AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

avatar
Messages : 411
Date d'inscription : 05/03/2014
Localisation : tout près de toi :)
Who am i !

Carte d'identité
Les relations:
Son crime:

3 filles, 1 bungalow, combien de problèmes ? [PV Perséphone & Reika]

MessageSujet: 3 filles, 1 bungalow, combien de problèmes ? [PV Perséphone & Reika] Lun 17 Nov - 23:18
Une lettre adressée à tous les étudiants venait d’être posté à chaque boite aux lettres des bungalows, indiquant qu’un changement de chambre avait lieu aujourd’hui. Non mais sérieux, j’étais très bien toute seule, sans personne, sans aucune coloc’ qui vient me faire chier ! Je ne sais même pas comment vont réagir mes futures camarades de chambres en voyant que j’héberge un chat… Je soupire, je ne fais que ça depuis que j’ai reçu cette lettre.

Ça doit bien faire deux heures que je poirote sur mon lit, me demandant s’il était vraiment utile que je change de chambre. De toute façon, si je ne change pas, on m’obligera à le faire donc bon, pas vraiment le choix. Je me lève alors, pour balancer mes affaires dans des cartons, vidant petit à petit le bungalow où j’avais passé la plupart de mon temps. Ça fait bizarre de quitter un lieu comme ça, du jour au lendemain, j’ai l’impression que ça va me manquer la vie de solitaire dans ma chambre. Un énième soupir, je finis par prendre tous les cartons remplis, et de les foutre devant ma porte avant d’appeler le chaton et de dire adieu à mon bungalow et à la vie de solitaire. La porte claquée, la boule de poils installée dans la capuche de mon sweat, je déplace les cartons un à un dans mon futur bungalow.

Bungalow or 04. Voilà mon nouveau foyer. Je sais que maintenant, tous les bungalows comportent 4 personnes, mais je doute que le mien soit rempli. Peut-être que je vais encore être seule dans ma chambre, et je l’espère. Pas que la compagnie des gens me répugne, mais je pense à eux quand même. Je ne suis pas très facile à vivre on va dire. Si je suis d’humeur chieuse, elles vont en chier ! C’est comme quand je suis de mauvaise humeur, il ne va pas falloir qu’elles viennent me chercher car il risque d’y avoir un meurtre !  Aïe aïe aïe, je plains vraiment les futures personnes qui vont être obligées de vivre avec moi ! Malgré cette pensée, je ne peux m’empêcher de sourire et d’esquisser un rire. Je sens que je ne vais pas m’ennuyer en tout cas ! Le seul bémol, c’est Yukiatsu, je ne sais pas du tout comment elles vont réagir à la vue du félin.

J’ouvre la porte sans même toquer avant. Je ne connais pas les bonnes manières et puis c’est chez moi aussi, alors zut ! A ma grande surprise, personne n’occupe encore le bungalow. Tant mieux, je vais pouvoir m’installer tranquille et prendre le lit que je veux ! Je décide alors de choisir le lit le plus proche de la fenêtre avant de commencer à ranger, pour une fois, mes affaires dans le placard à côté. Pliant mes t-shirt à peu près correctement, une fois l’armoire remplie, je mets au frais les quelques bouteilles qui restaient de mon ancien bungalow. Tout est enfin terminé, je remplie les gamelles du chaton qui sort enfin la tête de la capuche, attiré par l’odeur des croquettes il descend manger.

-Bon, voilà une bonne chose de faite !

Je caresse la p’tite tête de la bête pour ensuite aller chercher une bière que je décapsule et que je viens siroter sur mon lit, tout en regardant la boule de poils manger son repas. Finalement, je serais peut-être encore seule dans mon bungalow…



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 80
Date d'inscription : 18/09/2014
Localisation : Dans ton cul.
Who am i !

Carte d'identité
Les relations:
Son crime:

3 filles, 1 bungalow, combien de problèmes ? [PV Perséphone & Reika]

MessageSujet: Re: 3 filles, 1 bungalow, combien de problèmes ? [PV Perséphone & Reika] Mar 16 Déc - 18:45
Ta tranquillité aura été de courte durée. Un changement de chambre avait lieu cette après-midi... Joie. Tu n'avais pas envie de te retrouver avec des étudiants maniaques, qui allaient te reprocher ton manque d'organisation, ou de laisser traîner tes affaires les plus intimes. Dans un sens, tu t'en fichais sincèrement. Tu savais pertinemment qu'avec un peu -beaucoup- de violence, ils finiraient par abandonner. Soupirant longuement, tu te décidas à enfin quitter ton lit, afin de faire tes valises. Tu en avais pour un temps fou ! Tu avais emporté tellement de vêtements. Malgré ton côté garçon manqué, tu restais tout de même féminine. Pas très motivée, tu entassas en boule tes nombreux vêtements dans ta valise, maudissant l'administration de l'établissement pour te faire travailler ainsi. Une fois que tu eus terminé, tu traînas tes valises jusqu'à ton nouveau bungalow, d'un air désespéré. Tu avais laissé ta chambre dans un piteux état, mais il y'avait du personnel pour nettoyer non ? Tu étais une gamine de riche, tu ne pouvais pas t'adonner à ce genre de futilités éprouvantes.

Une fois devant ta nouvelle chambre, tu donnas un énorme coup de pied dans la porte, afin de l'ouvrir. Puis, tu jetas tes valises près d'un lit. Oh, tu étais loin d'être délicate, tu allais sûrement effrayer tes colocataires, mais peu importe. Tu n'étais pas là pour te faire des amies. A première vue, il n'y avait encore personne. Dans un soupir, tu te décidas à franchir le seuil de la porte, tout en regardant autour de toi : il y'avait en tout quatre places , super. Tu espérais ne pas à avoir à partager ta chambre avec autant de monde. Alors que tu scrutais attentivement ton nouveau lieu de vie, tes yeux se posèrent sur une silhouette intéressante : des courbes élancées, une longue chevelure d'or. Pas de doute, c'était Aria. Une long sourire se dessina sur ton visage, doucement, tu te rapprochas d'elle, avant de lui sauter dessus. Puisqu'elle était assise, ta colocataire tomba sous la surprise -évidemment ce n'était pas la faute de ton poids plume. Tu étais désormais au-dessus de la blonde, et cela ne te gênais pas du tout, au contraire. Tu agrippas ses poignets, afin qu'elle n'aille pas la mauvaise idée de se dégager, avant de lui sourire, d'un air provocateur :

- Comme on se retrouve Aria...
Cette fois, tu comptais bien ne pas la laisser s'échapper. Finalement, cette journée allait être plus amusante qu'elle en avait l'air. Changer de chambre n'était, finalement, une pas si mauvaise idée.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 214
Date d'inscription : 02/05/2014
Localisation : Près d'une assiette de cookie
Who am i !

Carte d'identité
Les relations:
Son crime:

3 filles, 1 bungalow, combien de problèmes ? [PV Perséphone & Reika]

MessageSujet: Re: 3 filles, 1 bungalow, combien de problèmes ? [PV Perséphone & Reika] Sam 3 Jan - 0:25



Comment ça il me faut changer de bungalow ? C’est quoi encore cette histoire ? J’ai beau relire la lettre officielle encore et encore, le verdict reste le même. Je dois partir de mon bungalow n°8. Je jette la lettre sur le sol avant de m’affaler sur mon lit. Je n’ai pas envie de partir et ce pour plusieurs raisons : d’abord je m’y étais habituée à mon bungalow et ça allait me faire bizarre de le quitter. Ensuite, j’ai été seule depuis le départ de Missa et tant mieux ! Je ne voulais être avec personne car, plus qu’une envie, c’était surtout une crainte. Que se passerait-il si jamais Deadly décidait de faire interruption ? Avec Missa ça pouvait encore aller, elle souffrait des mêmes troubles que moi, c’était la seule à me comprendre. Je savais qu’en cas de problème elle saurait comment agir. Mais maintenant qu’elle est partie… Bah ! Je décide de faire confiance à l’administration de l’internat. Ils devaient surement avoir prévu le truc et m’avaient donc par conséquent isolée des autres. Du moins je l’espère…

De toute façon je n’ai pas le choix. Mes maigres affaires sont rapidement rangées dans mon sac de fortune. C’est un avantage d’avoir vécu à la rue pendant un an : je n’avais quasiment rien. Quelques vêtements plus ou moins en bon état, un nécessaire de toilette qui m’avait été fournis par l’internat et un snack à moitié entamé que j’avais acheté la veille avec mes maigres économies. Ce n’est pas de ma faute s’il n’y a rien à manger au réfectoire ! Je m’empresse de fourrer mon paquet de chips dans mon sac sans y prêter plus attention, je n’ai pas le temps. Je vérifie une dernière fois que je n’ai rien laissé dans mon bungalow avant de reprendre la lettre sur le sol.


« Je déménage où du coup ?... » Bougonnais-je en cherchant l’information sur la missive.


Le bout de papelard m’annonce que je suis relogée au bungalow or 04 par contre il ne stipule pas si je possède des colocataires. Je dois avouer que mon anxiété venait de monter d’un cran. Vivement que j’en ai le cœur net : j’espère vraiment être seule. Le déménagement est rapide : sac sur l’épaule, je m’avance sur le chemin de gravier jusqu’à mon nouveau logement. J’ai le cœur qui bat fort et même si je n’ai effectué que quelques pas, j’ai le souffle court. Ca y est, j’y suis. Ma main tremble un peu. Il y a des éclats de voix qui proviennent du bungalow.


« Et merde… Faites que ce soit les anciens locataires… » Priais-je avant de toquer et d’entrer.


J’hésite un moment avant de relever mon regard. Je peux déjà voir qu’il y a des valises et ça n’a pas l’air d’appartenir à des gens sur le départ. Je porte alors mon attention sur deux silhouettes se dessinant au fond. Deux femmes sur le même lit. Ne me dites pas que… Non quand même pas. Si ?... Hé ! C’est aussi mon bungalow à présent et je n’accepterai pas qu’on copule sous mon nez! Je m’avance alors, prête à sermonner les deux sans-gênes, lorsque à ma grande surprise je reconnais un visage familier. C’est de pire en pire….


« Je m’installe et je vous laisse fricoter après ok ? » me contentais-je de cracher en déballant ma valise sur le lit d’à côté.


Aria, ils m’ont mis avec Aria ces enfoirés de l’administration ! Je ne connais pas encore ce qui semble être son amante mais les amies de mes ennemies sont mes ennemies non? Bah, j'apprendrai à la connaitre quand même pour avoir mon propre jugement mais là c'est pas le moment. Je fourre finalement mon sac dans mon armoire sans le ranger. Je ne garde que mon tabac avec moi avant de me diriger vers le palier du bungalow. J’allais avoir besoin de m’en griller une ou deux… Je m’assois sur le petit escalier du bungalow et commence à rouler mon tabac en silence. La journée allait être longue.






Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 411
Date d'inscription : 05/03/2014
Localisation : tout près de toi :)
Who am i !

Carte d'identité
Les relations:
Son crime:

3 filles, 1 bungalow, combien de problèmes ? [PV Perséphone & Reika]

MessageSujet: Re: 3 filles, 1 bungalow, combien de problèmes ? [PV Perséphone & Reika] Sam 3 Jan - 19:15
Le petit chat ne tarda pas à finir sa gamelle et moi je ma bière. La bouteille vide déposée sur la table de chevet, assise sur mon lit, je jetai un œil par la fenêtre admirant le paysage que l’on pouvait voir de mon point de vue. Le calme était là, il prenait possession de ce bungalow, c’était reposant, peut-être trop. VLAM ! Un sursaut de ma part, la petite boule de poil qui se met sous le lit par peur. La porte venait de s’ouvrir brusquement sous un putain de vacarme. Non mais plus personne ne connait la politesse dans ce bas monde ou quoi ? Toquer ce n’est pourtant pas si compliquer ! Je sais que je n’ai rien à dire sur la politesse mais tout de même qui ose… Mes pensées s’arrêtèrent de fonctionner lorsque la fameuse personne entra dans mon champ de vison. Mais c’est… PERSEPHONE ?! L’administration de ce putain d’internat m’a mis dans le même bungalow qu’elle ?!

Même quand je ne cherche pas les ennuis, ils viennent à moi tout seul…monde cruel. Bon allez, fini de m’apitoyer sur mon sort, il faut que je me casse d’ici en vitesse, elle ne m’a pas encore vu ! Je détachai donc mon regard de la déesse, cherchant sur mon lit quelque chose pour cacher ma tête. Bah quoi ? En cachant ma tête, il n’y aura plus de problème pour partir d’ici en douce, puisqu’elle ne me reconnaitra pas ! Vite vite, je vais prendre la housse de coussin et la foutre sur ma tête, très bonne idée ! Pfff, je me désespère moi-même avec des idées pareilles…enfin bref, je prends donc mon coussin pour enlever le tissus le recouvrant et… PAF. Je ne pouvais plus bouger mes bras, elle était là, au-dessus de moi, m’empêchant de faire le moindre petit geste. Son sourire et la position dans laquelle nous sommes me met mal à l’aise.

-Comme on se retrouve Aria...

Je détourne mon regard du sien, sentant mes joues prendre un rouge léger. Putain, ça me commence à me souler de réagir comme ça en sa présence ! Son air provocateur, c’est celui que je fais d’habitude… Raaah, ça m’énerve, je ne sais même pas quoi répondre, ni quoi faire ! Pourquoi ce genre d’histoire n’arrive qu’à moi ?! J’ai déjà une copine et je compte bien la garder alors… au secours, je suis dans la grosse merde ! Calme-toi Aria, calme-toi ! Et puis pourquoi cette fille arrive à me mettre dans tous mes états ?! Peut-être que c’est à cause de ses yeux bleus, aussi profonds que l’océan. Ou peut-être à cause de ses lèvres ou de cette petite tenue qu’elle porte. Une robe courte cachée légèrement par ses longs cheveux bleus… Mais à quoi je joue là ?! Il faut vraiment que j’arrête de la regarder ! J’étais tellement occupée à regarder la déesse que je n’entendis pas la porte s’ouvrir, ni la personne rentrer et s’approcher de nous.

-Je m’installe et je vous laisse fricoter après ok ?

Mais, je connais cette voix… Mon regard se dirige immédiatement sur la nouvelle arrivante.

-Chaperon rouge ?! Non mais ce n’est pas ce que tu crois !

Non mais c’est sérieux tout ça ?! Mes colocataires allaient être Perséphone et Reika ?! Olala, les jours tranquilles vont prendre fin très rapidement apparemment. Je ne peux m’empêcher d’esquisser un petit rire suite à cette réflexion, malgré la situation dans laquelle je suis. Je n’ai rien demandé à personne et pourtant toute une série de mésaventure me pend au nez, je le sens gros comme une maison. Je ne sais pas pourquoi, dans ma tête, je pensais que Reika me donnerait un coup de main pour sortir de l’emprise de Perséphone, mais non apparemment… Elle se contente de déballer sa valise et elle se casse dehors. Je la hais… REVIENS LA SALE TRAITRE !!!! Bon allez Aria, cherche une fucking solution pour te sortir de ce merdier ! Est-ce que cette situation me déplait réellement ? Non mais qu’on aille me chercher une corde et un tabouret pour ce genre d’interrogation !

C’est le bordel dans ma tête, il faut que je fasse le vide et que je reprenne le dessus sur la situation présente. Je ferme les yeux un instant pour me calmer. Lorsque je les ouvre à nouveau, un sourire provocateur orne mes lèvres, je regarde désormais la jeune fille aux cheveux bleus, dans les yeux.

-Désolée Perséphone, mais je compte bien te filer entre les doigts encore une fois…

Elle me tenait les bras, mais je réussi à soulever mon dos du matelas pour rapprocher ma tête de la sienne, et lui foutre un coup de boule. Il était léger mais assez puissant pour qu’elle la faire lâcher prise. Je retourne alors la situation, la plaquant dos sur le matelas, lui agrippant les bras, comme elle le faisait précédemment. Puis rapprochant une nouvelle fois ma tête de la sienne, je viens déposer un doux baiser sur son front, et de sortir avec le même sourire.

-Bisous magique !

Bah quoi ? Je ne voulais pas lui faire du mal, mais c’est la seule option que j’ai trouvé pour me dégager. Je me lève alors, partant en direction de la porte afin de rattraper Chaperon rouge qui avait pris la fuite selon moi. Mais en pleine course après avoir ouvert la porte, et mettre pris la rouquine dans les pattes, je me suis vite rendue compte qu’elle n’était pas bien loin finalement. Etalée toutes les deux au sol, je commence à grogner dans sa direction.

-Non mais qu’elle idée de se foutre en plein milieux de l’escalier ?! Il te manque vraiment une case toi ! Et ne dit pas que je suis maladroite ou je ne sais quoi d’autre !

Me relevant tout en dépoussiérant mes vêtements, je me rendis compte que mes mains étaient légèrement blessées, ainsi que ma joue droite. Je soupire longuement avant de m’approcher d’elle et de lui tendre la main pour l’aider à se relever. Va-t-elle la saisir ? J’en doute mais bon…

-Enfaite, bienvenue dans le bungalow 04 Chaperon rouge. A partir d’aujourd’hui nous serons colocataires.

Petit sourire en coin, qui annonce la couleur des événements à venir. Je connais déjà mes deux nouvelles colocataires, mais elles, se connaissent-elles ? Je me demande si elles s’entendent ou s’entendront bien…Et puis surtout, je demande si Perséphone va m’en vouloir pour le coup de boule…affaire à suivre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 80
Date d'inscription : 18/09/2014
Localisation : Dans ton cul.
Who am i !

Carte d'identité
Les relations:
Son crime:

3 filles, 1 bungalow, combien de problèmes ? [PV Perséphone & Reika]

MessageSujet: Re: 3 filles, 1 bungalow, combien de problèmes ? [PV Perséphone & Reika] Jeu 15 Jan - 19:11
Tu te contentais seulement de fixer ta nouvelle colocataire, un léger sourire aux lèvres. Tu rêvais d'aller plus loin, en fait. Tu aurais pu aller plus loin, si on ne vous avez pas dérangé. Tu fus d'abord agacée, telle l'enfant gâtée que tu étais. Tu mourais d'envie de sermonner l'idiote qui vous avez dérangé. Mais Aria ne te laissa guère le temps. Elle rapprocha dangeureusement ton visage du sien, avant de... Te donner un coup de boule. Tu tombas légèrement en arrière, lorsque tu ouvras à nouveau les yeux, Aria se trouvait au dessus de toi. Ah ? C'était ça son but finalement ? Tu ne pus t'empêcher de sourire. Encore une fois, tu avais gagné, tu avais eu ce que tu voulais... Ou pas. Quel troll, elle t'avait seulement embrassé le front. Lentement, tu tournas la tête vers ta nouvelle colocataire puis, un sourire pervers se dessina sur tes lèvres :

- Eh ! T'es pas obligée de nous laisser ! Tu peux te joindre à nous ~

Tu plaisantais, bien sûr. Tu jouais juste les provocatrices, parce que tu aimais ça. Même si tu peu de monde était au courant, tu avais un petit ami. Vous étiez plutôt discrets, enfin ce que tu croyais. En réalité, votre relation était bien trop étrange pour que l'on vous soupçonne. Tu rias doucement, avant de fixer Aria :

- Ben pourquoi tu lui as mentis au fait ? C'est toi qui a insisté pour qu'on le fasse... Tu disais que mon corps te manquait Ajouta-tu, d'une voix enjôleuse.

T'étais vraiment une fouteuse de merde Perséphone, mais c'était plus fort que toi. Tu posas ensuite tes iris sur la-dite "chaperon rouge", d'un air satisfait :

- Sinon c'quoi ton nom ? Parce que chaperon rouge c'est naze, comme les surnoms que donne Aria d'ailleurs... Mais lui en veut pas, elle est pas très futée

Tu la taquinais, évidemment. Tu trouvais ça amusant étrangement. Alors que tu rangeais tes affaires, un bruit assourdissant  te fit sursauter, comme si une baleine s'était écrasé sur le sol. Tu regardas dans le direction du bruit : Aria s'était étalé sur Reika. Tu sautas sur elles, avant de rire :

- Eh faites rien sans moi bande de nouilles !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 214
Date d'inscription : 02/05/2014
Localisation : Près d'une assiette de cookie
Who am i !

Carte d'identité
Les relations:
Son crime:

3 filles, 1 bungalow, combien de problèmes ? [PV Perséphone & Reika]

MessageSujet: Re: 3 filles, 1 bungalow, combien de problèmes ? [PV Perséphone & Reika] Ven 16 Jan - 11:09




« Eh ! T'es pas obligée de nous laisser ! Tu peux te joindre à nous ~; elle s'adresse alors à Aria; Ben pourquoi tu lui as mentis au fait ? C'est toi qui a insisté pour qu'on le fasse... Tu disais que mon corps te manquait .»


« Sans façon, je vous laisse à vos cochonneries. Et je ne veux rien savoir ! »


Je me dépêche de fuir vers la sortie avant d’entendre plus d’horreur. On peut dire que la journée commençait bien. Pff… Dire que j’allais être en coloc’ avec Diabolo-Citron et son plan cul. Je vais faire comment moi là dedans ?! Mais heureusement il y a mon tabac. Sans lui je suis sure que j’aurai déjà craqué et ça aurait fini en bain de sang. Au loin j’entends l’inconnue me demandant mon nom en traitant au passage Aria de quelqu’un d’un peu limité. Je ne pus qu’esquisser un sourire. Finalement malgré son côté obscène évidemment, je me ferai peut être une amie.


« Reika et toi ? » demandais-je en mettant ma clope entre mes lèvres.


Il ne manquait plus que mon briquet. Je fouille mes poches mais encore une fois il semble que je l’ai oublié. Bravo Reika… Il allait falloir que je retourne dans l’antre aux horreurs. Prenant mon courage à deux mains, je commence à me relever mais une masse importante me clou au sol en me projettant en bas des marches. Mais qu’est ce que… ? Et en moins de temps qu’il n’en faut pour dire « C’est quoi ce bordel ? » je me retrouve allongée sur la terre sèche avec Aria sur moi.


« Non mais qu’elle idée de se foutre en plein milieux de l’escalier ?! Il te manque vraiment une case toi ! Et ne dit pas que je suis maladroite ou je ne sais quoi d’autre ! »


« Je ne te demandais pas de me sauter dessus et puis si tu as envie de moi au point de te jeter sur moi et de délaisser ta partenaire précédente il fallait me le dire... » Provoquais-je avec un rictus


« Eh faites rien sans moi bande de nouilles ! »


« Je n’en avais pas l’intention, je te la laisse toute entière sans soucis ! »


Je laisse la blondinette se relever et constater les dégâts sur elle. Je lâche un soupir. Décidément, je n’allais jamais être tranquille avec elle. Et encore… Je suis que les ennuis ne font que commencer ! Pourtant, à ma grande surprise, je vois la main d’Aria tendue vers moi. Un acte de gentillesse ? Elle avait prit un coup sur la tête en tombant ou bien ?… Sans chercher plus loin, je la saisis pour me relever. Après tout c’est elle qui m’avait fait tomber !


« Enfaite, bienvenue dans le bungalow 04 Chaperon rouge. A partir d’aujourd’hui nous serons colocataires. »


« C’est ce que j’ai cru comprendre oui… » répondis-je la mine morose.


Que les ennuis commencent ! Je ramasse ma clope sur le sol en la dépoussièrant. Il allait me falloir ma dose, voir même le double à partir de maintenant. Mais pourquoi je suis avec Aria ?! POURQUOI ? Il ne me restait plus qu’à espérer trouver du soutient en la personne de Perséphone mais je n’y croyais pas trop… Rangeant ma cigarette derrière l’oreille, je profite du fait qu’elles est débarrassées le bungalow pour ranger correctement mes affaires. Je ferai sûrement un tour après.







Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 411
Date d'inscription : 05/03/2014
Localisation : tout près de toi :)
Who am i !

Carte d'identité
Les relations:
Son crime:

3 filles, 1 bungalow, combien de problèmes ? [PV Perséphone & Reika]

MessageSujet: Re: 3 filles, 1 bungalow, combien de problèmes ? [PV Perséphone & Reika] Lun 19 Jan - 14:13
Perséphone continuait de me mettre mal à l’aise avec ses propos plus que déplacés. Non mais pourquoi j’ai trouvé une fille encore plus malsaine que moi ?! Enfin plus malsaine, peut-être pas, mais comme je suis en couple, ce genre de chose ne m’intéresse plus… non ? Putain j’en ai marre !!!! Et l’autre, Reika, qui croit que je me tape Perséphone alors qu’il en est rien… Ce genre de réplique m’aurait fait sourire autrefois, mais là, ça me met juste mal à l’aise parce que je sais que la brunette à des idées perverses dans la tête. Et si ça ne suffisait pas, Reika me sort une réplique à la Perséphone lorsque je suis tombée sur elle. De mieux en mieux cette journée ! Je laisse seulement partir un « tssss » après sa connerie, alors que la déesse nous rejoint. Allez c’est partie, PARTOUZE ! J’aurai pu sortir une réplique à la con, comme celle-là, mais ça c’était avant. Je me contente seulement d’aider Reika à se relever, lui tendant gentiment la main après une réplique sortie exprès pour emmerder la rouquine qui ne tarda à répondre.

-C’est ce que j’ai cru comprendre oui…

Elle semblait enchantée d’apprendre que nous allions être colocataires, ou pas… En tout cas, moi je lui ris au nez ! J’ai envie de la faire chier, c’est dingue ! Quand je la vois ramasser sa clope pour repartir dans le bungalow, je ne peux m’empêcher de la suivre, lançant un petit regard à Perséphone en mode « viens, on va l’emmerder ». Je ne sais pas si elle va me suivre, mais bon qui ne tente rien n’a rien. Je ne sais jamais à quoi m’attendre avec la brunette, cette situation est assez frustrante d’ailleurs.

De retour à l’intérieur, la rouquine installe calmement ses affaires à côté du lit qu’elle avait choisi. J’ai juste une envie, casser toute l’atmosphère de tranquillité qui avait pris possession des lieux. Sourire mesquin au visage, j’arrive silencieusement près de Reika, pour passer mon bras autour de sa taille.

-T’as besoin d’aide Reika ?

Puis sans attendre aucune réponse, je la pousse gentiment pour la faire tomber dos contre le matelas de son lit, pour venir me mettre au-dessus d’elle et venir lui chuchoter quelques mots à l’oreille, un sourire provocateur aux lèvres.

-Reika, j’ai envie de toi, de ton corps, de toute ta personne…

La réaction de Chaperon Rouge, face à ces mots, m’intriguait vraiment. C’est elle qui a commencé à vouloir jouer sur ce terrain, et bien elle a mal choisi son adversaire. J'essayais de rester sérieuse, même si mon petit sourire ne voulait disparaitre. Je devais arrêter toutes ces choses malsaines ? Je le sais bien, mais là, c’est beaucoup trop tentant ! J’espère que cette vieille habitude disparaitra très bientôt… Revenant plonger mes iris bleus dans les siens, je peux sentir un regard sur nos deux silhouettes, sûrement Perséphone. Je ne sais pas du tout ce qu’elle a l’intention de faire celle-là d’ailleurs. Enfin bon, je m’occupe de Reika pour le moment, alors laissons la déesse de côté. Faisant le tour des lèvres de la rouquine du bout des doigts, je me rapproche doucement des celles-ci, lentement, gardant le même sourire, sentant son souffle sur mes lèvres. Putain mais si Ryoko débarque, je ne donne pas cher de ma peau…allez, fini les conneries ! En plus Reika va me foutre une claque si ça continu ! Je me relève donc, pour aller chercher ma boule de poils qui était encore cachée sous le lit. Tenant le chaton dans mes bras, je reprends la parole, m’adressant aux deux camarades de chambre.

-Bon, puisqu’on va vivre ensemble pendant un certain temps, autant vous dire tout de suite que le bungalow 04, héberge également ce p’tit chat. Si l’une de vous me balance, je vous éclate la tronche avec un parpaing !

Mon sourire avait disparu, sur ce sujet-là, je ne plaisantais pas. Je ne veux pas que Yukiatsu se retrouve à la rue alors je préférais mettre les choses au point tout de suite.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 80
Date d'inscription : 18/09/2014
Localisation : Dans ton cul.
Who am i !

Carte d'identité
Les relations:
Son crime:

3 filles, 1 bungalow, combien de problèmes ? [PV Perséphone & Reika]

MessageSujet: Re: 3 filles, 1 bungalow, combien de problèmes ? [PV Perséphone & Reika] Sam 21 Fév - 22:52
Tu te retenais de rire, Aria était vraiment gênée. C'est ce que tu cherchais, en même temps. Tu te redressas, avant de tapoter sur ta jupe, sans quitter des yeux tes nouvelles colocataires. Tu n'allais pas t'ennuyer, oh non. Taquine comme tu étais, tu suivis Aria, afin d'embêter la rouquine. Fallait bien s'amuser, non ? Quand tu vis Aria se coucher sur Reika, tu te jetas immédiatement sur elle, un air contrit :

- Ehhh~ Et moi Aria...

Tu lui souris, avant de te retirer, en soupirant. Raven te tuerait probablement pour être aussi taquine, enfin, c'était une fille, c'était pas pareil. Du moins, de ton point de vue. Tu laissas tomber sur ton lit, fixant le plafond d'un air désespéré. Pourquoi t'étais pas dans sa chambre à lui... Aria te sortit soudainement de ta torpeur, en sortant un petit chat. T'allais rien dire, t'aimais bien ces boules de poils :

- J'dirais rien, j'aime bien les chat...

Petit rire, tu te redressas, afin de t’asseoir. Puis, tu portas ta main gauche contre ta poitrine, avant de lancer un regard mignon à la blonde :

- Mais pas autant que ton corps mirifique, Aria...

Adieu Aria, si Raven débarque, il te tuerait probablement. Tu repris un air sérieux, faim. Tu crevais de faim, tu fixas tes colocataires avec un air enfantin :

- J'ai faim... Et si on allait bouffer un morceau ? J'vous invite.

T'avait fait les poches d'un con ce matin, pratique, cela tombait à pic. Sans attendre leur réponse, tu te changea, afin d'enfiler une jupe et un pull. Tu ne pris même pas le soin de t'isoler. Bah quoi ? On est en entre filles non ? Tu pris tout de même soin de cacher tes cicatrices, tu en avais trop honte.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 410
Date d'inscription : 28/04/2014
Age : 20
Localisation : France.
Who am i !

Carte d'identité
Les relations:
Son crime:

3 filles, 1 bungalow, combien de problèmes ? [PV Perséphone & Reika]

MessageSujet: Re: 3 filles, 1 bungalow, combien de problèmes ? [PV Perséphone & Reika] Mer 25 Mar - 17:08
Votre RP est placé sous archive étant donné que cela fait plus d'un mois qu'aucune réponse à été postée, pour le récupérer veuillez contacter un membre du staff.


Corpse²
Revenir en haut Aller en bas
" Contenu sponsorisé "
Who am i !

3 filles, 1 bungalow, combien de problèmes ? [PV Perséphone & Reika]

MessageSujet: Re: 3 filles, 1 bungalow, combien de problèmes ? [PV Perséphone & Reika]
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Perséphone Dupré|Terminer ^^
» athéna perséphone zubrowka ☞ hey baby (uc).
» Hadés et Perséphone en Europe.
» Perséphone, déesse des enfers [ok]
» Perséphone, Déesse des Ténèbres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: .:Archives:. :: Rp's inachevés-