est ce que t'a loupé Ryoko ? Et si c'était une déclaration d'amour ? Tsss, soit pas ridicule, cette fille ..qui se déclare ?


Mes yeux suivaient ses mouvements jusqu'à ce qu'elle s'arrête près de la digue au loin, l'air pensif mais aussi énervé. Un long soupire sortit de ma bouche presque involontairement, je me désespère vraiment. Quand j'y repense, cette fille n'est pas comme les autres. Les gens qui possèdent un caractère aussi merdique que le sien, je les envoie chier une bonne fois et l'affaire est classée. Mais là, j'en avais pas envie. Mon cœur était serré, c'était presque douloureux.

Je ne pouvais définitivement pas la laisser s'envoler, mon cœur semblait guider mes pas. S'en m'en rendre compte, j'étais déjà en train de marcher vers la digue. Ne dit on pas que le cœur a ses raisons que la raison ignore ? Le soleil tapait salement sur ma peau nordique, mais là n'était pas la question, Aria tapait salement sur mon cœur, et je ne pouvais pas lui cacher plus longtemps. On avait largement passé l'âge de jouer à cache cache avec les sentiments.

À présent, j'étais derrière elle. Mes mouvements se stoppèrent à quelques mètres seulement d'elle. Une légère brise fit virevolter ses cheveux qui paraissaient presque dorés avec l'éclat du soleil, c'était magnifique. Des blondes, j'en avais vu des paquets en Norvège, mais aucune ne lui arrivait à la cheville, ce n'était pas n'importe quelle blonde que je voulais, c'était elle. Après avoir inspiré profondément, je finis d'approcher. Ma poitrine était maintenant presque collée contre le haut de son dos, mes bras allèrent entourer sa nuque. Mon menton se colla contre son épaule, de par ma taille, j'étais légèrement courbé, mais je m'en fichais. Il fallait que je me fasse pardonner pour mon comportement merdique. C'est d'une voix calme et des plus douces que j'entrepris mes excuses.

« Écoute, je suis désolée. Désolée de ne pas avoir prêté attention à ce que tu m'as dis. Désolée d'être aussi peureuse. Désolée de t'avoir mis dans un état pareil mais..

Je ris légèrement avant de reprendre d'une façon plus joviale.

« Chez moi, on dit « Ingen kan si at han er glad eller ikke før slutten av dagen. ».. « Personne ne peut dire qu'il est heureux ou non avant la fin de la journée » alors laisse moi le temps de te rendre heureuse, le temps de te dire que j'ai une sainte horreur des blondes. Je ne les trouve pas attirantes, elles sont idiotes pour la plus part, ce sont des bimbos ridicules qui passent plus de temps a montrer leurs culs qu'autre chose.. Mais toi, t'es différente. T'es pas n'importe quelle blonde. Et je crois que pour la première fois de ma vie, je suis tombée amoureuse d'une fille aux cheveux dorés, avec un sourire qui ne me laisse pas indifférente. Une blonde avec un caractère de merde, certes. Mais je suis prête à supporter ce caractère. Maintenant, fais ce que tu veux, tu peux partir sans te retourner. Je ne t'en voudrais pas, après tout, je ne suis peut-être pas le genre de fille qui te correspond, et j'en suis sincèrement désolée. »


Après avoir enchaîné ses paroles, je me sentais libérée d'un poids, je me sentais plus légère. Mon regard alla se poser sur la mer qui scintillaient de mille feux grâce au soleil, c'était magnifique. La couleur de l'eau me rappeler étrangement quelque chose..


« Cette eau est magnifique. Elle a la même couleur que tes yeux. »



Je ne sais pas vraiment ce qu'elle allait répondre, je ne sais même pas si elle allait répondre, mais qu'importe, j'ai fait ce que j'avais à faire. De par ma position, elle n'avait qu'à tourner son regard vers moi pour me voir, mais je ne voulais pas la fixer, ce n'est pas l'envie qui manque. Je pense que jamais je ne pourrais me lasser de son visage, de ses yeux, de son sourire. Mais en ne la fixant pas, j'éviterai sûrement de la gêner.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 411
Date d'inscription : 05/03/2014
Localisation : tout près de toi :)
Who am i !

Carte d'identité
Les relations:
Son crime:

Manger, c'est la vie. (Suite) |- Aria♥|

MessageSujet: Re: Manger, c'est la vie. (Suite) |- Aria♥| Sam 30 Aoû - 17:24
Je commençais à me calmer, petit à petit, me perdant dans le paysage qui me faisait face. J’aurais presque pu m’endormir debout, ici et maintenant. Cependant, un frisson parcouru mon corps lorsque je sentis ses mains effleurer ma nuque, sa tête se poser prêt de moi, son menton sur mon épaule. Elle m’entourait de ses bras, ma respiration fut coupée l’espace d’un instant. Je n’ai pas besoin de me retourner pour savoir qui c’est. Je le sais, c’est elle. C’est la seule à me faire cet effet, à me faire ressentir ce sentiment à double tranchants.

-Écoute, je suis désolée. Désolée de ne pas avoir prêté attention à ce que tu m'as dis. Désolée d'être aussi peureuse. Désolée de t'avoir mis dans un état pareil mais..

Mais quoi ? Pourquoi ce mettait-elle à rire subitement ? Elle était désolée et pourtant elle rigolait. Qu’avait-elle à me dire ? Je restais muette, sentant mon cœur s’emballer, me rappelant de la position dans laquelle on était à présent. Avalant ma salive, mes joues commençaient à prendre une teinte rouge. Je l’écoutais attentivement, chaque mot, je percevais son souffle tout près de moi.

-Chez moi, on dit « Ingen kan si at han er glad eller ikke før slutten av dagen. ».. « Personne ne peut dire qu'il est heureux ou non avant la fin de la journée » alors laisse moi le temps de te rendre heureuse, le temps de te dire que j'ai une sainte horreur des blondes. Je ne les trouve pas attirantes, elles sont idiotes pour la plus part, ce sont des bimbos ridicules qui passent plus de temps a montrer leurs culs qu'autre chose..

Euh…d’accord. Putain, les blondes ne sont vraiment pas gâtées. Il y a tellement de clichés sur elles que je commence à regretter d’être née ainsi. Elle s’excuse en critiquant les blondes, géniale. Mais même avec ces mots lourds sur les blondasses, mes joues ne veulent toujours pas retrouver leur couleur d’origine. Attendais-je d’autres mots de sa part ? Elle veut me rendre heureuse ? Que voulait-elle dire par là ? Au fond de moi, une réponse se présentait à moi. Je ne précipiterai par sur cette dernière, car elle n’est peut-être pas exacte.

-Mais toi, t'es différente. T'es pas n'importe quelle blonde. Et je crois que pour la première fois de ma vie, je suis tombée amoureuse d'une fille aux cheveux dorés, avec un sourire qui ne me laisse pas indifférente. Une blonde avec un caractère de merde, certes. Mais je suis prête à supporter ce caractère.

Le temps c’était arrêté l’espace d’un instant. Venait-elle de me faire sa déclaration ? Tout cela était-il réel ? Ne suis-je pas en train de rêver ? Ça ne vous est jamais arrivé ? Prendre un rêve pour la réalité ? Je sens mon cœur battre de plus en plus vite. Si tout ceci n’est qu’un rêve, je ne veux jamais me réveiller.

-Je…

-Maintenant, fais ce que tu veux, tu peux partir sans te retourner. Je ne t'en voudrais pas, après tout, je ne suis peut-être pas le genre de fille qui te correspond, et j'en suis sincèrement désolée.

Pas le genre de fille qui me correspond ? Mon genre de fille… Avais-je vraiment un genre de fille en particulier ? Peut-être, je n’en sais trop rien. Je n’arrivais plus à réfléchir correctement. Mon cœur battait si fort, si vite, on dirait qu’il voulait sortir de mon corps. Ravalant une nouvelle fois ma salive, mes joues me brûlaient, je voulais prendre la parole, mais je ne savais pas quoi dire. Faire une déclaration aussi belle que la sienne, impossible. Je l’aime, je le sais, je le sens. Mais comment lui dire ? Comment lui faire un aussi beau discours ? Ce n’est pas aussi simple que d’utiliser les poings pendant un combat. Non, ça je sais faire. Exprimer l’amour est beaucoup plus compliqué, pour moi en tout cas. Et puis, si je la fais souffrir ? Je ne veux pas la faire souffrir, jamais ! Je sais très bien comment je suis. Il suffit qu’une jolie fille passe pour que je lui fasse une remarque perverse. Mais c’est vrai que depuis que j’ai rencontré Ryoko, j’ai tendance à contenir cette facette de moi. Pourrais-je m’abstenir de cet aspect de ma personnalité ? Pourrais-je me contrôler ? Je ne veux pas la blesser…

-Cette eau est magnifique. Elle a la même couleur que tes yeux.

Mon regard se posa enfin sur elle. La jolie brune regardait la mer qui s’étalait devant nous. Allez Aria, c’est le moment de dire quelque chose ! Attendait-elle ma réponse ? Je me mordis la lèvre, sentant qu’aucun mot ne voulait sortir d’entre mes lèvres. Je me retourne doucement pour lui faire entièrement face. Déposant délicatement ma main sur sa joue pour noyer mes yeux dans les siens, je la regarde, muette, quelques secondes. Après un cours moment d’hésitation, mes lèvres viennent se poser tendrement sur les siennes. Le temps s’était comme arrêté une nouvelle fois. Rompant le baiser, je fini par dire d’une voix des plus douce.

-J’ai toujours était nulle pour les déclarations. Alors ceci est ma façon de te dire que je t’aime. Je ferais de mon mieux pour te rendre heureuse. J’ai un caractère de merde. J’ai souvent du mal à contrôler mes émotions. Tout ce qui me passe par la tête, je le balance et parfois je fais du mal aux gens… Je suis violente, la politesse n’est pas mon fort. Quand quelque chose ne me plait pas, je le fais savoir, je suis une tête brûlée… Je ne veux pas te faire souffrir, te faire du mal, tu comprends ? Tu ne dois pas me fréquenter, je ne dois pas être avec toi. Je ne veux pas te blesser, je m’en voudrais trop, je ne veux pas souffrir…. Mais…je n’arrive pas à lutter contre ce sentiment…je te veux, toi et personne d’autre…

Mes mots sont maladroits. Je le sais, je m’en fiche. Je l’aime et c’est comme ça. Je la regardais timidement dans les yeux, mes joues encore rouges. Les remarques perverses, j’en ai faite dans ma vie, mais des déclarations...Si on pouvait appeler ça une déclaration. L’amour, ça fait peur.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 49
Date d'inscription : 08/03/2014
Localisation : In WONDERLAND.
Who am i !

Carte d'identité
Les relations:
Son crime:

Manger, c'est la vie. (Suite) |- Aria♥|

MessageSujet: Re: Manger, c'est la vie. (Suite) |- Aria♥| Dim 28 Sep - 13:47
Bordel, ce scénario est digne des plus grand producteurs hollywoodien. Mon regard glissait sur les quelques vagues qui animent cette mer si claire et reposante. Pourquoi suis-je si étrange ? L'amour ne me fait pas peur en soit, mais le fait de s'attacher, c'est trop dur. J'ai toujours eu cette impression d'être maudite, toutes les personnes s'approchant de moi, finissent mal. Des morts, des blessés.. Simple résumé d'une longue série. De par ma position, je pouvais sentir les vapeurs de son parfum, une odeur douce, et plus que délicieuse. Je pourrais rester comme ça jusqu'à la fin de ma vie. Je venais de capter un mouvement de la part d'Aria, elle était à présent face à moi.

Mon corps s'était bien évidemment redressé, mon regard dans le sien. Ma joue fut entourée d'une douce chaleur, comme la caresse d'un ange. Un baiser bref, mais terriblement tendre. Un sentiment de sérénité venait de m'envahir, quelque chose de fort, mais d'agréable. Elle reprit la parole d'une voix douce, cette fois, j'étais accrochée à chacun de ses mots, pendu à ses lèvres.

-J'ai toujours était nulle pour les déclarations. Alors ceci est ma façon de te dire que je t'aime. Je ferais de mon mieux pour te rendre heureuse. J'ai un caractère de merde. J'ai souvent du mal à contrôler mes émotions. Tout ce qui me passe par la tête, je le balance et parfois, je fais du mal aux gens... Je suis violente, la politesse n'est pas mon fort. Quand quelque chose ne me plait pas, je le fais savoir, je suis une tête brûlée... Je ne veux pas te faire souffrir, te faire du mal, tu comprends ? Tu ne dois pas me fréquenter, je ne dois pas être avec toi. Je ne veux pas te blesser, je m'en voudrais trop, je ne veux pas souffrir.... Mais...je n'arrive pas à lutter contre ce sentiment...je te veux, toi et personne d'autre...

Ses joues étaient rouges, mais c'est compréhensible, et incroyablement mignon d'ailleurs. Je soutenais son regard en souriant doucement. La contemplant encore et encore comme si elle allait disparaître d'un moment à l'autre. Est-ce qu'elle allait disparaître ? Comme tous les autres.

Ce silence était pesant, mais j'étais trop absorbée par la beauté de son regard pour penser à quoi que ce soit. L'une de mes mains alla glisser sur mon visage pour balancer en arrière les quelques mèches brunes qui avaient bougées avec le vent.

« Aria, sache que si tu dois t'énerver sur moi, c'est sûrement que je le mérite. Et si ce n'est pas le cas, je te ferai comprendre sans m'emporter que tu vas trop loin. Tous tes défauts, je les accepte. Je suis prête à tous supporters, je t'aime comme tu es, pas autrement. »

Je pris une pause avant de recommencer a parler d'une voix trahissant mon amusement face à sa timidité.

« Tu sais, je ne suis pas si facile a vivre que ça. J'ai un tempérament plutôt chaud pour une fille qui vient d'un pays si glacial qu'es le mien. Mais qu'importe ton comportement ou le mien, je suis sûre qu'on réussira à s'entendre. Oh et.. A propos de ton passé, ne t'en préoccupe pas, ça, j'm'en fous. Ce qui m'importe réellement, c'est ton présent et ton futur. Et je veux faire partie de ton futur. »

Mes mains allèrent saisir ses joues, mon corps se courba de nouveau pour que mon front puisse toucher le sien. Je souriais toujours, d'une façon douce, qui trahissait amplement mon bonheur.

« La vie n'as jamais été un long fleuve tranquille, ni pour toi, ni pour moi. Mais peut être qu'à nous deux, on arrivera à faire de nos vies quelque chose de plus sain et reposant. Laissons-nous une chance d'atteindre enfin un bonheur qui ne sera pas imaginaire. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 411
Date d'inscription : 05/03/2014
Localisation : tout près de toi :)
Who am i !

Carte d'identité
Les relations:
Son crime:

Manger, c'est la vie. (Suite) |- Aria♥|

MessageSujet: Re: Manger, c'est la vie. (Suite) |- Aria♥| Sam 4 Oct - 18:17
Après ma déclaration plutôt maladroite, elle sourit en fixant mes yeux. Elle devait surement trouver ça drôle de me voir dans cet état. Moi qui étais toujours sûre de moi, qui n’hésitais jamais, me voilà toute timide devant cette belle brune.

-Aria, sache que si tu dois t'énerver sur moi, c'est sûrement que je le mérite. Et si ce n'est pas le cas, je te ferai comprendre sans m'emporter que tu vas trop loin. Tous tes défauts, je les accepte. Je suis prête à tous supporters, je t'aime comme tu es, pas autrement.

Un petit sourire prit possession de mes lèvres. J’étais heureuse d’entendre ces mots, mais j’étais encore et toujours timide face à son regard.

-Tu sais, je ne suis pas si facile a vivre que ça. J'ai un tempérament plutôt chaud pour une fille qui vient d'un pays si glacial qu'es le mien. Mais qu'importe ton comportement ou le mien, je suis sûre qu'on réussira à s'entendre. Oh et.. A propos de ton passé, ne t'en préoccupe pas, ça, j'm'en fous. Ce qui m'importe réellement, c'est ton présent et ton futur. Et je veux faire partie de ton futur.

Je l’écoutais attentivement, sa voix m’envoutait peu à peu, je pourrai l’écouter pendant des heures sans m’en lasser. A présent, elle était tout près de moi. Son front posé contre le mien me fit rougir davantage. Son sourire rempli de bonheur me fait immédiatement sentir la même émotion.

-La vie n'as jamais été un long fleuve tranquille, ni pour toi, ni pour moi. Mais peut être qu'à nous deux, on arrivera à faire de nos vies quelque chose de plus sain et reposant. Laissons-nous une chance d'atteindre enfin un bonheur qui ne sera pas imaginaire.

J’esquisse un rire après cette dernière réplique. Rapprochant mes lèvres de les siennes, sans les toucher, je lui réponds d’une voix amusée mais douce.

-Nous laisser une chance ? Avec toutes tes belles paroles, je peux que vouloir t’embrasser à nouveau…

Mes lèvres se posent à nouveau sur les siennes, je ferme les yeux comme pour vouloir me rappeler de cet instant toute ma vie. Mon cœur bat toujours aussi vite comme pour me rappeler que l’amour est bien là. Je l’aime, c’est un fait et même si je ne voulais pas me l’avouer, mon cœur sera toujours là pour le rappeler. Je me suis attachée à elle très rapidement, trop rapidement peut-être ? Je m’en fiche, pour l’instant tout ce qui m’importe c’est de l’avoir près de moi. Chaque baiser que je lui volais était un moment unique. C’est comme si des millions de feux d’artifices éclataient à l’intérieur de moi. Je me foutais de la gueule des films qui montraient des feux d’artifices lorsque deux personnes amoureuses s’embrassaient, mais en vérité, c’est un peu ce qu’il se passe dans la réalité lorsqu’on échange un vrai baiser. Mais comme le dit le dicton : il ne faut pas abuser des bonnes choses. Mordant sa lèvre inférieure lorsque le baiser prit fin, je rouvris enfin les yeux, les plongeant à nouveau dans les siens.

-Je t’aime Ryoko…

Je lui dis ces mots d’une petite voix. Je n’étais pas douée pour construire de belles phrases comme elle l’a fait, elle. Je ne disais que quelques mots, qui paraissaient simple pour la plupart des gens, mais que je ne disais que très rarement. Les « je t’aime » ne sont pas à sortir n’importe quand. Pour moi, ces quelques mots sont forts et signifient beaucoup. J’aurai aimé que le temps s’arrête pour rester le plus longtemps possible avec elle, mais malheureusement, il fallait rentrer à l’internat désormais. Le vent venait de se lever, la température avait baissé de quelques degrés. Un doux baiser sur sa joue, je lui pris délicatement la main avant de lui dire le sourire aux lèvres.

-Rentrons, il commence à faire frais. Je ne voudrais pas que ma copine tombe malade…

Petite rougeur sur mes joues. Oui, maintenant je sors avec cette fille, c’est officiel. Cette pensée me fit rire un instant, je n’arrivais pas à enlever ce sourire sur mes lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
" Contenu sponsorisé "
Who am i !

Manger, c'est la vie. (Suite) |- Aria♥|

MessageSujet: Re: Manger, c'est la vie. (Suite) |- Aria♥|
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Décès « suite à un malaise » du numéro deux de la police dans le Nord-Ouest.
» Manger et boire restent un luxe pour la grande majorite!
» « Si tu savais comme j'ai envie de manger des nems ! » | Psychalya l. Nàrwen
» [Salle à manger]Petit diner entre amis [TERMINE]
» urgent caniche de 12ans à placer suite décés ADOPTE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: .:Archives:. :: Rp's terminés-