AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

avatar
Messages : 295
Date d'inscription : 03/02/2014
Who am i !

Carte d'identité
Les relations:
Son crime:

Qui a dit que l'orientation était une affaire sérieuse ? [ PV Raphaël ]

MessageSujet: Qui a dit que l'orientation était une affaire sérieuse ? [ PV Raphaël ] Ven 21 Nov - 0:25

Raphaël StDenis Ҩ Seth Adams
Qui a dit que l'orientation était une affaire sérieuse ?


En quoi aller voir un conseiller d'orientation pouvait bien aider Seth ? Il avait été plus ou moins forcé de prendre rendez-vous avec ce fameux Mr StDenis. L'Américain savait ce qu'il ferait plus tard, du moins, il s'en doutait vu la façon dont il était parti. La taule, c'est tout ce qui l'attendait, il ne faisait pas d'effort, il n'essayait pas vraiment de changer. Mais qui sait, peut-être aura-t-il le déclic en parlant à l'homme. Bref, dans quelques mois, ça fera un an. Un an que Seth a repris les cours au sein de cet établissement. Il lui fallait bien passer par là un jour ou l'autre.

L'heure était venue pour lui de se rendre à l'endroit convenu. Il traînait les pieds, c'est vrai, il n'en avait pas vraiment envie. L'idée de rencontrer un membre du personnel de cet internat ne l'emballait pas, en fait, il n'aimait pas les gens qui le retenaient ici, sous le prétexte de « te remettre sur le droit chemin ». Et s'il n'en avait pas envie, s'il refusait de suivre le droit chemin ? Personne n'a jamais voulu prendre d'autres routes ? Si on en arrive au même point pourquoi ne pas s'autoriser la dérive ? Il soupirait tandis que ses pas le mené tout doucement à l'intérieur de l'établissement. Encore 3 étages à monter, il ne pouvait pas trouver mieux pour démotiver les délinquants d'aller le voir. Il trouvait leur façon d'avoir réparti les salles complètement absurdes, mais va dire ça alors que tu n'es qu'un délinquant.

Puis, à quoi il ressemblait ce fameux conseiller ? Il n'avait pas eu l'occasion de le croiser depuis qu'il avait pris son rendez-vous, à croire qu'il passait sa vie ailleurs que dans sa salle. Bon, il faut dire que le jeune homme avait pris rendez-vous via le CPE de l'établissement, donc forcement pas de contact avec l'homme en question. S'il ressemblait à celui à qui il avait eu à faire dans son ancien lycée, ça n'allait pas être joyeux. Un vieux mec en costard qui te prend juste pour de la vermine. Bon Seth était certes de la « vermine » mais cela ne lui permettait pas de tels propos. L'Américain avait sa fierté et le surnommé de la sorte, c'était aller à l'encontre de celle-ci, donc l'entretient avait forcement coupé court.

Finalement, il avait atteint sa destination. Il ne rigolait pas dans l'internat, le mec avait, sur la porte, une plaque avec son nom et sa fonction. Attention, on avait à faire à du sérieux, enfin, c'est ce que l'apparence de la porte laissée croire. Il leva la main, prête à frapper, arborant un sourire presque hypocrite. Un dernier coup d'œil à la porte, et il se lance, toquant trois petits coups. Comme à son habitude, il ne laisse même pas le temps à son interlocuteur de répondre, qu'il entre de manière brusque, tout en s'écriant.

«  Bonjour, je suis votre rendez-vous du jour ! » Il va s'asseoir sur la chaise la plus proche. « Vous m'attendiez je suppose. »

Tout dans la délicatesse, comme souvent, Seth posa ses deux mains sur ses cuisses. Son sourire s'étendait de part et d'autre de son visage. Mais, comment réagirait le conseiller ?





Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
Who am i !

Qui a dit que l'orientation était une affaire sérieuse ? [ PV Raphaël ]

MessageSujet: Re: Qui a dit que l'orientation était une affaire sérieuse ? [ PV Raphaël ] Ven 21 Nov - 22:47





Qui a dit que l'orientation était une affaire sérieuse ?


Feat Seth Adams



Ce matin encore, ce fut la sonnerie de son téléphone portable qui tira Raphaël de son lit, ô combien moelleux, qu'il ne souhaitait quitter. S'il avait décidé d'ignorer les deux premiers appels, force était pour lui de se décider à répondre lorsque, pour la troisième fois, l'infernal engin vint lui casser les tympans. Nul doute quant au coupable de ce réveil intempestive, ça ne pouvait-être qu'une seule et unique personne, toujours la même : Alex.
Tâtonnant sur sa table de chevet jusqu'à trouver son téléphone, l'homme prit ce dernier d'un geste mou avant de le coller contre sa joue, son visage toujours à moitié enfuie à l'intérieur de son oreiller.
Allow ? Commença t-il, la voix pâteuse, alors qu'à l'autre bout du fil il entendait résonner le rire de son ami, lui donnant un début de migraine. J'espère que t'as une bonne raison de m'appeler à... Il regarda l'heure sur son écran... 6 heure du matin, sinon je t'encastre la tête dans un mur et je la fait tourner... L'autre riait toujours, semblant en pleine forme et d'humeur joyeuse, trop joyeuse même. Raph se retourna sur le dos, attendant qu'il ait finit de s'esclaffer avant de soupirer d'un air las. Ce n'était pas la première fois qu'Alex lui faisait le coup, mais ce n'était pas pour autant que ça en était devenu agréable. Alors qu'il s'apprêtait à raccrocher, son ami se décida enfin à parler.
Attends ! Raccroche pas mon Raphouille ! J'en ai pas encore fini avec toi tu sais ? Rien qu'à sa voix, le jeune conseiller d'orientation pouvait sentir que son ancien camarade de classe était en train de sourire jusqu'aux oreilles, fier comme un paon d'avoir pu emmerder son ami si tôt le matin. Il lui en fallait vraiment peu pour être heureux, se disait Raphaël... J'avoue que j'adore entendre ta voix ensommeillée, elle est si suave, mais ce n'était pas la raison principale de mon appel... Non, ce que je voulais te demander c'était si je pouvais passer par chez toi d'ici... une heure ? J'ai oublié mon badge dans ta chambre quand je suis venu hier, et sans lui je peux pas aller travailler, ce qui est ballot quand même... Non ? Nouveau soupir de la part de Raph, ce dernier changea son téléphone d'oreille avant d'acquiescer d'un air las.
Entendu, passe le récupérer dans l'heure... J'vais aller me doucher moi, tant pis pour mon heure de sommeil...
- Merci mon Raphouille, si je pars maintenant je suis là d'ici quarante minutes. À toute mon chou, je t'embrasse !
Ouais ouais, c'est ça... Et il raccrocha.
Décidément, Alex s'arrangeait pas en vieillissant...
Baillant à s'en décrocher la mâchoire, passant une main à l'intérieur de son caleçon afin de se replacer une certaine partie de son anatomie, Raphaël chercha dans son armoire des habits propres et partie se doucher.
Aujourd'hui l'homme avait plusieurs rendez-vous, mais aucun avant 9 heures. Il aurait donc largement eu le temps de se prélasser d'avantage... Mais bon, c'était la vie. Quand il avait rencontré Alex, il y a plus de quinze ans de cela, ils savaient tous deux qu'ils auraient à supporter le caractère tantôt taquin et tantôt extrêmement emmerdant de l'autre. Et si ça avait tenu aussi longtemps, c'était qu'au fond les deux hommes se supportaient très bien.
Une fois fin prêt, habillé d'un treillis gris et d'un débardeur noir, Raphaël attendit l'arrivé d'Alex avec : Café dans une main, cigarette dans l'autre. Rien de tel pour dissiper le reste de brouillard.
La transaction faite, et Alex partie travailler, Raphaël décida de se rendre directement au lycée et de consulter les dossiers de ses rendez-vous de la journée. Quitte à perdre son temps, autant le faire de manière constructive !
Première consultation, un jeune délinquant accusé de dégradations diverses, vol à l'étalage, agressions et cambriolage... Joli panel de connerie pour un gosse de tout juste 18 ans. Mais bon, Raph lui aussi avait déjà eut sa phase rebelle consistant à dégrader et à voler dans les magasins du quartier, ce n'était pas pour autant qu'il était une nuisance (non ?). Les bagarres pareilles. C'était mal, mais les mecs aiment se battre, c'est comme ça, ça passe en grandissant. Ou plutôt, du physique, on passe à des guerres morales... Non, c'était plus les cambriolages et autres vols à mains armés qui inquiétaient le jeune conseiller d'orientation. Voler dans un magasin était une chose, voler de « vraies personnes » en était une autre... Du moins pour Mr.StDenis, ex Bad Boy de son état...
La porte ne tarda pas à s'ouvrir sur l'élève dont il venait d'éplucher le dossier, et Raphaël se prit à l'observer avec un certain intérêt. Comme à chaque fois, l'homme était surpris de voir à quel point ces jeunes hommes et femmes que certains traitaient de mauvaises herbes pouvait sembler semblable à tous les autres adolescents... Rien ne permettait de distinguer les mauvaises graines des bonnes, jusqu'à ce qu'elles vous révèlent leur coté pourrie...
Ce jeune homme, Seth Adams, faisait partie de ces délinquants aux allures de jeune homme lambda. Physique banal, pas très grand et plutôt chétif, et vêtement passe-partout... Pas de quoi casser trois pattes à un canard, en somme... Malgré tout, s'il était ici, c'est qu'il y avait une raison, comme pour tous...
Et puis bon, Raph lui même n'était pas bien gros, ni très grand (à peine quelques centimètres de plus que son élève), ce qui ne l'avait jamais empêcher d'imposer son point de vue aux gens... La mentale prime plus souvent qu'on ne le croit sur le physique...
- Bonjour, je suis votre rendez-vous du jour ! Vous m'attendiez je suppose. Dixit le jeune élève, tout en se laissant tomber sur la chaise la plus proche, juste en face de celle de Raphaël. Les deux hommes seulement séparés par le bureau du jeune conseiller. Ce dernier, sourire aux lèvres, ne se laissa pas démonter par l'évidente impolitesse du gamin et lui tendit la main. Qu'il la sert ou non lui importait peu, il ne faisait ça que pour le style !
-Seth Adams, c'est ça ? Je suis Raphaël StDenis, votre conseiller d'orientation pour l'année, mais je pense que vous le savez déjà n'est-ce pas ? Nouveau sourire, étirant la commissure de ses lèvres sur la totalité du son visage mature. On va pas passer par quatre chemins, je sais que ni vous ni moi n'avons envie de nous éterniser en conjecture incompréhensible et totalement inutile. Je vais donc faire simple : Avez-vous déjà pensé à ce que vous ferez une fois que vous aurez fini votre scolarité ici ?




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 295
Date d'inscription : 03/02/2014
Who am i !

Carte d'identité
Les relations:
Son crime:

Qui a dit que l'orientation était une affaire sérieuse ? [ PV Raphaël ]

MessageSujet: Re: Qui a dit que l'orientation était une affaire sérieuse ? [ PV Raphaël ] Sam 22 Nov - 1:57

Raphaël StDenis Ҩ Seth Adams
Qui a dit que l'orientation était une affaire sérieuse ?


Ce n'est qu'une fois assis qu'il prit le temps d'observer son interlocuteur. Il n'était pas déçu. Lui qui n'avait eu que des vieux pour le conseiller, ça changer. Peut-être que lui comprendra un peu plus, puis, il ne devait pas faire ça depuis longtemps, alors le poids de la fatigue, des différents dossiers, des jeunes insolents, enfin, tout leur quotidien, ça ne devait pas peser sur sa façon de faire. Puis même physiquement, il sortait un peu du lot, au placard le costume bien taillé, bien propre, il avait devant lui, le conseille 2.0. Celui qui se rapproche des « jeunes » par son style vestimentaire et sa coupe de cheveux en bataille. Décidément, il était bien tombé celui-là. Il pourrait presque se fondre dans la masse des délinquants de l'internat. L'Américain fut finalement extirpé de sa contemplation par la voix de l'autre qui lui tendait la main.

« Seth Adams, c'est ça ? Je suis Raphaël StDenis, votre conseiller d'orientation pour l'année, mais je pense que vous le savez déjà n'est-ce pas ? »

Le jeune homme prit sa main nonchalamment en laissant échapper.

« Je vous félicite, vous savez lire un dossier. »

De la pure provocation. De face, un test, il fallait qu'il voie la réaction de l'autre pour essayer de juger quel comportement il allait adopter. Extérieurement, il paraissait assez décontracter, mais est-ce qu'il l'était autant à l'intérieur ? Mais il fallait croire qu'il laisserait passer pour le moment, puisqu'il reprit.

« On va pas passer par quatre chemins, je sais que ni vous ni moi n'avons envie de nous éterniser en conjecture incompréhensible et totalement inutile. Je vais donc faire simple : Avez-vous déjà pensé à ce que vous ferez une fois que vous aurez fini votre scolarité ici ? »

La question était tombée bien plus vite qu'il ne l'aurait cru. Il ne perdait pas de temps le « Raphaël ». Il fallait qu'il fasse son boulot, alors il le faisait, c'était expéditif. Dommage. L'Américain ne voyait pas vraiment la chose du même œil. D'autant plus qu'il n'avait pas la réponse adéquate à sa question. S'il savait quoi faire après ? Non, puisqu'il ne savait même pas quand il partirait. Renvoyer un délinquant à l'école à 18 ans, alors que le dit délinquant n'y allait plus depuis deux ans, c'était absurde. Mais apparemment ça fonctionnait comme ça ici. Y'a des moments, il était largué le Seth, alors on ne pouvait pas espérer qu'il face quelque chose de sa vie. Puis, il était bien gentil avec leur soi-disant programme de réinsertion, mais qui voudrais engager un voleur ? Ça serait trop risqué pour leurs petites affaires. Enfin, il fallait bien qu'il lui sorte quelque chose au conseiller. Il allait pas juste se tenir là silencieux, d'autant plus que lui adorait parler.

« Vous pensez que je pourrais faire quelque chose de ma vie vous ? Je veux bien être optimiste, mais la seule chose qui m'attend quand je sortirais d'ici, c'est la taule. Je serais condamné à quoi ? 3, 4 ans de prison, ok, quand je sortirait j'aurais 25 ans grand max. Et après ? » Il arqua un sourcil tandis qu'un sourire s'étendait au coin de ses lèvres. « Je recommencerai, je l'ai déjà fait.»

Il haussa alors les épaules, une certaine fierté était lisible sur son visage. De la fierté pourquoi ? Pour avoir pointer l'évidence ? Il avait donné son avis franc sur la chose. Il ne se voyait pas ailleurs. Il était considéré comme cleptomane par la plupart des personnes de l'établissement. Puis, il suffisait de fouiller dans ses affaires pour se rendre compte que même sa présence ici ne l'avait pas empêcher de continuer. Même lui trouvait ça logique. Enfin, s'il devait donner une autre chose, ça ne le tuerait pas d'y réfléchir, non ?

« Mais si je dois vous donner un vrai métier, pourquoi pas banquier. Ça vous va comme réponse ? On peut passer à autre chose ? Ce n'est pas que mon futur m'ennuie, mais si. » Il croisa les bras sur sa poitrine. « Je préférerais franchement en savoir plus sur vous. Savoir des choses, comme votre âge, ou si vous êtes marié. Des trucs vraiment intéressants pour moi quoi. »

Non, ce n'était même pas de la provocation, Seth voulait vraiment obtenir ces informations. C'était son quotidien, en savoir toujours plus sur les autres. Il pouvait s'en servir parfois, et d'autre fois, ce n'était que pour son plaisir. Il avait déjà payé pour des informations comme celle-ci, et à vrai dire, ce n'était même pas rare pour l'Américain. Il aimait en savoir plus sur les gens qui l'entouraient ça lui permettait de savoir comment agir avec eux, savoir s'il était corruptible, s'ils étaient dangereux, enfin, ce genre de chose. Mais, il est vrai que jusqu'ici, Seth n'avait pas eu l'occasion de se renseigner sur l'un de membre du personnel. La seule qui avait bien voulu parler suffisamment longtemps avec lui était Nirvana, mais, elle ne faisait plus partie de l'établissement à présent. Il devait donc jeter son dévolu sur un autre, et Raphaël était peut-être la cible parfaite. Maintenant, restait à savoir si le conseiller coopérait.





Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
Who am i !

Qui a dit que l'orientation était une affaire sérieuse ? [ PV Raphaël ]

MessageSujet: Re: Qui a dit que l'orientation était une affaire sérieuse ? [ PV Raphaël ] Sam 22 Nov - 11:16





Qui a dit que l'orientation était une affaire sérieuse ?


Feat Seth Adams




Ok. Il ne se passa pas même cinq minutes depuis son entré dans le bureau du conseiller d'orientation que déjà Seth semblait vouloir ouvrir les hostilités. Il n'était pas violent non, ni même réellement vulgaire, mais son comportement provocateur avait de quoi en excéder plus d'un...
Raphaël, lui, s'en moquait pas mal. Il avait vu pire et, surtout, avait toujours pensé qu'avoir une bonne répartie était un signe d'intelligence... Intelligence ici utilisée à mauvais escient, mais intelligence tout de même. Si le gamin décidait de prendre sa vie en main, et de s'impliquer dans ses études, nul doutes qu'il pourrait aller loin, très loin même... Mais bon, Raphaël avait conscience que tous n'aspiraient pas à une vie paisible, dans une société ou tout était chronométré et où « Métro-boulot-dodo » était le maître-mot. Lui-même n'en avait pas voulu, et n'en voulait toujours pas d'ailleurs, s'il écoutait son cœur, mais le libre-arbitre n'est qu'un fantasme... Si tu n'entre pas dans le moule alors tu finiras ici pour une raison ou une autre, comme délinquant, ou dans la rue en tant que clochard marginal... C'était triste, mais c'était à ça que se résumait la vie dans nos petites sociétés industrialisées. C'était ainsi que tournait le monde, et ces enfants devaient bien le comprendre un jour, qu'ils le veuillent ou non.
- Vous pensez que je pourrais faire quelque chose de ma vie vous ? Je veux bien être optimiste, mais la seule chose qui m'attend quand je sortirais d'ici, c'est la taule. Je serais condamné à quoi ? 3, 4 ans de prison, ok, quand je sortirait j'aurais 25 ans grand max. Et après ? Je recommencerai, je l'ai déjà fait. Le jeune conseiller ne quitta pas son élève des yeux, ne pipant mot avant que ce dernier n'ait fini son discours des plus pessimiste, se contentant de hausser les épaules une fois le silence revenu dans la pièce.
- Tu peux penser ainsi, oui, mais laisse moi te dire une bonne chose... Tu étais mineur au moment des faits, tes chefs d'accusation ne pourront donc pas te porter préjudice, ils n'apparaîtront pas dans ton dossier, donc il n'y a aucune raison que tes potentiels futurs employeurs soient au courant de ton passé houleux... C'est l'un des avantages de faire tes conneries avant 18 ans. L'état est assez naïf pour penser qu'un enfant n'est pas conscient de ses actes, ce qui entièrement faux, mais je pense qu'il est avantageux pour tous ceux inscrits ici qu'ils continuent de penser ainsi... Non ? Un petit sourire naissait à la commissure des lèvres de l'homme alors qu'il encrait son regard sombre dans celui du garçon face à lui. Pour ce qui est de la taule... Si tu montres des signes de rédemption et que tu t'impliques dans tes études, le temps que tu auras passé ici devrait pouvoir remplacer les années d'incarcération dont tu aurais dû écoper. Tu n'as donc aucune raison de t'y rendre, si tu ne récidives pas...
Voilà, le speech de base avait été énoncé, il ne tenait plus qu'à Seth d'y mettre ou non du sien... Après tout, Raph était là pour conseiller les élève à trouver un bon plan pour l'avenir, mais surtout à les aider à trouver comment y parvenir. Il n'était pas là pour forcer qui que ce soit à changer sa vision du monde, quand bien même cette dernière serait totalement erronée... Si passé le reste de sa vie derrière les barreaux, dans une cellule surpeuplé ou même pisser est dénué d'intimité était sa perspective d'avenir, alors grand bien lui fasse. Il remarquera bien vite que ce n'est pas une vie...
- Mais si je dois vous donner un vrai métier, pourquoi pas banquier. Ça vous va comme réponse ?
- Je n'attends pas de réponse particulière, tu sais ? J'attends juste de toi que tu me donnes tes centres d'intérêt afin qu'on puisse tout deux penser à tes possibilités d'orientation... Si ton rêve était d'être éboueur, je ne le jugerais pas non plus. L'homme prit ses dossiers en main, les tassa contre son bureau, avant de les reposer sur ce dernier, celui de Seth ouvert face à lui.
- On peut passer à autre chose ? Ce n'est pas que mon futur m'ennuie, mais si. Raph ne dit rien, attendant de voir où est-ce que le jeune homme voulait en venir. Je préférerais franchement en savoir plus sur vous. Savoir des choses, comme votre âge, ou si vous êtes marié. Des trucs vraiment intéressants pour moi quoi.
- Je ne suis pas censé répondre à ce genre de questions, tu sais ? Je travaille ici, je ne suis pas l'un de tes petits camarades... Il avait répondu ça d'une voix calme, ni agressive ni particulièrement douce, comme quelqu'un qui énonçait une vérité, ce qu'il faisait, d'ailleurs. Mais bon... Je trouve aussi ça injuste que j'ai le droit de voir toutes vos informations personnelles sur vos dossiers alors que vous ne pouvez rien me demander, alors je vais répondre à vos questions. Tant que celles-ci ne sont pas trop personnelles ! Il souriait toujours, s'adossant au dossier de son siège d'un air nonchalant, avant de réfléchir aux questions précédemment posées. Quand il avait été accepté à ce poste, Raph s'était fait la promesse de ne pas trop se lier avec les jeunes élèves internés ici, mais il pouvait bien les mettre en confiance, non ? De toute façon, il n'en était qu'à ses débuts, fallait bien qu'il tâtonne... Tu me donnerais quel âge ? Demanda-t-il finalement, curieux de voir si ses élèves avaient plutôt tendance à la vieillir ou à le rajeunir. Non pas que l'homme se sentait vieux, non, il avait toujours autant de fougue qu'à l'époque du lycée. À la différence prêt qu'aujourd'hui il savait la canaliser. J'ai 27 ans. Il sourit, passant une main dans ses cheveux broussailleux, se disant que sans sa paire de lunettes lui servant de serre tête ces derniers partaient vraiment en couilles... Enfin, au moins ça lui prouvait qu'il n'était pas prêt de souffrir de calvitie... Et pour ton autre question, non, je ne suis pas marié, ni rien de ce genre. J'aime ma liberté et je ne me sens pas prêt à être enchainé à une seule personne. Il avait dit ça en souriant, sous le ton de l'humour, mais c'était pourtant la réalité. Il avait déjà du mal à rester en couple plus de quelques semaines, alors le mariage ... L'homme était bien trop volage pour ça ! Mais bon, il n'allait pas aller jusqu'à là dans ses confidences pour un élève, quand bien même ce denier était-il majeur... Et toi ? T'as une petite copine ici ?
Après tous, ces informations-là ne figuraient pas dans le dossier, ce n'était pas important, alors pourquoi ne pas retourner sa question au jeune homme ? Et puis bon, avoir ou non quelqu'un qu'on aime changeait pas mal notre vision d'un lieu, et notre motivation à non améliorer ou à nous laisser sombrer...




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 295
Date d'inscription : 03/02/2014
Who am i !

Carte d'identité
Les relations:
Son crime:

Qui a dit que l'orientation était une affaire sérieuse ? [ PV Raphaël ]

MessageSujet: Re: Qui a dit que l'orientation était une affaire sérieuse ? [ PV Raphaël ] Mer 26 Nov - 3:16

Raphaël StDenis Ҩ Seth Adams
Qui a dit que l'orientation était une affaire sérieuse ?


À peine avait-il donné son avis sur la chose que le conseiller lui sortait déjà le speech super chiant que tout le monde fait semblant d'écouter. Celui où tout le monde fait mine d'approuver avec un air sérieux et un hochement de tête par-ci et là. Et c'est à peu près cette même réaction qu'as eu le jeune homme. Pas que ça ne l'intéressait pas, loin de là, ce qu'il disait détenait une certaine vérité dont il ne pouvait que louer. Mais disons que ça se rapprocher beaucoup de tout ce qu'on lui avait dit depuis son procès jusqu'à son arrivé ici. C'était un genre de « yes, we can » ou de « quand on veut on peut » de l'orientation. Enfin, il s'attendait forcement à l'entendre une nouvelle fois, surtout en venant à un rendez-vous avec un conseiller d'orientation, puisque sa façon de voir les choses n'avait jamais plus, même à Allie, alors qu'elle aussi était enfermé ici. Mais finalement, dans la suite de ces mots, il y avait quelque chose qui avait fait tiquer Seth. Ses intérêts ? Est-ce que ses intérêts pourraient le mener quelques parts ? Tout ce qui semblait être à son goût était la collecte d'informations, d'aussi qu'il puisse se souvenir. C'était bien la seule chose qui rivaliser avec ses envies de vols, pour dire. Finalement peut-être que s'il n'avait pas de casier, il pourrait envisager une carrière dans les services secrets, au moins au renseignement quoi. Il était plutôt doué pour ça. Cela dit, c'est ce qu'il avait tenté de faire avec les questions qui ont suivi, en savoir plus sur l'homme qui se trouvait en face de lui. L'Américain ne s'attendait pas vraiment à une réponse, en tant que membre du personnel, il n'était pas censé faire ami-ami avec les délinquants, ni même répondre à des questions qui deviendraient un peu trop personnelles. Mais somme toute, l'homme, bien qu'il ait émis une petite réserve plus dut à sa position de conseiller d'orientation qu'a son manque de volonté, répondit à ses questions.

« Tu me donnerais quel âge ? » Avait-il d'abord demander. Pour finalement lui répondre. « J'ai 27 ans. »

Dit-il en souriant. Seth le regardait et détailler ses traits, 27 ans ? Vraiment ? Il passa une main sur sa joue ne lâchant pas l'homme des yeux. À vrai dire, il n'avait jamais été très doué pour « donner un âge » aux personnes. C'est d'ailleurs une des raisons pour laquelle il se renseigner tant sur les gens.

« J'aurais dit moins, mais je ne suis pas physionomiste. » Dit-il tout en montrant Raphaël d'un geste de la main.

« Et pour ton autre question, non, je ne suis pas marié, ni rien de ce genre. J'aime ma liberté et je ne me sens pas prêt à être enchaîné à une seule personne. »

Et l'autre avait repris bien vite pour répondre à la suite des questions du jeune brun. Et celle-ci non plus, Seth ne s'attendait pas à ce qu'il réponde. Même à lui, elle lui paraissait personnelle. Son statut marital ne le regardait pas plus que la taille de ses boxers. Mais il n'allait pas s'en plaindre. Le conseiller semblait plus coopératif que ce qu'il imaginait, peut-être arriverait-il à lui extirper un peu plus que cela. Après tout, cela ne lui coûterait rien d'essayer. Un élan de motivation s'élever en lui contrairement à ce qu'il ressentait à son arrivé. Finalement, il fut vite coupé par la question de son interlocuteur.

« Et toi ? T'as une petite copine ici ? »

S'il avait une copine ici ? Pas vraiment, enfin, il y avait bien cette fille, mais ce n'était pas sa copine. À vrai dire, il ne savait même pas ce qu'elle était pour lui à ce moment précis. Mais ça n'avait pas d'importance pour le moment. À quoi avait-il pensé en lui posant cette question ? Avoir une copine ici, c'était un peu comme s'enfoncer encore plus dans son malheur. Les filles que le garçon avait croisées ici, on ne peut pas dire qu'elle soit très facile à vivre, ni même qu'elle le tirait dans la bonne direction. Elles auraient même plutôt tendance à les tirer encore plus vers le fond. S'il devait faire un résumé de toute celle qu'il avait fréquenté jusque-là, ça serait plutôt simple. Allie est une droguée fataliste et sur certains points, il pense la même chose. Alexia est une tarée avec qui ça à commencer par une engueulade. Gaïa n'a, pour lui, absolument rien à foutre ici et il s'était même énervé dessus et avec Reika, ils ont voulu imiter Bonnie & Clyde pour piquer un portefeuille. Il n'y avait que Nirvana qui l'avait tiré vers le haut, mais elle était l'infirmière de Kyrie et maintenant, elle n'était plus là. Enfin, qui sait ce que l'avenir lui réservé avec chacune d'elle. Cela étant, la question de la petite copine, ce n'était pas la meilleure idée qui soit pour le moment.

« Vous voulez vraiment savoir ça vous ou c'est juste parce que je vous ai posé la question ? » Demanda-t-il en arquant un sourcil. « Enfin, ça ne m'empêchera pas d'y répondre si vous y tenez. Non, je n'en ai pas. Après à l'avenir, j'en sais rien. Les filles, ce n'est pas ce qui manque ici. »

Puis Seth se rapprocha un peu plus du bureau. Il y posa ses coudes, pour finalement faire tenir sa tête entre ses deux mains, le regard toujours tourné vers le conseiller. Il recommençait, rien que dans sa façon de ce tenir, on pouvait voir ce qu'il avait en tête. Une nouvelle vague de provocation allait faire sa venue. Et toute sorte de question trottait dans la tête du jeune brun. Il n'était pas forcement bon de le laisser prendre ses aises. Un sourire vint de nouveau faire son apparition sur le visage de l'Américain, creusant ses joues de légères fossettes.

« Expliquez-moi. Comment, une personne qui considère le mariage comme une atteinte à sa liberté, peut donner un bon exemple pour le futur ? Parce qu'un bon exemple, j'en ai eu un. Mes parents étaient des gens respectables. Ce n'était pas des personnes qui vivaient au croché de la société, ni même des gros bourgeois qui ne s'occupent pas de leur progéniture. Et pourtant, je suis ici. Alors vous, vous pensez être un bon exemple ? »






HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
Who am i !

Qui a dit que l'orientation était une affaire sérieuse ? [ PV Raphaël ]

MessageSujet: Re: Qui a dit que l'orientation était une affaire sérieuse ? [ PV Raphaël ] Mer 26 Nov - 10:29





Qui a dit que l'orientation était une affaire sérieuse ?


Feat Seth Adams




À parement, Raphaël avait réussi à perturber le jeune délinquant face à lui en choisissant de ne pas ignorer ses questions, et c'était franchement pas plus mal. Au moins, Seth comprendrait qu'il n'était pas là que pour lui faire la morale, mais aussi et surtout pour l'aider. Du moins, c'est ce que pensait le jeune conseiller d'orientation... Lorsque plus jeune, dans sa période rebelle, il était allé voir le vieux conseiller de son ancien lycée, c'était le sourire constant de ce dernier qui l'avait poussé à se confier... Un sourire chaleureux, entier, et non pas factice comme la plupart de ces professeurs qui rétorquent à chaque bulletin que tu avais les capacités mais pas la motivation nécessaire pour les mettre en pratique. Dieu que Raphaël pouvait exécrer cette remarque tant de fois reçue... Ce conseiller, presque en âge d'aller à la retraite, n'avait plus à craindre de perdre son boulot ou de recevoir le moindre blâme, après plus de trente années de bons et loyaux services, aussi s'était-il montré presque... paternel, avec le jeune récalcitrant... Raph, lui, était bien trop jeune pour tenir ce genre de rôle, mais il pouvait tout de même tenter de mettre ses élèves en confiance. Au moins un minimum...
Et puis bon, leurs avenirs l'intéressait réellement, sinon, il aurait choisi un métier mieux payer...
Souriait de plus belle entendant que le jeune homme l'aurait rajeuni, il laissa échapper un « Et pourtant j'ai laissé pousser ma barbe et ma moustache pour me vieillir », bien qu'il ne soit pas sûr que Seth l'ai entendu. C'était plus une pensée formulée à voix haute qu'une réelle remarque.
Si le fait que l'homme réponde à sa question concernant son âge avait surprit Seth, celui qu'il réponde à celle sur sa situation maritale semblait encore plus surprenant pour le jeune récidiviste face à lui, ce qui fit presque sourire Raphaël. Cette question était intime, certes, mais elle était posée à quasiment chaque entretient d'embauche, et dans la plupart des papelards officiels, donc bon... C'était un secret pour personne... Pis Raph assumait parfaitement son célibat, vu que ce dernier était souhaité. Un jour peut-être se poserait-il pour une relation stable et définitive, mais ce ne serait pas avant plusieurs années, pensait-il. Un homme peut se reproduire jusqu'à la fin de ses jours, donc même s'il voulait des gosses, il avait encore tout le temps d'y penser.
- Vous voulez vraiment savoir ça vous ou c'est juste parce que je vous ai posé la question ?
- Non, ça m'intéresse vraiment. Répondit-il, sincèrement, tout en souriant toujours au jeune insolent face à lui. Il était curieux de savoir si ce jeune homme avait quelqu'un dans sa vie et, plus encore, si des couples arrivaient véritablement à se former ici, dans un soutien muet entre délinquants...
- Enfin, ça ne m'empêchera pas d'y répondre si vous y tenez. Non, je n'en ai pas. Après à l'avenir, j'en sais rien. Les filles, ce n'est pas ce qui manque ici.
- Je n'en doute pas. Tu m'as l'air de quelqu'un d'assez sûr de toi -pour ne pas dire insolant- et les femmes aiment ça !
Une moue amusée naissait à la commissure des lèvres de l'homme, mais ce dernier la retint du mieux qu'il le pus afin de ne pas laisser à penser à son jeune rendez-vous qu'il était en train de se moquer de lui. Non. Il venait simplement de se rappeler de lui-même, durant ses années lycée, en train de pavaner devant les minettes. Une chose était sûre, Raphaël n'avait jamais eut froid aux yeux, aussi jeune qu'il fut... Parfois ça payait, d'autres fois moins.
- Expliquez-moi. Comment, une personne qui considère le mariage comme une atteinte à sa liberté, peut donner un bon exemple pour le futur ? Parce qu'un bon exemple, j'en ai eu un. Mes parents étaient des gens respectables. Ce n'était pas des personnes qui vivaient au croché de la société, ni même des gros bourgeois qui ne s'occupent pas de leur progéniture. Et pourtant, je suis ici. Alors vous, vous pensez être un bon exemple ? Là, arquant un sourcil, Raph échangea son sourire pour une moue de stupéfaction. Il ne s'attendait certainement pas à recevoir une telle question, et n'était même pas certain que celle-ci ait une quelconque utilité... Était ce Seth qui essayait de se rire de lui ? Si oui, il n'était pas tombé sur le bon adversaire, Raph ne se démontait pas si facilement.
- Je n'ai jamais prétendu être un modèle pour qui que ce soit ! Je suis même surpris que tu aies pensé ça... Non, moi mon travail, c'est simplement de vous aider à trouver comment avoir une vie plus stable à votre sortie d'ici, et à trouver un travail qui soit assorti à vos compétences et à vos goût, je ne suis en rien un exemple à suivre ! Quoi que... Pensa-t-il. Après tout, lui avait bien réussi à donner un équilibre à sa vie mouvementé, alors pourquoi ne pas utiliser cet argument pour aider la nouvelle génération ? « Parce que certains, ici, on commit des crimes bien plus graves que toi ici, et que les autres ne supporteraient pas d'entendre un vieux dire qu'il les comprend, quand bien même cela serait-il vrai » répondit une fois dans sa tête... Et puis, tu sais, il existe une tonne de gens qui sont contre le mariage, ou bien qui se marient tardivement, et ça ne fait pas d'eux des mauvaises personnes pour autant... Tu préfères quoi ? Quelqu'un qui trompe son conjoint ou sa conjointe parce qu'il ou elle ne supporte pas de rester avec une seule personne, mais qu'il/elle voulait se poser pour ne pas déparé dans la société ? Ou une personne intègre qui, sachant qu'elle ne pourrait se contenter d'une seule personne pour l'instant, préfère ne pas laisser de faux espoirs à cette cette dernière en refusant de se poser ? Personnellement, je trouve ça plus respectueux, ne serait-ce que pour la personne en face, d'être clair tout de suite et de ne pas jouer avec les sentiments des gens. Mais bon, ce n'est que mon avis... Et cet avis n'était pas étranger à sa propre situation familial, mais bon... Ça, il n'allait pas le raconter au premier élève venu.
Est-ce que ce genres de conversations étaient naturelles entre un conseiller et son élève ? Raphaël en doutait. Mais bon, il savait qu'il n'avait pas encore dépassé la limite entre un employé et un élève, ils avaient juste tous deux dévié de l'orientation pour se diriger vers une discutions plus... Philosophique ? Ici, Raph avait le rôle du psy, plus que du conseiller, mais bon... Ça pouvait aussi faire partie de ses fonctions, le cas échéant... Et si tes parents m'ont l'air d'être des gens respectables, à ce que tu en dis, ça ne signifie pas que leurs enfants puissent faire des erreurs. On en fait tous. Certains plus ou plus grave que d'autre, voilà tous... Ancrant son regard dans celui de Seth, il demanda finalement. Toi, la première fois que tu as fait quelque chose de répréhensible par la loi, te souviens-tu du sentiment que tu avais ressentit ? De la raison de cet acte ?




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 295
Date d'inscription : 03/02/2014
Who am i !

Carte d'identité
Les relations:
Son crime:

Qui a dit que l'orientation était une affaire sérieuse ? [ PV Raphaël ]

MessageSujet: Re: Qui a dit que l'orientation était une affaire sérieuse ? [ PV Raphaël ] Mer 26 Nov - 17:13

Raphaël StDenis Ҩ Seth Adams
Qui a dit que l'orientation était une affaire sérieuse ?


Décidément, Raphaël était beaucoup plus professionnel que ce que Seth pensait. Lui qui s'imaginait que l'autre ne resterait pas aussi calme face à cette question. Finalement, ce n'était pas parce que le conseiller était jeune que ce serait chose facile de le faire craquer. Avec cela, l'Américain se dit qu'il l'aimait bien cet homme-là. S'il parvenait à répondre à ses questions avec autant de quiétude, Seth ferait bien un effort. Au moins pour avoir une discussion sur le pourquoi il était ici. Mais encore fallait-il que cela se passe bien dans leur prochain échange. Donc il ne se considéré pas vraiment comme un exemple à suivre. N'était-il pas l'une de ces personnes parfaites qui n'ont jamais mal agi de toute leur vie ? De celle qui te juge, mais qui ne savent pas ce que l'on ressent lorsqu'on fait quelque chose de mal. Il fallait vraiment que Seth en apprenne plus sur le conseiller. Il fallait qu'il parle, surtout maintenant qu'il avait suscité l'intérêt du jeune homme. Plus il l'écoutait parler, plus ses propos lui semblaient cohérents. Pourtant, Dieu sait que Seth était né au sein d'une famille croyante qui considéré le mariage comme une partie importante dans la vie d'un homme. Le modèle patriarcal que lui avaient inculqué ses grands-parents, même s'il n'était pas entièrement pratiqué par ses propres parents, était plus ou moins ancré en lui. Enfin, il s'éloignait lui-même du sujet, et ses pensées avaient une nouvelle fois dérivée. Il fut bien vite ramené à la réalité par Raphaël qui, sans lâcher le regard de l'Américain, lui pose une nouvelle question.

« Toi, la première fois que tu as fait quelque chose de répréhensible par la loi, te souviens-tu du sentiment que tu avais ressentit ? De la raison de cet acte ? »

Combien de fois lui avait-on posé cette question ? Des centaines de fois ? Il avait arrêté de compter au bout d'un moment. C'est une des choses qui revenait le plus souvent ici, des professeurs, des psychologues, et même certains délinquants. Même Allie, qui avait pourtant voler elle aussi, lui avait poser la question. La réponse était toujours la même, l'adrénaline, le besoin d'en avoir toujours plus. En soit, il n'avait pas de raison particulière, il avait été traîner par certains de ses amis, il y avait pris goût bien vite, trop vite même, puis il est devenu ce qu'il est aujourd'hui, un voleur. Il se laissa retomber dans le fond de sa chaise et prit une grande inspiration.

« Je n'avais pas de raison, je l'ai déjà dit à quelqu'un, je ne suis pas robin des bois, et je ne pense pas qu'on a vraiment besoin de raison pour faire ça. C'est plus une envie qui arrive et qu'on satisfait. » Il tourna son regard vers la fenêtre. « Ce que j'ai ressentit, tout un tas de choses. J'ai trouvé sa drôle d'abord, puis la peur d'être attrapé qui tenaille le ventre me faisait me sentir fort. Je prenais des choses que d'autre avait durement gagnées et ça me faisait rire. C'est devenu pire d'addictif pour moi, comme si je prenais un rail de coke à chaque fois que je crochetais la serrure d'une maison dont je savais pertinemment que si je me foirer, l'alarme ne me ferait pas de cadeau. C'est devenu pire d'addictif pour moi, comme si je prenais un rail de coke à chaque fois que je crochetais la serrure d'une maison dont je savais pertinemment que si je me foirer, l'alarme ne me ferait pas de cadeau. »

Un condensé, c'est tout ce qu'il fournissait là. Il n'arriverait même pas à expliquer ce qu'il ressentait en entier. Pour lui, on ne pouvait comprend si on ne l'avait pas vécu soi-même. C'est d'ailleurs comme ça qu'il parvenait à entraîner des jeunes comme lui dans ses coups fourré lorsqu'il était aux États-Unis. Il leur promettait des sensations fortes, tout un tas d'émotions qu'on ne pouvait ressentir que dans cet instant. Il n'y avait eu qu'une seule fois où il a regrettait ses actes, c'est lorsqu'il s'est fait attraper par le marine qu'il cambriolé. Cet instant-là, même son corps s'en souvient, et la cicatrice qu'il porte sur le flanc gauche est là pour lui rappeler tous les jours, tout comme l'endroit où il se trouve actuellement. C'est ce jour-là, qui a « scellé » son destin.

« Mais, même si je vous explique comme je me suis senti, je ne suis pas sûr que vous puissiez comprendre. » Il laissa échapper un rire tout en revenant à Raphaël. « Vous avez déjà fait quelque chose de répréhensible, comme vous dites ? J'aimerais savoir si vous êtes du genre à juger sans connaître les sensations que cela procure. Ou si vous êtes plutôt de l'autre camp. »

L'autre camp, comme il le disait, c'était ceux qui n'avaient pas toujours étaient les brillants fils à papa. Ceux qui avaient déjà eu quelque chose à se reprocher, qui n'avait pas toujours été en règle avec la justice. Après tout, le conseiller l'avait dit lui-même, la rédemption ça pouvait porter ses fruits. Certain pouvait bien tourner après un passé plutôt houleux. Il ne s'attendait pas au même genre de crime que ceux qui se trouvaient ici, mais juste un petit vol lui suffirait pour savoir qu'il n'était pas tout blanc non plus. Enfin, si jamais ce n'était pas le cas, l'estime que Seth avait réussir à bâtir pour le conseiller pourrait bien s'écrouler en une fraction de seconde.

« Je sais pertinemment que vous n'êtes pas censé répondre à ce genre de question, mais je réponds à vos questions, vous pouvez bien répondre aux miennes. Sinon, je peux très bien partir maintenant, et ça serait comme si vous n'aviez pas fait votre boulot. Et je pense que je suis le plus bavard auquel vous aurez à faire au sein de l'établissement, alors vous ne perdrez pas totalement votre précieux temps avec moi. Non ? »

Il le savait par expérience, les gens ici n'était pas très bavard avec les gens de l'institut. Déjà entre eux, parvenir à avoir une vraie discussion, c'était comme vouloir gagner la guerre avec un bâton tandis que ton adversaire possède des chars d'assaut et des avions de chasse. C'était peine perdu quoi. Alors avec eux, ce n'était même pas la peine d'y penser. Avec un peu de chance, il tomberait sur des gens plus ouverts, et plus propice au changement, à la rédemption et à toutes les choses qu'il avait dit juste avant.




Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
Who am i !

Qui a dit que l'orientation était une affaire sérieuse ? [ PV Raphaël ]

MessageSujet: Re: Qui a dit que l'orientation était une affaire sérieuse ? [ PV Raphaël ] Mer 26 Nov - 18:07





Qui a dit que l'orientation était une affaire sérieuse ?


Feat Seth Adams




Silence... À parement, malgré la grande gueule du jeune délinquant face à lui, Raphaël avait réussi à avoir le dernier mot sur la question du mariage. Son point de vue avait été compris, même si pas forcément accepté, par Seth. Et le jeune conseiller d'orientation ne put s'empêcher de sourire intérieurement face à cette constatation. Même si une guerre mentale était toujours ouverte, pour savoir lequel des deux perdrait son calme le premier, il avait au moins gagné cette bataille.
Finalement, profitant du calme précédant la tempête, Raphaël posa à Seth la question qui, même si elle n'avait rien d'original, lui permettrait de mieux comprendre les raisons de la présence ici du jeune homme. Si ses crimes, eux, étaient évidents, les raisons ayant poussé le jeune homme à les commettre pouvaient très bien êtres propres à son histoire passée. Même si on retrouve souvent les mêmes constantes, les raisons peuvent varier d'une personne à l'autre, alors autant demander...
- Je n'avais pas de raison, je l'ai déjà dit à quelqu'un, je ne suis pas robin des bois, et je ne pense pas qu'on a vraiment besoin de raison pour faire ça. C'est plus une envie qui arrive et qu'on satisfait. Raphaël hocha la tête, plus pour lui-même qu'autre chose, tout en écoutant le jeune homme finir de s'expliquer en silence... Ouais, une drogue, le crime pouvait effectivement être vu comme tel pour les personnes y ayant plongé... Ça, et le fait que plus ça va, plus tu te dis que tu n'as rien de plus à perdre, et plus tu t'enlises... Tu commences par voler des bonbons, puis, après avoir vu que ça réussissait, tu voles un vélo, puis une maison... Un cercle vicieux qu'il est dur de quitter, quand on a le sentiment d'être supérieur à nos victimes... Ne pas être pris, c'est véritablement grisant. Raphaël le savait, lui-même n'avait pas été pris pour la plupart des crimes, même mineurs, qu'il avait commis... Mais, même si je vous explique comme je me suis senti, je ne suis pas sûr que vous puissiez comprendre. Oh que si, il comprenait parfaitement, mais il ne pouvait bien évidemment pas formuler ce fait à voix haute sous peine de subir les retombés que cet aveu pourrait entraîner. Après tous, comme dit plus haut, le jeune homme n'avait jamais été prit pour des crimes plus graves que des graffitis (et encore, seulement parce que des élèves l'avaient entendu en parler à Alex et les avaient dénoncés.), ni ses employés ni ses parents n'étaient donc au courant de la plupart des conneries qu'il avait fait, et c'était tant mieux ! Bon, pour ses parents, il s'en moquait pas mal, à dire vrai. Il était majeur et vacciné depuis de nombreuses années maintenant, et il n'avait plus rien à leur prouver. Pour peu qu'il avait eu à le faire un jour, d'ailleurs. Mais pour ses employés... C'était autre chose !
Peut-être, en vu de la structure dans laquelle il travaillait, que ces derniers ne lui en tiendraient pas rigueur. Peut-être même que ça aurait été un plus dans son CV, mais l'homme n'était pas prêt à courir le risque, surtout si ça passait de bouche à oreille et lui fermait éventuellement portes ouvertes...
- Vous avez déjà fait quelque chose de répréhensible, comme vous dites ? J'aimerais savoir si vous êtes du genre à juger sans connaître les sensations que cela procure. Ou si vous êtes plutôt de l'autre camp. Et voilà, on y était... Dès que la conversation avait dérivé vers les ressentit qu'on pouvait avoir lorsqu'on volait, Raphaël avait sut que ça se terminerait ainsi, bien qu'il aurait espéré que ce ne fut pas le cas... Que répondre ? Il n'aimait pas mentir, mais, en même temps, il ne pouvait pas dire la vérité non plus... Il était coincé... Je sais pertinemment que vous n'êtes pas censé répondre à ce genre de question, mais je réponds à vos questions, vous pouvez bien répondre aux miennes. Sinon, je peux très bien partir maintenant, et ça serait comme si vous n'aviez pas fait votre boulot. Et je pense que je suis le plus bavard auquel vous aurez à faire au sein de l'établissement, alors vous ne perdrez pas totalement votre précieux temps avec moi. Non ? À ces mots, l'homme sentit le début de mal aise qui le gagnait s'en aller presque aussi vite qu'il était apparu. S'il y avait bien une chose que Raphaël ne supporte pas, c'était le chantage ! Et là, alors qu'il s'apprêtait à répondre à la question de Seth, il venait de se prendre une menace en pleine face. Fronçant les sourcils, il pointa la porte de son index
- Va y, ne te fais pas prier ! Si vraiment ton avenir ne t'intéresse pas, alors tire-toi ! Je suis là pour tenter de t'aider moi, pas pour recevoir des menaces de ce genre... Qu'on soit clair : je ne suis dans aucun camp, et que tu réussisses ta vie ou croupisses en prison, mon salaire à la fin du mois sera exactement le même ! Alors libre à toi de rester et m'écouter, ou de partir faire ta tête de mule ailleurs ! C'était vrai, quoi. Il était là pour les aider, pour les soutenir et tenter de voir avec eux comment avancer dans la vie. Si les élèves n'étaient pas intéressés, alors tant pis pour eux. Il était payé pour essayer, pas pour réussir. Ça, c'était la cerise sur le gâteau, voilà tout... Ne quittant pas le jeune homme des yeux, provocateur, il lâcha pour finir. Et sache que le monde n'est ni blanc ni noir. Tout comme toi tu as déjà fait de bonnes actions, moi j'en ai déjà faites de mauvaises, c'est ainsi ! Voilà, maintenant, restait à voir si Seth comprendrait, ou partirait en claquant la porte...




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 295
Date d'inscription : 03/02/2014
Who am i !

Carte d'identité
Les relations:
Son crime:

Qui a dit que l'orientation était une affaire sérieuse ? [ PV Raphaël ]

MessageSujet: Re: Qui a dit que l'orientation était une affaire sérieuse ? [ PV Raphaël ] Jeu 27 Nov - 17:11

Raphaël StDenis Ҩ Seth Adams
Qui a dit que l'orientation était une affaire sérieuse ?


Sans vraiment s'en rendre compte, il s'était fait plus hostile. Il n'avait pas vraiment proféré de menace à l'encontre du conseiller. Les menaces, il avait plutôt tendance à les faire parvenir par d'autre. Mais, ses paroles avaient plus ou moins dépassé sa pensée, et il avait sorti cette phrase. Un changement dans l'air se fit ressentir alors entre les deux hommes. Changement également visible sur le visage de Raphaël et Seth ne manqua pas d'y discerner autre chose que de la sympathie. Était-il enfin parvenu à ses fins ? Avait-il réussi à faire perdre son calme au conseiller ? Sa réponse ne fut pas longue à attendre, le froncement des sourcils de celui-ci, puis le fait qu'il indique la porte du doigt, n'annonçait pas une suite des plus douces.

« Va y, ne te fais pas prier ! Si vraiment ton avenir ne t'intéresse pas, alors tire-toi ! Je suis là pour tenter de t'aider moi, pas pour recevoir des menaces de ce genre... Qu'on soit clair : je ne suis dans aucun camp, et que tu réussisses ta vie ou croupisses en prison, mon salaire à la fin du mois sera exactement le même ! Alors libre à toi de rester et m'écouter, ou de partir faire ta tête de mule ailleurs ! » Un silence, tandis que les deux hommes ne se lâchaient pas du regard. « Et sache que le monde n'est ni blanc ni noir. Tout comme toi tu as déjà fait de bonnes actions, moi j'en ai déjà faites de mauvaises, c'est ainsi ! »

Seth arqua un sourcil et resta dans son mutisme un instant. Même son corps ne semblait vouloir faire un mouvement. Il resta immobile un instant, comme s'il n'avait pas assimilé tout ce que son interlocuteur venait de dire. Il fallait qu'il enregistre ses paroles, qu'il les analyse. Il avait appris à faire depuis qu'il était ici, auparavant, il prenait tout dans le sens premier sans réfléchir, mais désormais, il ne pouvait plus se le permettre, ici tout le monde cache quelque chose derrière ses mots. Puis, ça lui frappa enfin, comme une illumination, comme si l'intelligence avait enfin fait le tour de sa caboche et qu'il comprenait. Le conseiller se foutait de le voir partir, lui ne gagnait rien à le garder ici. Alors Seth ne pourrait pas toujours profiter des gens et de ce qu'il sait. Il se passa un long moment avant que quelque chose sorte enfin de la bouche du jeune brun. Dommage que la première chose qui s'extirpa de ses lèvres soit un rire. Et quel rire, puisque celui-ci dura un moment tandis que le garçon se dandiner sur sa chaise en se tenant les côtes. Quand enfin celui-ci se stoppa, l'Américain se leva de sa chaise, essuyant, au passage, une larme au coin de son œil.

Alors vous êtes comme ça. Je ne suis pas sûr que le fait de n'en avoir rien à foutre du sort des gens qui vienne vous voir soit un bon point pour l'administration de Kyrie. Enfin, ça n'a pas d'importance.» Il se mit à côté de la fenêtre pour observer l'extérieur. « Mais vous avez au moins le mérite d'être franc. Ça me plaît bien. »

C'est vrai, il aimait les personnes qui disent ce qu'elles pensent sans détour. Et lui-même avait tendance à le faire, que ça soit du positif ou du négatif. Il venait de le faire avec le conseiller. Certes, à sa place, il n'avait pas vraiment le droit de se positionner en tant que personne qui juge. Il outrepassait son simple rôle de pensionnaire de l'institut. Mais il fallait qu'il le dise, il l'aimait bien ce gars, même s'il avait tendance à haïr les gens de l'administration ou quoi que ce soit qui ai un rapport avec cet endroit. Seth se tourna de nouveau vers l'autre.

«  Pourquoi irais-je faire ma « tête de mule » ailleurs, alors que vous êtes là pour me voir le faire ? Vous l'avez dit vous-même, vous recevrez la même paye à la fin du mois. N'est-ce pas ? » Il traversa la pièce d'une démarche qu'il laissait penser qu'il jouait. « Il n'empêche que, vous avez répondu à ma question. Du moins, c'est ce que j'ai cru comprendre. » Il vint ensuite se placer devant le bureau de Raphaël, y posa ses deux mains et le regarda.« Pourquoi irais-je faire ma « tête de mule » ailleurs, alors que vous êtes là pour me voir le faire ? Je vais faire un effort. » Il s'assoit finalement sur la chaise qu'il avait quittée quelque temps auparavant, croisant une jambe au-dessus de l'autre. « Je vous écoute. Profitez-en, ça ne dure pas longtemps généralement. »

Ce n'était pas de la provocation à proprement dit, c'était la façon d'être de Seth. Il était rare pour lui de ne pas jouer un peu avec les gens. Il aimait paraître un brin mutin. L'Américain n'aimait pas vraiment que l'on essaye de changer qu'il était, ou même qu'on lui fasse comprendre que ça façon de vivre n'était pas ce qui était le plus adapter. De ce fait, il passait le plus clair de son temps à se moquer, à énerver le personnel de l'établissement. L'effort qu'il faisait-là été chose rare, et dans un sens, cela montrer qu'il éprouvait un minimum de respect pour Raphaël. Il ne restait plus qu'à si le conseiller avait compris ce que Seth essayait de lui transmettre, ou s'il refusait d'avoir à le supporter plus longtemps.




Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
Who am i !

Qui a dit que l'orientation était une affaire sérieuse ? [ PV Raphaël ]

MessageSujet: Re: Qui a dit que l'orientation était une affaire sérieuse ? [ PV Raphaël ] Sam 29 Nov - 15:28





Qui a dit que l'orientation était une affaire sérieuse ?


Feat Seth Adams




Un long silence suivit les propos de Raphaël. Le conseiller d'orientation, ne quittant pas des yeux son élève récalcitrant, attendait de voir sa réaction. Allait-il partir en claquant la porte, l'insultant de tous les noms qui lui passait par la tête ? Ou allait-il s'asseoir et l'écouter bien sagement ? L'employer n'avait pas trop d'espoir quant à la deuxième solution, mais ça ne lui coûtait rien d'essayer de le faire réagir... Si certains sont plus ouverts aux conversations calmes et posées, d'autre on besoin d'être houspiller pour enfin accorder leurs attentions, c'était comme ça...
Contre toute attente, ce ne fut aucune des deux possibilités envisagées par Raph que choisit Seth, mais une toute autre : il se mit à rire...
À rire, comme ça, toujours assit sur sa chaise, d'un rire qui résonnait contre les murs de la pièce et fit lever un sourcil au conseiller. Finalement l'élève se leva, reprenant son souffle, avant de se diriger vers la fenêtre la plus proche.
- Alors vous êtes comme ça. Je ne suis pas sûr que le fait de n'en avoir rien à foutre du sort des gens qui vienne vous voir soit un bon point pour l'administration de Kyrie. Enfin, ça n'a pas d'importance. Raphaël ne le quittait pas des yeux, suivant le moindre de ses mouvements. Il aurait bien tenté de s'expliquer une nouvelle fois, dire au gamin face à lui qu'il avait mal interprété ses propos, mais il n'en avait plus la force... De toute façon, les jeunes comprenaient toujours ce qui les arrangeaient. Il aurait beau s'expliquer en large et en travers, il trierait lui-même les informations qu'il recevra... Non, Raphaël n'en avait pas rien à foutre de ses élèves, sinon il n'aurait eu aucun intérêt à venir travailler ici, il était simplement conscient que si quelqu'un ne veut réellement pas s'en sortir, l'en obligé était voué à l'échec. Au mieux, on parviendrait à lui trouver une stabilité provisoire, mais, sans motivation personnelle, il finirait inexorablement par rechuter... Mais vous avez au moins le mérite d'être franc. Ça me plaît bien. Pour toute réponse, l'homme agita sa main d'un geste las, se levant à son tour pour s'approcher du jeune homme se retournant lui aussi en sa direction.
Seth n'était pas idiot, loin de là. En règle générale, rare étaient les manipulateurs à être débile, d'ailleurs. Et Seth en était un, qu'il en soit ou non conscient. Ses questions, sa façon d'être... Il était de ceux cherchant à récolter le maximum d'informations sur une personne pour ensuite pouvoir la manipuler à sa guise.
Raph avait déjà pratiqué ça, avec certaines personnes, il n'était donc pas dupe...
À petite dose, ce n'était pas vraiment une méthode dangereuse, et nombre de personnes la pratiquait sans réellement le savoir, mais quand on en abusait, ça pouvait devenir pervers.
- Pourquoi irais-je faire ma « tête de mule » ailleurs, alors que vous êtes là pour me voir le faire ? Vous l'avez dit vous-même, vous recevrez la même paye à la fin du mois. N'est-ce pas ? Raphaël le suivit du regard, sans un mot. Il n'empêche que, vous avez répondu à ma question. Du moins, c'est ce que j'ai cru comprendre. Retournant s'asseoir à sa place, il se contenta d'hausser les épaules, sans quitter Seth des yeux. Oui, il avait en partie répondu à la question, mais ce n'était pas suffisamment détaillé pour que quiconque puisse comprendre quoi que ce soit. Après tous, chacun a sa limite niveau criminalité, et si pour certains insulter n'était rien du tout, pour d'autre ça revenait à de la délinquance mineur... Seth ne pouvait donc pas savoir exactement à quelle échelle en était le conseiller. Je vous écoute. Profitez-en, ça ne dure pas longtemps généralement. Raphaël sourit, d'un sourire sûr et non pas mielleux ou rassurer comme il aurait pu le faire en voyant son rendez-vous enfin attentif, avant de reprendre.
- Toi qui as l'air d'aimer poser des questions et t'immiscer dans la vie privée des gens, tu n'as jamais pensé à faire reportère ? Il souriait toujours, fouillant dans son bureau pour en ressortir une grosse encyclopédie des différents métiers envisageable. Je te l'ai dit, je suis là pour vous aider à vous réorienter, mais je le suis aussi pour trouver quelque chose qui corresponde à vos profils... Tu peux tous faire, de simple caissier à cardiologue si tu t'en donnes les moyens ! Suffit d'être passionné et de donner le meilleur de toi-même ici, afin de pouvoir en ressortir avec un casier judiciaire aussi vierge qu'une bonne sœur du 16 ème siècle ! Tendant une feuille à Seth, il lui sourit de manière un peu plus douce. Et si jamais tu n'as aucune idée de métier, alors nous avons ce genre de test pouvant t'aider à te créer un profil... Alors, des questions ?




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 295
Date d'inscription : 03/02/2014
Who am i !

Carte d'identité
Les relations:
Son crime:

Qui a dit que l'orientation était une affaire sérieuse ? [ PV Raphaël ]

MessageSujet: Re: Qui a dit que l'orientation était une affaire sérieuse ? [ PV Raphaël ] Dim 30 Nov - 3:26

Raphaël StDenis Ҩ Seth Adams
Qui a dit que l'orientation était une affaire sérieuse ?


Positionner sur sa chaise, comme au début de l'entretient, Seth se tenait enfin tranquille. Et rare était ces moments-là chez l'Américain. Il aime passer son temps à bouger, à fouiner là où il ne devrait pas. Le rendre attentif n'était pas chose simple. Mais, ici, la chose était différente, il avait pris cette décision seul, donc il ne devrait pas avoir trop de problèmes à se tenir. Une fois que celui-ci termina son monologue et se décida à lancer sa perche au conseiller, il vu enfin un sourire se dessiner sur son visage. Adieu les sourcils froncés alors ? Dommage, ça lui donnait un air vraiment intéressant. Enfin, il était désormais tant d'écouté les sages paroles de Raphaël.

« Toi qui as l'air d'aimer poser des questions et t'immiscer dans la vie privée des gens, tu n'as jamais pensé à faire reporter ? » La réflexion fit sourire l'Américain, tandis que Raphaël fouille dans son bureau et en sort une sorte de gros livre. « Je te l'ai dit, je suis là pour vous aider à vous réorienter, mais je le suis aussi pour trouver quelque chose qui corresponde à vos profils... Tu peux tous faire, de simple caissier à cardiologue si tu t'en donnes les moyens ! Suffit d'être passionné et de donner le meilleur de toi-même ici, afin de pouvoir en ressortir avec un casier judiciaire aussi vierge qu'une bonne sœur du 16 ème siècle !» La comparaison fit sourire Seth de plus belle. Puis le conseiller lui tend ensuite une feuille que le jeune homme prend. Jetant un œil sur ce qui est noté. « Et si jamais tu n'as aucune idée de métier, alors nous avons ce genre de test pouvant t'aider à te créer un profil... Alors, des questions ? »

Seth réfléchissait aux paroles de l'homme face à lui. Il avait réussi à cerner l'Américain. Ce n'était difficile vu sa façon plutôt directe de poser des questions en rapport avec la vie privée de la personne. S'il s'imaginait reporter ? Non, ce n'était pas vraiment son truc. Il ne se voyait pas faire des recherches sur des thèmes imposer par un patron. Quitte à faire ce genre de chose, autant être son propre patron, être libre de prendre les mesures qui lui plaisent et les sujets auxquels il porte un véritable intérêt. Le garçon repose alors la feuille de test sur le bureau de Raphaël, un sourire sur le visage.

« Faire des reportages ne m'intéresse pas. J'aime fouiller dans leur vie, mais pas forcement divulguer ça au monde entier. Je veux juste que ça me serve à moi, c'est mon intérêt d'abord, et celui des autres ensuite. Je serais bien obliger de faire des concessions. Que je le fasse pour une personne, un peu comme un détective » Il laisse échapper un rire. « Hormis celui-ci, vous sauriez trouver quelque chose comme ça, dans votre machin-là ? » Dit-il tout en indiquant le livre d'un mouvement de tête.

Peut-être que le conseiller parviendrait à faire changer Seth d'avis, le pousser à se rendre meilleur, à faire des efforts pour s'en sortir. L'avenir est encore incertain. Pour le moment, l'optique était bonne et il ne ressortait que du positif de cet entretient, ceci malgré le changement qu'il y avait eu quelques minutes auparavant. Mais dieu sais à quel point il est difficile de faire changer une personne, d'autant plus quand celle-ci refuse l'aide prodiguée. L'Américain ne la refusait pas entièrement, disons qu'il se trouvait encore dans une phase de déni où il considère qu'il n'a pas besoin d'aide. Une phase où il pense que ces actions ne lui porteront pas préjudice.

« Ça vous est venu comment, à vous ? Du jour au lendemain, vous vous êtes dit que vous alliez aider les gens comme moi ? Ou c'est une "vocation" comme on dit ? Vous avez fait ça dans une école normal avant ? »

Il reprenait ses questions de plus belle. Comme une boucle infinie, il reviendrait toujours à l'interrogation, quoi que l'on puisse lui dire. C'était plus fort que lui.



HRP:
 


Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
Who am i !

Qui a dit que l'orientation était une affaire sérieuse ? [ PV Raphaël ]

MessageSujet: Re: Qui a dit que l'orientation était une affaire sérieuse ? [ PV Raphaël ] Dim 30 Nov - 12:30





Qui a dit que l'orientation était une affaire sérieuse ?


Feat Seth Adams




Au grand étonnement de Raphaël, Seth ne pipa mot durant toute la durée de son monologue, esquissant même un sourire à l'entende de la comparaison un brin salace de son casier et d'une nonne. Fier de ce changement d'attitude, bien qu'il le savait provisoire, le jeune conseiller d'orientation fit donc en sorte d'en dire le plus possible en le moins de temps impartie, histoire d'être sûr que les informations principales étaient parvenues aux oreilles du jeune homme. Finalement, après qu'il ait fini son speech, Seth lui répondit en souriant
- Faire des reportages ne m'intéresse pas. J'aime fouiller dans leur vie, mais pas forcement divulguer ça au monde entier. Je veux juste que ça me serve à moi, c'est mon intérêt d'abord, et celui des autres ensuite. Je serais bien obliger de faire des concessions. Que je le fasse pour une personne, un peu comme un détective. L'homme hocha la tête, comprenant ce que son élève voulait dire et satisfait à l'idée qu'il ait de lui-même énoncé la vérité qu'il s'apprêtait à dire lui-même. À savoir qu'il devrait de toute façon faire des concessions s'il voulait avancer... Hormis celui-ci, vous sauriez trouver quelque chose comme ça, dans votre machin-là ?
- Détective, c'est une possibilité envisageable, bien que ce ne soit pas un métier à proprement parler... Il réfléchit, s'adossant à son dossier tout en tapotant discrètement sur le bord de son bureau. Si tu comptes faire détective privé, en free-lance, il n'y a pas vraiment d'étude... C'est à toi de trouver tes clients et de faire ta propre pub, mais tu auras du mal à gagner ta vie ainsi... Sinon, tu peux faire détective pour certaines organisations, ou même dans un cabinet agrée, auquel cas tu as le choix entre deux années d'études en « Ifar » (Institut de formation des agents de recherches) ou une licence en « pro activité juridique, spécialité agent de recherches privées ». Mais pour tous ça, il faut que tu obtiennes ton diplôme de fin d'année... Non pas que je doute de tes capacités, tu es un garçon très intelligent ça, je n'en doute pas, mais tu m'as l'air un peu flegmatique... Il faudrait te donner un petit coup de booste, c'est tout. Raphaël souriait, tendant les deux feuilles concernant les probables poursuites d'étude à Seth. Tiens, tu peux les garder et les lires plus tard, ça t'engage à rien. Sans quitter des yeux l'Américain, l'homme rangea le reste des feuilles qui traînait sur le bureau dans un classeur, et se rajusta sa position sur son fauteuil. Il commençait à avoir mal au cul...
- Ça vous est venu comment, à vous ? Du jour au lendemain, vous vous êtes dit que vous alliez aider les gens comme moi ? Ou c'est une "vocation" comme on dit ? Vous avez fait ça dans une école normal avant ? Raphaël haussa un nouveau sourcil, son classeur toujours en main, avant de comprendre ce qu'était en train de lui demander Seth. Réfléchissant rapidement à ce qu'il pouvait ou non dire, le conseiller en conclu finalement que cette vérité ne risquait rien, et répondit.
- Ce n'est pas à proprement parler une vocation, mais pas loin... Disons que j'ai eu le goût de ce métier grâce au conseiller d'orientation de mon ancien lycée et que, quitte à aider les élèves à trouver leurs voies, autant le faire avec ceux en ayant le plus besoin... Les autres, ceux sans problème, ont souvent une idée de l'avenir qui les attend, alors qu'ici je pense que mon métier à plus de chance de service à ceux en ayant besoin... J'ai travaillé 1 an dans un collège et 4 dans un lycée, mais c'est dans ce genre d'institut que j'avais réellement envie de me poser... Voilà, j'ai répondu à ta question ? T'en a d'autre en stock ? Si possible, sur ton avenir plus que sur mon passé.
Il avait dit ça en souriant, presque amusé, avant de poser ses coudes sur la table et d'observer le jeune homme à l'aube de sa vie d'adulte.




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 295
Date d'inscription : 03/02/2014
Who am i !

Carte d'identité
Les relations:
Son crime:

Qui a dit que l'orientation était une affaire sérieuse ? [ PV Raphaël ]

MessageSujet: Re: Qui a dit que l'orientation était une affaire sérieuse ? [ PV Raphaël ] Lun 1 Déc - 2:24

Raphaël StDenis Ҩ Seth Adams
Qui a dit que l'orientation était une affaire sérieuse ?


Lorsque Seth avait enfin émis une idée de métier, le conseiller en profita. Il fut rapide et efficace à réagir. Comme s'il savait pertinemment que ça ne durerait pas longtemps. Il lui avait fourni les informations nécessaires en un temps relativement court. L'Américain trouva même l'échange plutôt fructueux et ne renonça pas aux feuilles d'information que l'autre homme lui avait tendues, bien qu'il n'y jetât pas un œil, il les rangea dans la poche intérieure de sa veste. En se disant qu'il prendra peut-être le temps de les regarder plus tard. Pour le moment, c'est ce qu'il se passer dans la salle qui l'intéressait. Tant que Raphaël parviendrait à faire en sorte que Seth soit attentif, les choses se passeront bien et l'Américain reviendra au sujet de base, mais si jamais il commence à sentir l'ennuie, cette volonté de voir une autre facette du conseiller lui titillera l'esprit. Finalement, une fois le sujet abordé et les choses dites, venait la question de Seth, et l'homme, bien qu'à première vue semblait récalcitrant à répondre, finit par lui dire.

« Ce n'est pas à proprement parler une vocation, mais pas loin... Disons que j'ai eu le goût de ce métier grâce au conseiller d'orientation de mon ancien lycée et que, quitte à aider les élèves à trouver leurs voies, autant le faire avec ceux en ayant le plus besoin... Les autres, ceux sans problème, ont souvent une idée de l'avenir qui les attend, alors qu'ici je pense que mon métier à plus de chance de service à ceux en ayant besoin... J'ai travaillé 1 an dans un collège et 4 dans un lycée, mais c'est dans ce genre d'institut que j'avais réellement envie de me poser... Voilà, j'ai répondu à ta question ? T'en a d'autre en stock ? Si possible, sur ton avenir plus que sur mon passé. »

Alors, il y avait vraiment des gens qui pouvaient donner envie à d'autre de faire un métier. On ne peut pas dire que ce fut le cas pour le jeune brun. Les personnes qui ne mettaient aucune volonté dans leur manière de travailler, il en avait croisé un bon nombre, il pensait même que c'était l'une des raisons qui l'avait poussé à ne plus se rendre en cours, puis pour finir par se faire déscolariser. Les profs mous, ceux sans autorité ou bien ceux qui passent leur vie à hurler sur leurs élèves. Seth était bien une de leur cible préférer, non seulement, il n'était bon dans presque aucune matière, mais en plus, c'était un délinquant notoire et tout son lycée en avait eu vent. Enfin, même dans sa famille, il n'avait pas vraiment eu d'exemple qui peut faire envie. Son père n'était pas capable d'obtenir une promotion et sa mère passer son temps à s'occuper du cul d'abruti pas foutu de faire attention et de malades. Raphaël avait eu de la chance de tomber sur ce genre de personne, qui sait, si Seth avait eu cette chance peut-être ne se trouverait-il pas ici. Mais le destin en a voulu autrement. Et ce que fait le conseiller à présent est tout à fait honorable, cette volonté d'aider son prochain en sortirait peut-être plus d'un de la misère que pouvait représenter cet internat. Pour le coup, Seth se sentait chanceux d'avoir droit à cette aide, bien que ce sentiment ne dure sûrement que peu de temps.

« Parfait, merci » Dit-il en collant son dos pour le dossier de la chaise. « On apprend plus de choses en consultant le passé qu'en essayant de deviner son futur. Alors si j'ai d'autre question en stock. Oui, et je compte bien les poser. » Son regard fit le tour du bureau. « Maintenant, si vous tentez de me cantonner à un seul sujet, ça risque d'être contre-productif.  Et j'aimerais d'autant plus que cet entretient me soit profitable aussi bien pour mon présent que pour mon futur. Alors il faut que je rentabilise mon temps passé avec vous. »

Il se leva de nouveau, décidément, il n'aimait vraiment pas rester assis le cul sur une chaise, surtout lorsqu'une discussion est en cours. Il faut dire que ces chaises n'étaient pas ce qu'il y avait de plus confortable, le pauvre conseiller était bien à plaindre de devoir rester assis sur un truc pareil toute la journée. L'Américain se dirigea de nouveau vers la fenêtre, jetant un coup d'œil par celle-ci. Une légère pluie se presser de tomber à l'extérieur tandis que des rayons de soleil tenté timidement de percer à travers les nuages, Seth souriait emprunt d'une douce mélancolie qu'on ne lui prêterait pourtant pas.

« Vous pensez que les gens d'ici pourront vraiment s'en sortir ? » Il se colla au mur adjacent les bras croisés. « Et vous pensez que vous vous en sortirez indemne ? Vous avez l'air d'un dur, mais qui sais ce que les gens sont capables de faire avec votre esprit dans cet endroit. »






Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
Who am i !

Qui a dit que l'orientation était une affaire sérieuse ? [ PV Raphaël ]

MessageSujet: Re: Qui a dit que l'orientation était une affaire sérieuse ? [ PV Raphaël ] Lun 1 Déc - 18:51





Qui a dit que l'orientation était une affaire sérieuse ?


Feat Seth Adams




Pour sa plus grande satisfaction, Raphaël était parvenu à divulguer toutes les informations importantes à Seth avant que ce dernier ne se désintéresse de ses dires. Autant dire que le jeune conseiller d'orientation était fier de lui, presque autant que de son élève d'ailleurs. Il appréciait l'effort que faisait ce dernier pour s'intéresser au flot d'informations qui déferlait à ses oreilles, malgré la complexité évidente de ces dernières pour un néophyte.
Finalement, malgré ce que pouvaient dire certains, Seth n'était de loin pas un cas désespéré. Au contraire !
Non pas que ça réussite future ne faisait aucun doute, mais il avait ce il-ne-savait-quoi qui faisait la différence entre une personne capable de rebondir et celle qui se laissait aller à la facilité.
-Parfait, merci. Pour toute réponse, Raphaël lui décocha un nouveau sourire, parfaitement sincère, avant de ranger une pile de feuilles qui traîner sur le bord de son bureau. On apprend plus de choses en consultant le passé qu'en essayant de deviner son futur. Alors si j'ai d'autre question en stock. Oui, et je compte bien les poser. Bien évidemment, l'employé ne pouvait réfuter cette évidence, mais il n'empêchait pas que pour l'instant c'était tenté d'éclaircir l'avenir du garçon qui primait, et non pas tenter de comprendre pourquoi tel ou tel événements passés pouvaient influencer sur tel ou tel éléments présents. Aussi, Raphaël ne répondit rien, se contentant d'observer son jeune élève au caractère et aux opinions déjà bien affirmés. Maintenant, si vous tentez de me cantonner à un seul sujet, ça risque d'être contre-productif.  Et j'aimerais d'autant plus que cet entretient me soit profitable aussi bien pour mon présent que pour mon futur. Alors il faut que je rentabilise mon temps passé avec vous. À ces mots, l'homme acquiesça, suivant le trajet de Seth à travers son bureau.
- Je suis tout à fait d'accord. S'entendit-il répondre, souriant toujours au dos du jeune homme penché à sa fenêtre, nullement gêné des mouvements perpétuels de ce dernier. Après tous, s'il avait envie de bouger, qu'il bouge. Raphaël n'allait pas se prendre la tête avec lui pour un détail aussi insignifiant que ça... Surtout que, bon, si pour certains un tel comportement était irrespectueux, pour le jeune conseiller c'était simplement que son élève n'arrivait pas à rester en place trop longtemps, rien de plus.
- Vous pensez que les gens d'ici pourront vraiment s'en sortir ? Et vous pensez que vous vous en sortirez indemne ? Vous avez l'air d'un dur, mais qui sais ce que les gens sont capables de faire avec votre esprit dans cet endroit. Demanda t-il finalement, l'air toujours aussi sûr de lui, malgré l'évidence du doute se cachant derrière cette question en apparence innocente. Pour un peu, Raph aurait presque eut envie de le prendre dans ses bras.
Presque...
Il savait se tenir, tout de même !
Se levant à son tour, il se plaça face à Seth, le dépassant d'à peine quelques centimètres.
- Tu veux une réponse sincère ? Demanda t-il, le regard ancré dans celui du garçon. Te dire que tous pourront s'en sortir serait mentir, il y aura toujours quelques récidivistes, mais j'ai foi en la plupart d'entre vous, oui. Vous êtes jeunes, vous avez toute la vie pour réaliser vos erreurs, et pour vous rattraper... Je sais que certains, peut-être toi-même, se disent que rentrer dans le moule ne les mènerons pas plus au bonheur que leur pseudo-liberté, et je ne peux pas leur donner entièrement tord, mais un jour ils finiront par réaliser que lorsqu'on trouve un équilibre il nous ait possible d'être libre malgré le poids de la société. Mon seul souhait, c'est qu'ils le réalisent avant qu'il ne leur soit trop tard... Il sourit, doucement, avant de hausser les épaules d'un air nonchalant. En ce qui me concerne, je n'ai pas trop peur, non... Peut-être à tort, je ne dis pas, mais je sais que pour l'instant la passion m'anime toujours, donc je ne suis pas prêt de flancher. Et si un jour ça devrait être le cas, alors je demanderais simplement ma mutation ailleurs. Ne lâchant pas le regard du jeune homme, il continua. Et toi ? Tu n'as pas peur qu'un jour il t'arrive malheur, ici ou ailleurs, et que les choses échappent à ton contrôle ?




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 295
Date d'inscription : 03/02/2014
Who am i !

Carte d'identité
Les relations:
Son crime:

Qui a dit que l'orientation était une affaire sérieuse ? [ PV Raphaël ]

MessageSujet: Re: Qui a dit que l'orientation était une affaire sérieuse ? [ PV Raphaël ] Mar 2 Déc - 0:40

Raphaël StDenis Ҩ Seth Adams
Qui a dit que l'orientation était une affaire sérieuse ?


Sa dernière question posée, l'esprit de Seth dérivait sur tout un tas de choses, comme son regard qui ne quitta pas l'horizon visible par la fenêtre. Et tandis, qu'il se tenait encore là, debout, une présence se fit ressentir près de lui. Présence qui lui fit détourner les yeux, qui trouvent, par la suite, ceux du conseiller qui s'était rapproché de l'Américain. L'autre lui demanda s'il souhaiter une réponse sincère, à ceci le jeune brun hocha la tête. Il attendait, qu'est-ce que l'homme face à lui allait lui dire ? Ferait-il un discours fantasque digne de n'importe quel super-héros croyant qu'il est possible de sauver le monde, où serait-il du genre réaliste ?

« Te dire que tous pourront s'en sortir serait mentir, il y aura toujours quelques récidivistes, mais j'ai foi en la plupart d'entre vous, oui. Vous êtes jeunes, vous avez toute la vie pour réaliser vos erreurs, et pour vous rattraper... Je sais que certains, peut-être toi-même, se disent que rentrer dans le moule ne les mènerons pas plus au bonheur que leur pseudo-liberté, et je ne peux pas leur donner entièrement tord, mais un jour ils finiront par réaliser que lorsqu'on trouve un équilibre il nous ait possible d'être libre malgré le poids de la société. Mon seul souhait, c'est qu'ils le réalisent avant qu'il ne leur soit trop tard... » Il lui sourit une nouvelle fois, tout en haussant les épaules, Seth, lui, ne le lâchait pas du regard, pressé de connaître la suite. « En ce qui me concerne, je n'ai pas trop peur, non... Peut-être à tort, je ne dis pas, mais je sais que pour l'instant, la passion m'anime toujours, donc je ne suis pas prêt de flancher. Et si un jour ça devrait être le cas, alors je demanderais simplement ma mutation ailleurs. Et toi ? Tu n'as pas peur qu'un jour, il t'arrive malheur, ici ou ailleurs, et que les choses échappent à ton contrôle ? »

L'Américain détourna le regard pendant un moment. Le conseiller était réaliste, et c'est sûrement ça qui parviendrait à le faire réfléchir. Si les gens s'en donnent la possibilité, ils peuvent se sortir de cet endroit. S'il s'en donner la possibilité, il pourrait revoir son pays natal, sa famille, avoir une vie équilibrée. Mais une fois qu'il sera sorti, parviendra-t-il à se tenir éloigner de toutes les tentations ? On lui avait déjà donné une chance auparavant, lorsqu'il était entré dans une maison de correction alors qu'il était encore un adolescent, une fois sorti, il était retombé dans la délinquance en moins de temps qu'il en faut. Était-ce vraiment raisonnable de vouloir le faire sortir d'ici ? Mais s'il restait ici, deviendrait-il comme ceux des classes supérieurs, les crimes qu'il avait commis étaient moindre comparer aux leurs. Les fréquenter comme il le faisait ne le mènerais pas à commettre l'irréparable ? Mais encore une fois, il se perd en penser inutile, se ressasser le passé ne le fera pas avancer, et ce n'est pas cela qui lui fera répondre à la question posée par son interlocuteur.

« Vous avez encore de la chance, si jamais ça tourne mal, vous serez sauvé par votre mutation. Nous en revanche, nous n'avons pas cette chance. S'il arrive quelque chose, notre mutation ça sera de l'internat à une prison d'état. Enfin, si avec un peu de chance, ça sera dans notre pays natal. Un petit retour à la maison avant de retrouver la chaleur d'une cellule et des barreaux » Il laissa un rire sarcastique échapper de ses lèvres, puis il reprit pour répondre à la question de Raphaël « Les choses ont déjà échappé à mon contrôle, c'est d'ailleurs pour ça que je suis ici. » Il regarda le conseiller d'un air sérieux. « Si j'ai peur qu'il m'arrive malheur ? Pas vraiment, que ce soit ici ou ailleurs, on risque toujours quelque chose. Alors je ne vais pas avoir peur. De toute façon, on dit toujours que les choses n'arrivent jamais au hasard. S'il doit m'arriver malheur, alors c'est que ça devait se faire. » Il sourit finalement. « On n'échappe pas à son destin. »

Finalement, il relâcha les bras, qu'il porta ensuite dans ses poches, il souriait. Ça faisait longtemps qu'il n'avait pas eu une discussion sur autre chose que sur les méfaits qu'il avait commis, une discussion qui ait pu le faire réfléchir, ça le revigorait dans un sens. A force de parler d'un même sujet à longueur de temps, on finit par se lasser des relations humaines. Seth laissa échapper un léger rire, un vrai, cette fois-ci.

«  Je ne le pensais pas en entrant ici, mais vous êtes plutôt cool comme gars. »






Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
Who am i !

Qui a dit que l'orientation était une affaire sérieuse ? [ PV Raphaël ]

MessageSujet: Re: Qui a dit que l'orientation était une affaire sérieuse ? [ PV Raphaël ] Mar 2 Déc - 11:13





Qui a dit que l'orientation était une affaire sérieuse ?


Feat Seth Adams




Une fois de plus Seth ne dit rien, laissant le jeune conseiller d'orientation finir de parler sans accro.
Raphaël avait joué la carte de la sincérité, tout comme il aurait souhaité que certains de ses profs le fasse à l'époque où il était lui-même élève... Ça lui aurait évité de faire pas mal de conneries, d'ailleurs. Même si certaines auraient été inévitables, vu qu'elles avaient contribué à la maturation du jeune homme.
Sans elles, il ne serait jamais devenu l'homme qu'il était aujourd'hui, que cela soit pour le meilleur ou pour le pire...
Lorsqu'il avait pris la décision de faire ce métier, Raphaël avait par la même prit celle de ne pas recréer les erreurs de ses prédécesseurs, et il comptait bien s'y tenir.
- Vous avez encore de la chance, si jamais ça tourne mal, vous serez sauvé par votre mutation. Nous en revanche, nous n'avons pas cette chance. S'il arrive quelque chose, notre mutation ça sera de l'internat à une prison d'état. Enfin, si avec un peu de chance, ça sera dans notre pays natal. Un petit retour à la maison avant de retrouver la chaleur d'une cellule et des barreaux. L'homme ne répondit rien, il savait que c'était la triste vérité, et que si mentir ni confirmer ce malheureux fait ne pourrait aider qui que ce soit à avancer... Les choses ont déjà échappé à mon contrôle, c'est d'ailleurs pour ça que je suis ici. Raphaël hocha la tête, comprenant parfaitement ce que Seth voulait dire bien que ça ne répondait pas exactement à sa question. Il parlait plus d'une bagarre avec plus fort que lui et qui pouvait déraper ou de quelqu'un l'entraînant encore plus profondément dans la délinquance, mais soit. Si j'ai peur qu'il m'arrive malheur ? Pas vraiment, que ce soit ici ou ailleurs, on risque toujours quelque chose. Alors je ne vais pas avoir peur. De toute façon, on dit toujours que les choses n'arrivent jamais au hasard. S'il doit m'arriver malheur, alors c'est que ça devait se faire... On n'échappe pas à son destin.
Quel fatalisme... À peu près comme tous ceux présents ici, qui pensaient que s'ils étaient là c'était que, quelque part, une force supérieure en avait décidé ainsi. Que cette dernière se prénomme Dieu ou le destin, voir que ces deux termes ne soit qu'une seule et même personne... Je ne le pensais pas en entrant ici, mais vous êtes plutôt cool comme gars. En réponse, Raphaël sourit, révélant sa dentition légèrement jaunie par la cigarette, mais néanmoins plus blanche que certains
- Merci ? Demanda t-il, amusé par la franchise de son élève. Toi aussi t'es plus cool que ce que disent certaines personnes ici. Puis, posant une main sur l'épaule du garçon, il la tapota légèrement. C'était le maximum qu'il pouvait se permettre. Tu as encore des questions ? Sinon, ma porte est toujours ouverte, n'hésite pas à passer si tu as la moindre question qui te vient ! Pas personnelles, bien entendu. Rajouta t-il, un sourire en coin.




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 295
Date d'inscription : 03/02/2014
Who am i !

Carte d'identité
Les relations:
Son crime:

Qui a dit que l'orientation était une affaire sérieuse ? [ PV Raphaël ]

MessageSujet: Re: Qui a dit que l'orientation était une affaire sérieuse ? [ PV Raphaël ] Mar 2 Déc - 14:33

Raphaël StDenis Ҩ Seth Adams
Qui a dit que l'orientation était une affaire sérieuse ?


« Merci ? » Le jeune brun rit au ton un peu interrogatif.  « Toi aussi, t'es plus cool que ce que disent certaines personnes ici. »  Le conseiller posa une main sur l'épaule de Seth, puis il la tapota légèrement. L'Américain le regarda faire, plutôt surpris du geste. «Tu as encore des questions ? Sinon, ma porte est toujours ouverte, n'hésite pas à passer si tu as la moindre question qui te vient ! Pas personnelles, bien entendu. »

« Dommage, je préfère les questions personnelles. » Rit-il.

Seth se décrocha alors du mur sur lequel il avait pris appuie. Il fit quelques pas dans la salle avant de se diriger vers la porte, attrapant la poignée de portes. Il se tourna finalement vers le conseiller.

« Je reviendrais peut-être vous voir un de ces jours. » Il ouvrit finalement la porte. « Et merci du temps accordé. »

Il avait beau être un délinquant, il n'en oubliait pas la politesse que ça mère lui avait inculqué. Puis il pouvait bien le remercier, Raphaël avait pris du temps pour lui, et ce, malgré le fait que l'Américain a été un peu insolent au début. Au fond, peut-être que ça lui avait fait du bien de parler avec un adulte. D'avoir quelqu'un pour lui donner un peu d'aide pour son avenir. Lui qui avait tendance à refuser l'aide extérieure, ou du moins l'aide à laquelle il n'avait pas fait appel par lui-même. Enfin, il sortit de la pièce d'un pas lent, prenant tout de même le temps de refermer la porte derrière lui. Seth remonta doucement le col de sa veste pour palier au froid qui peser dans le couloir. Désormais, il n'avait plus qu'à réfléchir aux paroles de Raphaël, aux informations qu'il lui avait fourni, et peut-être enfin réfléchir à un avenir autre que la prison. S'il lui était possible de s'en sortir, peut-être devrait-il se donner une chance. Mais ça, seul l'avenir nous le dira.



HRP:
 


Revenir en haut Aller en bas
" Contenu sponsorisé "
Who am i !

Qui a dit que l'orientation était une affaire sérieuse ? [ PV Raphaël ]

MessageSujet: Re: Qui a dit que l'orientation était une affaire sérieuse ? [ PV Raphaël ]
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Il était une fois... Carrefour!
» Entraînement d'orientation
» je croyais que c'était terminer...
» Ce n'était pas le moment de me déranger ! || PV Ginny Weasley
» Le moment était mal choisi [PV Robin-Edward]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: .:Archives:. :: Rp's terminés-