AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

avatar
Messages : 410
Date d'inscription : 28/04/2014
Age : 21
Localisation : France.
Who am i !

Carte d'identité
Les relations:
Son crime:

Sonnent les cloches.

MessageSujet: Sonnent les cloches. Mer 14 Jan - 22:04


CORPSE²


Mars, cycle 2

Dimanche, 15h00 - Clocher,

Aujourd'hui t'avais décidé de sortir de ton trou à rat qui te sert de chambre, de repère même. Ouais, tu voulais te balader un spliff au bec. Toi et ton long manteau en cuir. Toi et tes rangers noir aux pieds. Toi et ton pantalon pourpre tout déchiré. Ouais, tu t'étais réveillé de bonne humeur pour une fois. Tu voulais te fondre dans la masse. Et c'est ce que tu fis, tu te baladais sur la place principale, tu cherchais aussi ton dealeur, il t'avait déposé dans une boite au lettre ta cam, ta beuh, ton héro et tout autre stupéfiants. Tu t'étais fait plaisir. Comme d'hab. Tu peux plus t'en passer de toute façon. Ouais, malheureusement, tu te perds dans ces brumes opaques qui te procurent du plaisir. Un plaisir qui n'est jamais assouvi. Ouais, un plaisir futile aux yeux des autres mais tellement important pour ta misérable petite personne. Et tu regardais de ton banc en marbre, les gens passés, les gens pressés, les gens apeurés par tu-ne-sais-quoi, tu ne sais qui. Et ça te plaisait, tu faisais attention à ce qu'il n'y est pas de flic aux alentours qui pourrait sentir la délicieuse odeur qui sort de ta cigarette. Et t'aperçus le clocher tout en haut, celui qui affiche l'heure de l'île entière. Le pilier, ce monument historique. Il te faisait de l'œil. Ouais, c'est sur, il veut que tu montes en haut. Là-bas, tu auras une vue encore plus belle. Tu auras une vue d'ensemble, tu pourrais même voir l'internat où on t'a fourré parce qu'on voulait plus de toi, parce que tu n'étais qu'une tache pour tes parents, ouais une putain de merde qu'on rejetait. Combien de fois, tu as pleuré pour savoir pourquoi ils ne prêtaient jamais attention à toi. Combien de fois où tu as sauté des repas, le ventre noué pour comprendre pourquoi tu étais devenue comme ça. Une junkie sans aucun rêve, une junkie qui délaisse son groupe de musique qui avant le chérissait. Une junkie, devenu aussi pale qu'un cadavre, aussi muet qu'une pierre. Ouais. ça fout les boules ton avenir, ça je le sais, mais faudrait te réveiller, faudrait que quelqu'un vienne te botter le derrière pour que tu sortes de cette léthargie.

Et tu zigzagues entre les passants pour arriver au pied du clocher, tu le regardes un instant, et tu montes les petits escaliers étroits en bois pas super solide. Toi qui as le vertige, c'est un exploit, mais aujourd'hui, tu as envie de te surpasser, ouais, tu veux prendre l'air plus de 15 min. Record, depuis maintenant plus de deux mois. Ouais, depuis qu'il est parti, ton petit bijou, ton frère Damon. Mais cette plaie est encore toute fraîche, tu la sais, elle remue, elle refait surface en montant ces marches. C'était l'endroit où vous alliez quand vous étiez petits. Ouais, vous vous amusiez à escalader le plus vite possible. Et souvent, il te ramassait à la petite cuillère à cause de ton vertige. Et une larme de plus roula sur ta joue. Une larme de plus, encore une, et encore une. Et tu essuies ta joue d'un revers de la main, une fois de plus. Et tu t'effondres arrivés jusqu'au sommet, et tu pleures en essayant de regarder les passant de hauts, mais tout est brouillé, ton joint déballe les escaliers, un de perdu 10 de retrouver comme on dit. Et tu en roules un autre et encore un autre, cette rengaine t'épuise. Métro boulot hero et dodo. C'est ça ta vie. Et pour l'énième fois de la journée, tu te sniffes une raille de coc. Quelle vie monotone putain.

Et tu t'assis, le regard dans le vide, observant les passants. T'as que ça à foutre de toute façon. Et t'es bien trop foncedé pour réfléchir à quoi que ce soit. Ça te percute les neurones, àa te fait tourner alors que tu restes statiques. Ouais, vive les effets de la drogue, mais au moins tu te sens bien. Tu redeviens le cadavre que tu as toujours été.
Codage fait par Corpse²
Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
Who am i !

Sonnent les cloches.

MessageSujet: Re: Sonnent les cloches. Jeu 15 Jan - 22:43

   
   
   

   
Sonne les cloches

   
Aujourd'hui c'était mon dernier jour de repos, enfin je venais d'arriver ici. J'avais vu l'endroit ou j'allais travail. Un endroit avec plein de délinquants et de délinquantes, des jeunes qui jouent les grands alors qu'ils n'ont que trois poils sur les fesses et qui crache encore du lait par le nez. Enfin, demain, je serai bien obliger de les supporter ses petits monstres, mais bon, il ne me connaisse pas. Je ne suis pas un bisounours. Je marchais dans les rues de cette nouvelle ville, l'Australie va me manquer. Je marchais et mon regard se posa sur une femme, elle zigzagué de droite à gauche, de gauche à droite. Je levai un sourcil, j'avais l'impression d'avoir déjà vu cette scène. Je n'étais pas quelqu'un qui suivait les autres, mais aller savoir pourquoi je suivais cette femme que je ne connaissais ni d'Adam, ni d'Eve.

Je la suivais, elle entra dans un clocher. Je soupirais, que va-t-elle fabriquer dans un clocher, a part voir le paysage, il n'y a pas grand chose à faire la dedans. Je la suivais à l'intérieur, je n'avais même pas fait gaffe, mais j'avais fait une filature, je montais les escaliers. J'avais déjà vu cette scène, mais avec qui ? Je m'arrêtai et je marchais sur quelque chose, je m'arrêtai et je reculais, pour voir ce que cela était. Je m'abaissais pour voir ce que cela était et je puis que constaté que c'était de la drogue. Je soupirais, je savais ou j'avais vu cela, ma petite sœur, mais heureusement que ce n'est pas ma petite sœur, mais bon je ne peut pas la laisser comme cela. Je montais les escaliers, cette femme devait être défoncée.

J'étais montais au sommet, en regardant un peu partout, je la vis. Je soupirais, elle était vraiment en mauvais état. Voici ce que font les ravages de la drogue, ce n'est pas vraiment joli.

" Et bien, dit donc, tu ne t'ai pas raté. Franchement, tu es défoncé à bloc. " Dis-je en soupirant. " Tu dois plus être super consciente de tes actes, je ne sais même pas si tu m'entends. En tout cas, je ne peux pas te laisser ici et puis je ne connais pas la ville. Si tu m'entends sache que je vais t'amener dans un Hôtel pas loin d'ici. Bon je vais te porter. "

Je regardais autour de moi, je ne sais pas quand va sonner, je ne sais même pas si cette cloche va sonner. Je me mis à sa hauteur pour la porter, j'espère juste qu'elle ne sera pas malade pendant le trajet. Enfin après je m'en fiche, je devrai juste mettre mon beau costard au pressing.

" Si tu ne te sens pas bien, hésites pas à me le dire. Je m'arrêterais soldat. "

Et voilà, j'avais encore fait une gourde, quand est-ce que je vais comprendre que je suis plus à l'armée.




   
Et c'est pas fini ...
Joueurs



   
Allie C. Skydink
















































   © Halloween



   
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 410
Date d'inscription : 28/04/2014
Age : 21
Localisation : France.
Who am i !

Carte d'identité
Les relations:
Son crime:

Sonnent les cloches.

MessageSujet: Re: Sonnent les cloches. Ven 16 Jan - 17:56


CORPSE²


Mars, cycle 2

Dimanche, 15h00 - Clocher,

Et tu attendais, tu attendais un dé-clique, une réaction de ta part qui te ferait sentir mieux. La drogue te polluait la tête. Elle te contaminait tellement les neurones que tu ne savais plus où tu étais. ça faisait longtemps que tu ne t’étais pas sentie comme ça. ça faisait tellement longtemps que tu n’avais pas pris de si grande dose. T’avais du mal, un peu trop même. Et t’attendais, t’attendais que quelqu’un te rappel à l’ordre. Ouais, fallait que tu arrêtes toute cette merde, mais on le sait tous tu stopperas jamais. C’est beaucoup trop difficile pour tes petites épaules. Ouais, et puis on le sait tous, dès que tu sors la tête haut de ce combat tu replonges, parce que tu n’as plus d’objectif.

Et tu entendis des pas au loin qui se rapprochait de plus en plus de toi. Ton coeur fit un arrêt cardiaque et si c’était les flic ? Putain, tu serais dans la merde, toi et toute ta cocaïne, toi et tout ta beuh, toi et toute ton héroïne. Tu partirais sûrement en prison. Mais bon, si c’est ça ton destin, alors tu l’accepteras. Au pire, être ici ou ailleurs n’a plus d’importance pour toi. T’es perdue à chaque fois que tu mets un pied n’importe où. T’es perdue tout court, entre tes stupéfiants et tes démons qui te hantent chaque soir, chaque minutes.

Un soupire. Tu entendis un soupire tout près de toi. Tu te retournas le fixant de tes yeux rouges complètement ravagés. T’as meme pas eu le temps de décrocher un mot, qu’il te fit une petite scène. " Et bien, dit donc, tu ne t'ai pas raté. Franchement, tu es défoncé à bloc. " Dit-il en soupirant. " Tu dois plus être super consciente de tes actes, je ne sais même pas si tu m'entends. En tout cas, je ne peux pas te laisser ici et puis je ne connais pas la ville. Si tu m'entends sache que je vais t'amener dans un Hôtel pas loin d'ici. Bon je vais te porter. "

Tu l’observas les yeux ronds. Mon dieu, sur qui t’étais tombé, un papa poule oui. T’as même pas eu le temps de dire ouf, qu’il te prenait déjà dans ses bras. Tes joues rosirent comme à l’habitude. " Si tu ne te sens pas bien, hésites pas à me le dire. Je m'arrêterais soldat. " Tu pris ton courage à deux mains pour sortir de ses bras, frôlant de te casser la gueule d’ailleurs. “Je suis très bien ici.” Tu marquas une pause en t’asseyant parterre toujours avec la vue des passants en bas. Tu analysas ses paroles pour essayer de voir à qui tu avais à faire. Surement pas quelqu'un de méchant, ça se lisait dans ses paroles. Il ne voulait que ton bien. “Hum, soldat ? Vous étiez dans l'armée ?" fis-tu en te roulant un autre joint. Il t’avait remis les pieds sur terre avec son intervention. "Les cloches ont déjà sonnés au passage." terminis-tu par dire, froidement comme toujours.
Codage fait par Corpse²
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 410
Date d'inscription : 28/04/2014
Age : 21
Localisation : France.
Who am i !

Carte d'identité
Les relations:
Son crime:

Sonnent les cloches.

MessageSujet: Re: Sonnent les cloches. Mer 25 Mar - 17:13
Votre RP est placé sous archive étant donné que cela fait plus d'un mois qu'aucune réponse à été postée, pour le récupérer veuillez contacter un membre du staff.


Corpse²
Revenir en haut Aller en bas
" Contenu sponsorisé "
Who am i !

Sonnent les cloches.

MessageSujet: Re: Sonnent les cloches.
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» les cloches
» Le baptême des cloches de Brasparts
» [MD1] Que résonnent les cors de la Guerre
» [RP réservé uniquement sur invitation] Quand les cloches sonnent les fêtes !
» La véritable histoire de Pâques + bonus

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: .:Archives:. :: Rp's inachevés-